FRONTON, MARCUS CORNELIUS FRONTO, consul (143)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Africain, originaire de Cirta, en Numidie, né probablement en 100, consul en 143. Orateur très admiré, Fronton fut le maître de l'empereur Marc Aurèle et jouit de ce fait d'une réputation au moins égale à celle de Quintilien. On le considéra longtemps comme le plus grand orateur après Cicéron. De ses œuvres, on ne possède plus que sa correspondance avec son ancien élève ; les sujets traités semblent de peu d'envergure, le style est souvent laborieux, émaillé de termes anciens ou rares. Pourtant, dans ses lettres à Marc Aurèle, Fronton amorce une vraie réflexion sur les rapports entre pouvoir et langage. Ses éloges de la fumée ou de la poussière mériteraient un examen plus attentif, et cela même si son impérial élève, au grand regret du maître, a fini par préférer la philosophie à la rhétorique.

—  Élizabeth BINE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRONTON, MARCUS CORNELIUS FRONTO, consul (143)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Derniers feux »  : […] Deux poètes, l'Espagnol Martial et l'Italien Juvénal, vont toutefois faire entendre un son nouveau. Le premier écrira ses quatorze livres d'épigrammes, qui se veulent eux aussi une chronique, cette fois versifiée, de la vie mondaine. Mais ici l'épigramme s'arme d'une pointe, et l'on retrouve des accents entendus chez Catulle – il y a bien longtemps ! Quant à Juvénal, qui écrit sous Trajan, il dén […] Lire la suite

MARC AURÈLE (121-180)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 198 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « Pensées » »  : […] Les fameuses Pensées de Marc Aurèle (le titre de l'ouvrage attesté dans la tradition manuscrite est : À lui-même ) semblent avoir été rédigées à la fin de sa vie : deux livres au moins ont dû être écrits pendant la campagne du Danube, l'un « chez les Quades, au bord du Gran » (c'est-à-dire dans l'actuelle Slovaquie), l'autre « à Carnuntum » (c'est-à-dire sur le Danube, dans l'actuelle Autriche). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Élizabeth BINE, « FRONTON, MARCUS CORNELIUS FRONTO, consul (143) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-cornelius-fronto-fronton/