ROSENTHAL MANUEL (1904-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef d'orchestre et compositeur français, Manuel Rosenthal a accompli l'essentiel de sa carrière à la radio, où il s'est imposé comme un fervent défenseur de la musique de son temps. Il fut l'un des rares disciples de Ravel, auquel il devait sa grande habileté en matière d'écriture. La notoriété du chef d'orchestre a éclipsé celle du compositeur, même si son nom a fait le tour du monde comme arrangeur de la musique d'Offenbach, avec le célèbre ballet Gaîté parisienne.

Né à Paris le 18 juin 1904 de mère russe et de père français, Emmanuel Rosenthal commence à étudier le violon à l'âge de neuf ans et il est admis au Conservatoire de Paris (1918-1924). Il joue chez Pasdeloup et chez Lamoureux puis entre à l'Orchestre symphonique de Paris. Ses premières compositions sont jouées à la Société musicale indépendante, où Ravel les entend : ce dernier décide de faire travailler le jeune musicien tout en l'envoyant apprendre le contrepoint et la fugue avec Jean Huré. En 1928, il remporte le prix Blumenthal et dirige son premier concert chez Pasdeloup. À la fondation de l'Orchestre national, en 1934, il est percussionniste ; Inghelbrecht le remarque et l'engage comme assistant. Peu après, la radio s'enrichit d'un second orchestre, l'Orchestre radio-symphonique, dont Rosenthal prend la direction, au grand soulagement d'Inghelbrecht, qui trouve ses programmes trop audacieux. Le compositeur s'impose peu à peu avec deux ouvrages lyriques légers très réussis – Rayon des soieries (1930) et La Poule noire (1937) –, les pièces pour piano Les Petits Métiers (1933), l'oratorio Saint François d'Assise (1936-1939, créé en 1944), le ballet Gaîté parisienne (1938).

Après sa libération en 1941, Rosenthal se réfugie dans la clandestinité. À la Libération, il est nommé à la tête de l'Orchestre national, où il remplace Inghelbrecht, qui a été écarté. De 1944 à 1947, les créations, premières françaises ou premières mondiales s'enchaînent : Bartók, Stravinski, Prokofiev, Britten, Richard Strauss, Henry Barraud, Jean Françaix

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  ROSENTHAL MANUEL (1904-2003)  » est également traité dans :

ORCHESTRE NATIONAL DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 667 mots
  •  • 2 médias

Jeanne Haskil, sœur de Clara. Le 1er mars 1943, l'orchestre regagne Paris, où il fête son millième concert. Mais il est difficile, pour un ensemble subventionné, de garder ses distances vis-à-vis des autorités d'occupation. À la Libération, Inghelbrecht, écarté, est remplacé par Manuel Rosenthal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-national-de-france/#i_22176

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « ROSENTHAL MANUEL - (1904-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-rosenthal/