MÉTALEPSE, rhétorique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure rhétorique qui « consiste à substituer l'expression indirecte à l'expression directe [...], à faire entendre une chose par une autre, qui la précède, la suit ou l'accompagne » (Fontanier). « Il a vécu », « nous le pleurons » sont des expressions métaleptiques, l'une présentant l'antécédent, l'autre la conséquence logique de ce que l'on omet de dire par pudeur ou par politesse : « il est mort ». Ici, l'euphémisme procède par métalepse. La métalepse qui sert à « taire tout en disant » atteint sa pleine efficacité dans Phèdre : la tension dramatique découle de ce dilemme même, au moment où Phèdre parle de son amour pour Hippolyte tout en le voilant devant Œnone : « Quand pourrai-je, au travers d'une noble poussière, / Suivre de l'œil un char fuyant dans la carrière ! »

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉTALEPSE, rhétorique  » est également traité dans :

CODICILLE (G. Genette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 948 mots

L'écriture de Gérard Genette obéit au plus simple des principes : chaque livre est issu du précédent. Cette vérité se laisse observer dès la publication des premiers essais critiques ( Figures I et II ), et pour les grandes enquêtes de poétique ( Mimologiques , Palimpsestes , Seuils ) et a fortiori pour les travaux narratologiques ( Nouveau Discours du récit répondant au plus célèbre essai de Fi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « MÉTALEPSE, rhétorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/metalepse-rhetorique/