MÂN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appellation vietnamienne des Yao. L'origine et la répartition des différentes ethnies mân sont fortement controversées. Elles se divisent en six familles, issues des unions incestueuses que contractèrent entre eux les descendants de Panhu, leur ancêtre : les Mân Coc, Mân Tien, Lan Tien, Quan Trang, Quan Coc, Cao Lan.

Les Mân sont installés à une altitude de 300 à 600 mètres et sont surtout nombreux sur les hautes terres du nord du Vietnam à la frontière de la Chine. On peut en trouver également dans le nord du Laos.

Selon plusieurs auteurs, ils proviendraient du sud de la Chine et leur immigration vers le nord du Vietnam et le nord du Laos daterait du xiiie au xvie siècle. Les villages mân comprennent de cinq à vingt maisons ou plus. Celles-ci sont parfois bâties à même le sol sur les pentes, avec un pilotis à une extrémité ou complètement sur pilotis. Les Mân du Vietnam pratiquent la culture sur brûlis pendant trois ans, suivie par des jachères pendant près de neuf ans. Des abris temporaires sont construits pour les jeunes gens le long des brûlis afin de les héberger durant les récoltes ; le maïs, le piment, le chou, les oignons, les bananes, le sucre de canne complètent l'aliment de base : le riz ; les Mân cultivent aussi l'opium (au Laos). Les Mân sont célèbres comme forgerons et joailliers ; ils travaillent l'argent au Laos et l'utilisent en lingots fondus dans des bambous comme monnaie locale. L'organisation sociale obéit aux lois de filiation patrilinéaire et aux règles d'exogamie. Au Vietnam et au Laos, un jeune Mân est libre de choisir sa partenaire : les contacts sont pris avec la famille de la femme par un intermédiaire chargé de discuter le « prix de l'épouse » ; si le promis ne peut payer, il est astreint à vivre dans la famille de la femme sous le nom de ses parents pour un temps choisi, durant lequel il travaillera pour sa nouvelle famille. L'organisation sociale mân est trop restreinte pour avoir un leader politique.

Les Mân partagent avec les Chinois et les Vietnamiens de nom [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÂN  » est également traité dans :

MIAO ET YAO

  • Écrit par 
  • Guy MORÉCHAND
  •  • 1 605 mots
  •  • 1 média

Les Miao et les Yao (auxquels il convient d'ajouter les She du Fujian) appartiennent à l'un des multiples groupes ethniques minoritaires répandus dans le sud montagneux de la Chine, réputé pour sa très grande diversité. On les suppose originaires du bassin du fleuve Bleu. La province du Guizhou, où les dialectes miao les plus archaïques sont attestés, représente leur plus ancienne implantation a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miao-et-yao/#i_22145

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « MÂN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/man/