MIAO ET YAO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chamanisme et organisation clanique

Ces bijoux ne sont pas seulement un signe de richesse et une satisfaction esthétique, ils ont aussi un rôle religieux. Ils séduisent les âmes (l'être humain en possède trois) qui, ainsi, ne quittent pas le corps. En effet, lorsqu'elles partent vagabonder, comme dans le rêve ou sous l'effet d'une peur ou d'une souffrance, ou encore d'une cause occulte, elles risquent d'être la proie de mauvais esprits invisibles et de causer la maladie et la mort. Il faut alors quérir le chaman : ce spécialiste de l'au-delà interroge ses esprits auxiliaires à l'aide de deux moitiés de corne de buffle utilisées comme des dés et, selon la réponse, il effectue telle ou telle séance chamanique. Un animal – porc, chien, ou chèvre – est tué rituellement. Son « double » (ou son « âme ») servira de monture dans l'au-delà. Le chaman se met à « trembler » : il tombe en transe en chantant et en gesticulant selon un rythme défini. Les paroles de son chant décrivent son « voyage » dans les mondes étranges qu'il est censé parcourir à la recherche de l'âme du malade. Lorsqu'il l'a retrouvée, capturée ou rachetée à un génie redoutable, il la réconforte et la ramène sur place. Ces séances, parfois impressionnantes, peuvent, chez les Miao, durer plusieurs heures.

La structure sociale de ces populations est fondée sur le clan à filiation patrilinéaire. L'exogamie clanique est rigoureuse : les gens portant le même nom se considèrent comme parents proches et ne peuvent pas se marier entre eux. Des régions plus ou moins vastes sont dominées par un clan puissant, mais cette influence relative (sauf circonstances exceptionnelles de guerre) n'a pas déterminé une organisation hiérarchique de type féodal. Excepté le chamanisme qui se situe en dehors de lui, le clan est le cadre dans lequel se pratiquent tous les rituels. On a dénombré une quinzaine de clans parmi les Hmong implantés hors de Chine.

La littérature orale est considérable et mal connue. Elle est surtout composée de chants traditionnellement retransmis qui évoquent souvent le destin, la mort, la renaissance et sont empreints d'une grande mélancolie. Garçons et filles Miao connaissent beaucoup de chansons lestes, indispensables aux grandes fêtes du nouvel an. La nuit, de part et d'autre des cloisons de bois, ils utilisent une petite guimbarde de cuivre pour se donner des rendez-vous d'amour. Les hommes bons joueurs d'orgue à bouche acquièrent la renommée la plus enviable en pays Miao.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MIAO ET YAO  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les nationalités minoritaires »  : […] Si les Constitutions successives de la République populaire de Chine soulignent l'indivisibilité de la nation, elles reconnaissent aussi la diversité ethnique de ses populations. Dans les années 1950, le nouveau régime s'est attaché à dénombrer, localiser et catégoriser les populations en présence. Sous l'influence de la politique soviétique des nationalités héritées de Staline, il a alors identi […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Guangdong et Guangxi »  : […] Au sud des Nanling, le Guangdong et la Région autonome zhuang du Guangxi sont des régions bien définies. Non que les Nanling, avec une altitude moyenne de 1 000 mètres, soient une barrière : elles sont aisément franchies aux cols de Meiling et de Zhiling. Mais c'est une limite climatique et humaine. Le climat est presque tropical, puisque la moyenne de janvier à Canton est de 13,8  0 C. Le gel […] Lire la suite

LAOS

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Madeleine GITEAU, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Paul LÉVY, 
  • Christian TAILLARD
  •  • 20 134 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un État pluriethnique au territoire décentré par rapport au Mékong »  : […] La République démocratique populaire lao (R.D.P.L.) est le plus petit État de la péninsule indochinoise. Sa population atteignait 5,6 millions d'habitants au recensement de 2005 (population estimée à 6,3 millions en 2011), ce qui ne représente qu'un peu moins de la moitié de celle du Cambodge, et entre 6 et 10 p. 100 des populations du Myanmar (Birmanie), de Thaïlande et du Vietnam. Son territoire […] Lire la suite

MÂN

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 524 mots

Appellation vietnamienne des Yao. L'origine et la répartition des différentes ethnies mân sont fortement controversées. Elles se divisent en six familles, issues des unions incestueuses que contractèrent entre eux les descendants de Panhu, leur ancêtre : les Mân Coc, Mân Tien, Lan Tien, Quan Trang, Quan Coc, Cao Lan. Les Mân sont installés à une altitude de 300 à 600 mètres et sont surtout nombreu […] Lire la suite

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 542 mots
  •  • 38 médias

Dans le chapitre « Les minorités du Nord »  : […] On évalue à plus de 1,5 million les minoritaires habitant les moyenne et haute régions de la république démocratique du Vietnam. Ethniquement très diversifiées, ces minorités appartiennent à plusieurs groupes linguistiques : le tai (divers groupes Tai, Nung, Caolan, par exemple), le tibéto-birman (Lolo, Huni, Xapho...), le viêt-muong (Muong), le miao-yao (divers groupes Meo et Man). Leur genre de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy MORÉCHAND, « MIAO ET YAO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/miao-et-yao/