Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MORTE MER

Une salinité exceptionnelle

Les eaux de la mer Morte présentent une salinité extrêmement élevée, et la concentration en sel augmente en profondeur. Il existe en effet deux masses d'eau différentes dans le lac. Jusqu'à 40 mètres de profondeur, la température varie entre 19 et 37 0C, la salinité est légèrement inférieure à 300 parts pour 1 000 et l'eau est très riche en sulfates et en bicarbonates. En dessous d'une zone de transition située entre 40 et 100 mètres de profondeur, l'eau présente une température uniforme d'environ 22 0C et une salinité accrue (environ 330 pour 1 000). Elle contient également du sulfure d'hydrogène (H2S) et présente une forte concentration en magnésium, potassium, chlore et brome. Les eaux profondes, saturées de chlorure de sodium qui précipite au fond du lac, sont fossiles. Les eaux de surface datent des premiers siècles après les temps bibliques.

Les eaux salées ont une densité élevée qui permet aux baigneurs de flotter constamment. Les eaux douces du Jourdain restent à la surface du lac. Au printemps, leur couleur boueuse reste visible jusqu'à 50 kilomètres au sud du point où le fleuve se jette dans la mer Morte. Ainsi, la salinité extrême du lac empêche toute forme de vie autre que bactérienne. Les poissons qui vivent dans le Jourdain ou les petits cours d'eau en période de crue meurent rapidement après leur arrivée dans la mer Morte. En dehors de la végétation qui borde les cours d'eau, la flore qui longe les rives de façon discontinue est constituée principalement d'halophytes.

La mer Morte forme une immense réserve de sel. Des dépôts de chlorure de sodium apparaissent aussi sur le mont Sedom, le long de la rive sud-ouest. Le sel est exploité, à petite échelle, depuis l'Antiquité. En 1929, une usine de potasse fut installée près de l'embouchure du Jourdain. Des succursales furent ensuite construites dans le sud, à Sedom, mais le site originel fut détruit pendant la première guerre israélo-arabe (1948-1949). Une usine fabrique de la potasse, du magnésium et du chlorure de calcium à Sedom depuis 1955. Une autre produit du brome et diverses autres substances chimiques.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Mer Morte - crédits : Japan ASTER Science Team/ JAROS, and U.S./ ERSDAC/ METI/ GSFC/ NASA

Mer Morte

Autres références

  • ISRAËL

    • Écrit par Marcel BAZIN, Universalis, Claude KLEIN, François LAFON, Lily PERLEMUTER, Ariel SCHWEITZER
    • 26 771 mots
    • 38 médias
    ..., mais plus de 700 mm sur les bosses les plus élevées). À l'est, on descend très brutalement vers la cuvette aride (moins de 100 mm) et salée de la mer Morte, point le plus bas des terres émergées, à 410 mètres au-dessous du niveau de la mer. Le rythme annuel d'abaissement de son niveau s'est accéléré...
  • JORDANIE

    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Philippe RONDOT
    • 19 739 mots
    • 16 médias
    ...Méditerranée), la vallée du Jourdain, longue de cent kilomètres et large de deux à vingt kilomètres, s'abaisse rapidement vers le sud pour arriver à la mer Morte (— 394 m), ou mer de Loth, dont le plus grand fond se trouve à 793 mètres au-dessous du niveau de la Méditerranée. Jusque-là, le Jourdain trace...
  • QUMRĀN

    • Écrit par André PAUL
    • 3 557 mots

    À un kilomètre environ des rives occidentales de la mer Morte, vers le nord, se trouve un site archéologique dont l'appellation moderne est Khirbet Qumrān ou simplement Qumrān. Depuis le xixe siècle, explorateurs et voyageurs visitèrent régulièrement les lieux. D'aucuns, l'orientaliste...

Voir aussi