SLEVOGT MAX (1868-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre et graveur allemand, Slevogt est considéré comme l'un des grands représentants de l'impressionnisme allemand avec Liebermann et Corinth. Il étudie la peinture à l'académie des beaux-arts de Munich et, en 1889, à l'académie Julian à Paris. Après des débuts à Munich, il s'installe en 1901 à Berlin, où il devient professeur. Un voyage en Égypte, en 1914, lui inspire de nombreux tableaux. Slevogt appartient à cette génération d'artistes que l'exemple de Liebermann (d'environ vingt ans plus âgé) poussa à s'affranchir des modèles académiques, mais sans leur proposer autre chose que l'imitation d'une facture lâchée. Beaucoup de tableaux de Slevogt se ressentent de cette faiblesse à laquelle n'échappent pas ses œuvres les plus célèbres, les trois versions du Chanteur d'Andrade dans le rôle de Don Juan (Staatsgalerie, Stuttgart ; Nationalgalerie, Berlin ; Kunsthalle, Hambourg), inspirées par Faure dans Hamlet de Manet (musée Folkwang, Essen), composition plus solide. Les admirables dons de coloriste de Slevogt se révèlent mieux dans ses aquarelles ou dans certaines peintures à l'huile très libres et traitées dans le même esprit (Tigre au zoo, 1901, musée de Sarrebrück). Mais c'est dans l'illustration de livres, la partie la moins connue et la moins accessible de son œuvre, que sa fantaisie trouve à s'extérioriser pleinement : il illustre Ali Baba en 1900-1902, donne une suite de douze lithographies pour L'Iliade en 1907 et, en 1925-1927, il illustre le second Faust de Goethe.

—  Pierre VAISSE

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « SLEVOGT MAX - (1868-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-slevogt/