GROSS MAURICE (1934-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Linguiste français. C'est par le biais de la grammaire et de la traduction automatique que Maurice Gross va entrer en linguistique. Un premier séjour à Harvard, en 1961, lui permet de rencontrer Noam Chomsky et M. P. Schutzenberger, et d'entamer des recherches au croisement de l'informatique et de la linguistique. Revenu à Paris, il intègre le laboratoire de calcul Blaise-Pascal du C.N.R.S., où il poursuit ses travaux sur les grammaires formelles. En 1967, il publie Notions sur les grammaires formelles, en collaboration avec André Lentin. Un second séjour aux États-Unis lui permet cette fois de travailler à Philadelphie, avec le linguiste Zellig Harris, sur l'écriture des grammaires pour le français et l'anglais. Il participe par la suite à la fondation du Centre de linguistique à l'université de Vincennes, avant de prendre la direction du Laboratoire d'automatique documentaire et linguistique de Paris-VII. Maurice Gross travaille alors à la description systématique des phrases simples du français. En 1975, il publie Méthodes en syntaxe, qui sera suivi, en 1977, de Méthodes en grammaire française, en collaboration avec Jean-Claude Chevalier.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GROSS MAURICE (1934-2001)  » est également traité dans :

DISTRIBUTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Le débat avec la linguistique générative »  : […] Si l'analyse distributionnelle a pu s'imposer comme le préalable indispensable de l'analyse linguistique en vue d'un premier dégrossissage des formes phoniques et morpho-syntaxiques (notamment s'agissant d'une langue inconnue), cette procédure empirique n'en a pas moins montré certaines limites et suscité des critiques, en particulier de la part de Noam Chomsky dès les années 1950 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distributionnalisme/#i_44035

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La syntaxe »  : […] La théorie générativiste a atteint une limite dans le programme minimaliste de Chomsky comme le montre J. Y. Pollock dans Langage et cognition (1997) qui a donné lieu à de nombreuses expansions (voir Recherches ling., PUV). L'équipe internationale de la Grammaire transformationnelle de Maurice Gross, dans la ligne des travaux de Z. S. Harris, a établ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-du-moyen-age-a-la-periode-contemporaine/#i_44035

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le distributionnalisme »  : […] À l'inverse du structuralisme européen, le structuralisme américain s'est développé sans référence à Saussure. Il a d'abord pris appui sur les travaux de linguistique descriptive et comparative des grands pionniers que furent Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. Ethnolinguistes spécialistes des langues amérindiennes, ces deux auteurs sont connus pour l'hypothèse qui porte leur nom, selon laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_44035

Pour citer l’article

« GROSS MAURICE - (1934-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-gross/