STRESEMANN GUSTAV (1878-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gustav Stresemann

Gustav Stresemann
Crédits : Hulton Getty

photographie

Départ des troupes d'occupation françaises en Allemagne

Départ des troupes d'occupation françaises en Allemagne
Crédits : Hulton Getty

photographie


Homme d'État allemand. Après des études juridiques, Gustav Stresemann a commencé sa carrière comme syndic de l'Union des industriels saxons en 1902. Député en 1907, Stresemann va rapidement devenir l'une des têtes de file du Parti national-libéral et fera preuve d'un nationalisme dont il ne se départira jamais. Élu à la Constituante de Weimar, il fonde le Parti populiste et défend une politique qui tient compte des réalités économiques et politiques nationales et internationales. En août 1923, il succède à Cuno à la chancellerie et forme un gouvernement de conciliation qui met fin à la résistance passive dans la Ruhr. Mais, ayant réprimé de nombreux troubles sociaux, il doit démissionner en novembre car les socialistes lui refusent leur soutien. Devenu ministre des Affaires étrangères, il le reste jusqu'à sa mort, négociant avec Poincaré la mise en place du plan Dawes et l'évacuation de la Ruhr en juillet-août 1925 ; avec Briand il engage une politique de rapprochement franco-allemand qui conduit aux accords de Locarno en octobre 1925 et au début de l'évacuation de la Rhénanie. Il obtient l'admission de l'Allemagne à la Société des Nations puis reçoit avec Briand le prix Nobel de la paix. Il cherche à obtenir de la France l'évacuation de la Rhénanie et signe avec Briand et Kellogg en 1928 le traité de renonciation à la guerre. Mais il se heurte à la résistance nationaliste de la France, qui était fondée dans une certaine mesure puisque Stresemann dans une lettre au Kronprinz justifiera sa politique par les nécessités de l'heure, précisant qu'elle n'implique aucune renonciation réelle. Bien plus, c'est durant le temps où il est ministre des Affaires étrangères que se développent toute une série d'organismes pangermanistes tant à l'Est qu'à l'Ouest. Au moment où il meurt, Stresemann, ayant obtenu la mise en place du plan Young qui doit se substituer au plan Dawes, passe pour un Européen convaincu. On peut se demander s'il n'a pas continué à être le pangermaniste qu'il était du temps de sa jeunesse. Il a laissé des Papiers inédits (1932-1933).

Gustav Stresemann

Gustav Stresemann

photographie

Gustav Stresemann (1878-1929), homme d'État allemand. En charge des Affaires étrangères de 1923 à sa mort, il est le grand artisan de la restauration du statut international de son pays, qui est admis à la Société des nations en 1926. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Départ des troupes d'occupation françaises en Allemagne

Départ des troupes d'occupation françaises en Allemagne

photographie

Les troupes d'occupation françaises en Allemagne évacuent Coblence en 1929, alors que se met en place le plan Young pour régler les questions des réparations allemandes et du paiement des dettes de guerre entre les Alliés. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  François-Georges DREYFUS

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Strasbourg-III, directeur de l'Institut d'études politiques de Strasbourg

Classification


Autres références

«  STRESEMANN GUSTAV (1878-1929)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Sous le signe de la défaite »  : […] En dépit des espoirs qu'avaient fait naître, dans toute l'Europe, les années de stabilisation relative (1925-1929), jamais la République de Weimar n'a été vraiment acceptée de la majorité du peuple allemand. L'attitude la plus répandue est celle du refus : refus de la défaite, refus du régime, refus, chez certains, de sa structure capitaliste. La d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10799

BRIAND ARISTIDE (1862-1932)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 990 mots
  •  • 2 médias

De famille modeste, Aristide Briand devient avocat. Comme militant socialiste, puis comme journaliste, il se fait une réputation de révolutionnaire. En 1883, il quitte Nantes et vient à Paris. Secrétaire général du journal La Lanterne , il se lie alors avec Jaurès et fonde avec lui le Parti socialiste français en opposition au parti de Jules Guesde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristide-briand/#i_10799

Pour citer l’article

François-Georges DREYFUS, « STRESEMANN GUSTAV - (1878-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-stresemann/