Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHILIPPE L'ARABE MARCUS JULIUS PHILIPPUS dit (204-249) empereur romain (244-249)

Les origines de Marcus Julius Philippus, né dans une tribu arabe du Djebel Druse, sont modestes. Certains historiens romains prétendent que son père était un chef de brigands, mais leur témoignage est suspect. Élevé dans les camps de l'armée romaine d'Orient, comprenant de nombreux indigènes, Philippe l'Arabe a sans doute participé aux nombreuses opérations militaires contre les Perses qui marquent les règnes de Sévère Alexandre, de Maximin, de Pupien, de Balbin et des trois Gordiens.

Au moment où Gordien III reprend Antioche, s'empare de Carrhes et de Nisibe, Philippe tue C. Furius Sabinus Aquila Timesitheus et devient préfet du prétoire à la place de sa victime. En 244, il est reconduit dans ces fonctions et il fomente alors un complot contre Gordien III qui périt à l'âge de dix-neuf ans près de Zaitha, en Orient. Le sénat romain, toujours soucieux de ménager le plus fort, accorde à Philippe l'Arabe les titres impériaux et, pour faire bonne mesure, à Gordien III l'apothéose c'est-à-dire la divinisation ; il dispense même la famille de l'empereur assassiné de tout impôt. Une fois sa prise de pouvoir légitimée, Philippe l'Arabe, devant la gravité de la situation aux frontières, pour soulager un des fronts, décide de s'entendre avec Sapor, le roi des Perses ; il lui abandonne la Mésopotamie, avant de se retourner contre les Scythes, commandés par Argunt. Avant de quitter l'Orient provisoirement pacifié, il fait de son village natal de Chéchébé une colonie romaine qui prend le nom hellénistique de Philippopolis ; puis il se dirige vers la frontière danubienne en 245 et, l'année suivante, triomphe des bandes de Germains sur le Danube et des Carpi. Dans le même temps, soucieux de sa succession, il nomme auguste son fils M. Julius Philippus, alors âgé de sept ans. Mais, en 247, Ostrogotha, chef d'une peuplade de Goths, irrité de s'être vu refuser par Philippe l'Arabe le tribut annuel payé par les Romains, ravage la Mésie. Un officier de grande valeur, Dèce, est envoyé contre lui par l'empereur. Dèce ne réussit pourtant pas à arrêter le pillage de la province, ce qui n'empêchera pas Philippe l'Arabe et son fils de prendre, en 248, les titres triomphaux de Germanicus et de Carpicus. Mais l'Empire est aussi menacé à l'intérieur : des usurpateurs, comme Jotapianus en Cappadoce, comme Uranius Antoninus en Syrie, comme Pacatianus en Mésie, tentent de prendre la pourpre ; ils sont vaincus par les troupes loyalistes, mais Dèce se laisse proclamer empereur par ses soldats en Mésie et Philippe l'Arabe est tué en 249 près de Vérone, tandis que son fils est égorgé dans le même temps à Rome par les prétoriens. Sous le règne de Philippe l'Arabe, les fêtes du Millénaire de la fondation de Rome furent célébrées en 248 par des jeux Séculaires qui durèrent trois jours et trois nuits sans discontinuer. Les familles des Romains de l'antique tradition italienne avaient pourtant depuis longtemps disparu et ce fut à un empereur romain, d'origine arabe, dont on a prétendu qu'il était secrètement chrétien, qu'échut l'honneur de proclamer devant le monde la pérennité de l'antique et païenne Rome.

— Joël SCHMIDT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Pour citer cet article

Joël SCHMIDT. PHILIPPE L'ARABE MARCUS JULIUS PHILIPPUS dit (204-249) empereur romain (244-249) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ROME : "CRISE" DU MILIEU DU IIIe SIÈCLE - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 414 mots

    235 Maximin le Thrace est nommé empereur par les troupes stationnées sur le Rhin, à la suite de l'assassinat de Sévère Alexandre. Maximin est le premier prince d'origine obscure et sorti des rangs de l'armée à accéder à la dignité impériale.

    238 Sept empereurs se succèdent...

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

    • Écrit par et
    • 35 262 mots
    • 17 médias
    ...malgré la guerre contre les Perses grâce à l'énergie de son beau-père, le préfet du prétoire Timésithée (238-241). Vinrent ensuite des empereurs soldats, Philippe l'Arabe, né aux confins du désert syrien, et Dèce, Romain de Pannonie. Tout en combattant les Perses et les Goths, le premier eut le temps de...
  • SYRIE

    • Écrit par , , , , et
    • 37 006 mots
    • 13 médias
    ...Voici que l'Oronte syrien s'est déversé dans le Tibre, apportant sa langue et ses mœurs », écrivait Juvénal au ier siècle. Les légions stationnées en Syrie portèrent sur le trône de Rome plusieurs empereurs syriens : ceux de la dynastie émésénienne (218-235), puisPhilippe l'Arabe (244-249).