SAINT-ÉTIENNE MANUFACTURE D'ARMES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il semblerait que des forgerons se soient installés très tôt dans cette région favorisée par la présence d'un bassin houiller et par les eaux du Furan qui permettaient la trempe du fer. Cependant, c'est sous le règne de François Ier qu'apparurent les premières industries (arbalètes, fers de lance, couteaux, armes à feu). « Les statuts et règlements pour les maîtres fourbisseurs de Saint-Étienne de Furens, pays de Forestz » portent seulement la date de 1658 et ont été compilés d'après ceux d'autres villes. Cela ne signifie nullement un regain d'activité, mais plutôt un désir général d'organiser les professions jusque-là libres. La manufacture d'armes de Saint-Étienne ne porta ce nom qu'à partir de 1764, mais certains historiens estiment que la compagnie Dalliez, formée sous les auspices de Colbert, organisait dès 1664-1669 la fabrication du matériel de guerre pour le compte de l'État. Dalliez de la Tour était directeur de la compagnie du Levant et s'occupait des forges et manufactures du Nivernais alors que son frère inspectait celles de Bourgogne. Tous deux avaient exploité des mines dans le Dauphiné et s'étaient engagés à fournir une partie des munitions nécessaires aux vaisseaux du roi et aux arsenaux de Toulon et de Rochefort. Le commissaire royal résident jouissait d'une autorité absolue. Pendant la guerre de la ligue d'Augsbourg, il s'empara de toutes les fabriques d'armes, dépouilla les marchands de leur négoce, obligea les ouvriers à travailler au-delà de leurs forces pour un salaire imposé. Le commandement militaire de la province du Lyonnais exerça une haute autorité sur cet atelier militaire où la production de guerre et la production destinée au commerce étaient confondues. En 1669, on compte cinquante canonniers et six cents armuriers à Saint-Étienne. À la fin du xviie siècle, il y a sur le Furan quatre-vingts moulins pour la fabrication de canons, de lances, d'épées et de couteaux. De quatre à cinq mille ouvriers sont employés dans les diverses fabriques. U [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-ÉTIENNE MANUFACTURE D'ARMES DE  » est également traité dans :

COLBERTISME

  • Écrit par 
  • Jean IMBERT
  •  • 4 803 mots

Dans le chapitre « La protection des manufactures »  : […] Dans ce domaine encore, Colbert n'innove pas : il pense rétablir et multiplier les manufactures qu'il croit avoir été florissantes sous le règne d'Henri IV. Son succès vient de son énergie et de sa persévérance : il commence par entreprendre dans toute la France une enquête qui le renseigne sur les ressources économiques des diverses provinces, sur la main-d'œuvre dont elles disposent et enfin sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colbertisme/#i_3493

SAINT-ÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Georges GAY
  •  • 1 249 mots
  •  • 2 médias

Saint-Étienne, préfecture du département de la Loire, est une ville de 174 980 habitants (371 900 avec l'agglomération) dont la référence au travail – celui du « compagnon » d'atelier comme celui de l'ouvrier d'usine – structure l'identité et l'histoire. L'existence de la paroisse de Saint-Étienne de Furan, dans le site semi-montagneux du bassin moyen et supérieur du Furan, affluent de la Loire, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-etienne/#i_3493

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « SAINT-ÉTIENNE MANUFACTURE D'ARMES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-d-armes-de-saint-etienne/