Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ERZBERGER MATTHIAS (1875-1921)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Matthias Erzberger - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Matthias Erzberger

Député du Reichstag (1903), Matthias Erzberger y devient le chef du parti du centre catholique. Opposé à la politique coloniale de von Bülow, il approuve, en revanche, la politique d'armement de Bethmann-Hollweg. Membre du conseil d'administration du groupe sidérurgique Thyssen, il soutient, au début de la guerre, les projets d'annexion du bassin de Briey. Chargé des services de propagande, il oriente ses efforts surtout en direction de l'Espagne et du Vatican, qu'il essaye de gagner à la cause allemande. Lorsqu'il prend conscience que le sort des armes est défavorable à l'Allemagne, il préconise une paix sans annexions : il est le principal instigateur de la résolution de paix votée par le Reichstag, en juillet 1917. Membre du gouvernement Max de Bade, il préside la délégation allemande aux négociations de Rethondes et signe, le 11 novembre, la convention d'armistice au nom du gouvernement Ebert. Membre du ministère Scheidemann au lendemain des élections de 1919, puis du ministère Bauer, il joue un rôle décisif, en tant que ministre des Finances, dans l'acceptation du traité de Versailles. La droite nationaliste, qui ne lui pardonna pas non plus sa politique fiscale, lance alors une campagne d'une rare violence, orchestrée par l'ancien ministre de Guillaume II, Helfferich. Celui-ci met en cause son intégrité personnelle et ses capacités politiques. Erzberger lui ayant intenté un procès en diffamation, la justice, bien que condamnant Helfferich à une légère peine d'amende, prend parti pour ce dernier et reconnaît le bien-fondé de ses accusations. Erzberger doit alors démissionner (janv. 1920). Après un premier attentat perpétré contre lui quelques jours plus tard, il est assassiné l'année suivante par deux membres des corps francs.

Philipp Scheidemann - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Philipp Scheidemann

Matthias Erzberger - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Matthias Erzberger

— Léon STRAUSS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Léon STRAUSS. ERZBERGER MATTHIAS (1875-1921) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Matthias Erzberger - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Matthias Erzberger

Philipp Scheidemann - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Philipp Scheidemann

Matthias Erzberger - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Matthias Erzberger

Autres références

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par et
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    ...limitation de la Reichswehr à 100 000 hommes) et les réparations fondées sur le « mensonge » de la responsabilité allemande. La « politique d'exécution » d' Erzberger et de Rathenau en 1921-1922, celle de Gustav Stresemann, à la Wilhelmstrasse de 1923 à 1929, sont simple expédient, tactique destinée à inspirer...