AMALRIC MATHIEU (1965- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En une quinzaine d'années, Mathieu Amalric est devenu l'acteur symbole d'une nouvelle génération du cinéma français, celle notamment d'Arnaud Desplechin et des frères Larrieu. Après de modestes débuts dans Les Favoris de la lune d'Otar Iosseliani (1984), il obtiendra le césar du meilleur espoir masculin en 1997 pour Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle), de Desplechin, celui du meilleur acteur en 2004 pour Rois et reine (du même metteur en scène), suivi d'un second en 2006, pour Le Scaphandre et le papillon, de Julian Schnabel.

Paradoxalement, jouer la comédie n'a jamais été la vocation de Mathieu Amalric. Il a fréquemment regretté que cette surabondance – plus de soixante films et jusqu'à sept prestations en 2005 ! – l'ait empêché de se consacrer à la réalisation. Mais, en 2010, il a reçu le prix de la mise en scène au festival de Cannes pour Tournée. Auteur, Mathieu Amalric ne l'était-il pas depuis longtemps, créant son propre univers au gré des films des autres ?

Né le 25 octobre 1965 à Neuilly-sur-Seine, Mathieu Amalric est le fils de Jacques Amalric, qui fit une longue carrière au service étranger puis à la rédaction en chef du Monde, de 1963 à 1993, avant de passer à Libération. Sa mère, Nicole Zand, fut critique littéraire au Monde. Le jeune Mathieu grandit dans un milieu où l'écriture est reine. Réaction naturelle : il ne découvrira les livres qu'après avoir quitté le domicile familial. Il rencontre vraiment le cinéma sur le plateau des Favoris de la lune d‘Otar Iosseliani, comme une activité artisanale, à la fois intellectuelle et très manuelle. En découle une boulimie de tournages qui le voient s'essayer à tous les postes accessibles : assistant à la réalisation ou au montage, régisseur, accessoiriste, cantinier... Et, évidemment, acteur. Au cours de sa carrière, il va explorer tous les types de cinéma et de cinéastes, de Jean-Claude Biette ou Luc Moullet à André Téchiné, Benoît Jacquot, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  AMALRIC MATHIEU (1965- )  » est également traité dans :

DESPLECHIN ARNAUD (1960- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 290 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lignes de vie »  : […] Le ton de Comment je me suis disputé… ( ma vie sexuelle) est d'une tout autre nature. À la fascination morbide de Mathias succèdent les tergiversations et le refus de choisir sa voie du bien nommé Paul Dédalus (Mathieu Amalric), qui ne cesse de reporter l’achèvement de sa thèse de philosophie. Tout comme il hésite entre trois femmes radicalement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnaud-desplechin/#i_53039

TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE (A. Desplechin)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 091 mots

Dans le chapitre « « Leurs yeux se rencontrèrent » »  : […] Poursuivant l’étude de lui-même, Paul Dédalus se rend à Roubaix, sur les lieux de sa jeunesse. Cet épisode (« Esther ») occupe la majeure partie du film. L’aventure de notre Ulysse ne relève plus ici du roman familial ou du film d’espionnage, mais du tee n movie . Lorsqu’il la rencontre, Paul ne peut plus détacher son regard d’une lycéenne, Esther […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-souvenirs-de-ma-jeunesse/#i_53039

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « AMALRIC MATHIEU (1965- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathieu-amalric/