MARS, religion romaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien que ses rapports avec les autres divinités majeures se soient modifiés au cours de l'histoire de Rome, le rôle de Mars est toujours resté très clair : il est le dieu de la guerre, le technicien des combats. À la différence de Jupiter qui peut intervenir dans la bataille par des moyens magiques et miraculeux, Mars y patronne les effets de la force physique, des armes et du courage, en un mot les techniques propres à assurer la victoire. Il est symbolisé par une lance sacrée conservée dans une chapelle de la « maison du Roi », la Regia, et par un bouclier merveilleux, talisman tombé du ciel quelque jour de la préhistoire mythique, ancile ; comme il était à redouter qu'un étranger ne cherche à dérober ce talisman, détournant ainsi de Rome la protection de Mars, on en fit faire onze autres en tous points semblables, si bien qu'il était impossible pour un voleur éventuel d'identifier le vrai.

Le culte de Mars est tout entier orienté vers la guerre. Son temple est situé à l'extérieur de l'enceinte sacrée de la ville, en dehors de cet espace urbain où les citoyens en armes n'ont pas le droit de pénétrer ; il préside en lui donnant son nom, au mois qui ouvre la saison guerrière (de mars à octobre) et au cours duquel les Saliens font résonner par toute la ville le bruit des armes sacrées ; les victimes qu'on lui offre ne doivent pas être châtrées. Son domaine est le champ de bataille et rien que lui. Il intervient à partir du moment où l'armée s'ébranle : à Jupiter il appartient de garantir la légitimité de la guerre et à Janus de présider à la transition qui y conduit.

Le paysan invoquait Mars lors de la purification, lustratio, de son fonds. Il ne faut pas s'y tromper : il ne s'adressait pas à lui comme à une divinité agraire patronne de la fertilité de sa terre, mais comme au combattant qui pouvait seul défendre sa moisson contre toutes les formes d'agression, pillage des ennemis aussi bien que maladies et parasites.

Comme spécialiste de la guerre, Mars fut d'abord associé à Jupiter et à Quirinus dans la triade représentative des trois fonctions essentielles d'une société. Avec l'institution de la République, il fut séparé de ses associés primitifs, Jupiter restant seul maître du Capitole ; mais il y gagna en relief comme patron de l'aristocratie militaire qui prenait le pouvoir. Parmi toutes les versions relatives à la naissance de Romulus, on retint comme seule officielle celle qui faisait de lui le fils de Mars. Ainsi, si Rome devait à la garantie de Jupiter l'exercice d'un pouvoir souverain sur l'Italie et bientôt la Méditerranée, elle devait à Mars son existence même. Le sentiment que Rome devait d'être ce qu'elle était à la guerre, et donc à son technicien divin, était si fort qu'on étendit à la paix elle-même la protection de ce dernier, en distinguant Mars gradivus, l'« assaillant », et Mars tranquillus, le « paisible », que l'on identifia à Quirinus.

—  Jean-Paul BRISSON

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARS, religion romaine  » est également traité dans :

ARÈS

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Dieu grec de la guerre, et plus généralement de la force brutale, Arès est tôt identifié avec le Mars italique ; il n'eut jamais la popularité de ce dernier et son culte ne fut guère important durant l'époque classique. Dans la mythologie homérique, il est fils de Zeus et d'Héra et fait ainsi partie de la deuxième génération des Olympiens ; pourtant les dieux le redoutent et ses parents ne semblen […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Le rapport planète-signe avant Ptolémée »  : […] Les luminaires ont certainement constitué le noyau d'un premier stade astrologique. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'on a élaboré une astrologie incluant des astres moins présents. Or il nous apparaît que, dans l'arsenal astrologique, cette dualité n'a jamais tout à fait disparu, et que la Lune fait parfois double emploi avec Vénus, ou le Soleil avec Jupiter. Le dispositif de domiciles plané […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lectures syncrétistes romaines »  : […] L' interpretatio romana , dont parle Tacite dans la Germanie , consistait à identifier les dieux indigènes avec les dieux romains. Ce phénomène est déjà mis en œuvre dans la célèbre description de César : « En tête des dieux, ils honorent Mercure ; ses représentations sont les plus nombreuses ; ils le tiennent pour l'inventeur de tous les arts, le chef des routes et des voyages, le grand maître d […] Lire la suite

POLYTHÉISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 4 132 mots

Dans le chapitre « Les structures élémentaires des panthéons »  : […] Des ensembles polythéistes, en général, on peut dire, d'une part, qu'ils constituent des systèmes de classification de puissances et de pouvoirs ; de l'autre, que ce sont des modes de pensée étroitement intriqués dans l'organisation et le fonctionnement du social et du politique. L'hypothèse initiale est qu'un panthéon n'est ni une troupe confuse, ni la juxtaposition artificielle de personnalités […] Lire la suite

QUIRINUS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 670 mots

Un des personnages les plus difficiles et les plus complexes du panthéon romain, et qui fut encore compliqué par les exégètes modernes. À l'époque archaïque, il formait avec Jupiter et Mars une triade cohérente et articulée. La preuve en est fournie, d'une part, par l'existence d'un flamine majeur attaché à sa personne (le troisième dans l'ordre de préséance), d'autre part, par la formule de la «  […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Tous ces rites avaient pour objet d'agir sur la volonté divine, le numen des dieux ; cette action était obtenue par la valeur contraignante du geste, par le sacrifice et par la prière. Pour chaque acte rituel, tous les détails sont minutieusement réglés : costume du prêtre (tête couverte ou découverte, drapé de la toge, etc.), paroles à prononcer, nature exacte de la victime (en principe animaux […] Lire la suite

SALIENS, religion romaine

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 281 mots

L'activité guerrière dominait, de mars à octobre, une portion définie de l'année religieuse romaine correspondant à la saison primitivement réservée à ce type d'activité. En mars, sous la tutelle du dieu qui donnait son nom à ce mois, un ensemble de cérémonies visait à inspirer aux combattants sur le départ le délire sacré, le furor , requis par l'état particulier où ils entraient ; en octobre, un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul BRISSON, « MARS, religion romaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mars-religion-romaine/