MANIFESTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Convergences contemporaines

Les manifestations de février 1934 et de mai 1968, qui n'étaient les appendices d'aucune autre forme d'action, peuvent être qualifiées de « manifestations de crises ». Elles ont constitué des instruments transitoires d'adaptations et de (re)définitions politiques d'autant plus efficaces qu'elles disposaient de relais dans le champ convenu du politique. Celles qui ont été organisées depuis les années 1980 sont le symptôme d'une crise du politique, distincte des événements de 1934 ou de 1968 en ce qu'elle n'est pas ce moment, court, d'un retournement permettant aux contradictions politiques alors à l'œuvre mais demeurées latentes de s'affirmer ouvertement pour ainsi précipiter des mutations radicales. Ces manifestations sont le signe d'une crise structurelle de longue durée : pour la plupart appendices de grèves (1995), d'élections (2002), de fêtes, de « forums » (Seattle en 1999) ou de pétitions, elles sont dépendantes d'agendas dont elles n'ont pas la maîtrise et ne font, d'aventure, événement que dans la relation qu'elles entretiennent avec le mouvement social qui les englobe et les dépasse. La plupart demeurent inscrites dans le système manifestant demeuré prévalent. Du moins voit-on s'affirmer, à ses marges, des manifestations en nombre accru empruntant à d'autres répertoires.

La manifestation s'est affirmée comme une modalité spécifique du politique quand prévalaient les conceptions positivistes d'une histoire orientée vers un devenir meilleur, que d'aucuns nommaient Progrès et d'autres Révolution. Elle s'est affirmée, près d'un siècle durant, comme l'expression symbolique de cette marche vers le futur. En signifiant que ses acteurs acceptaient de s'inscrire dans le temps – différé – de la satisfaction de leurs exigences, celui des stratégies politiques. Elle ne saurait, dès lors, être quitte de la disparition des horizons d'attente qui ont longtemps structuré la pensée et l'action. Le « présentisme » (François Hartog) aujourd'hui dominant n'est pas étranger au retour en force de mouvements relevant de « l'action directe », soucieux d'obtenir satisfaction ici et maintenant, jusqu'à la possible « révolte ». Des marches, ancrées dans le répertoire d'action en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, mais demeurées longtemps exceptionnelles en France (« marches de la faim » de 1933 et de 1935), opèrent, pour elles, une percée à partir de 1983 (marche pour l'égalité et contre le racisme), à l'initiative de groupes qui s'estiment victimes d'un déni de justice et témoignent ainsi de leur suspicion à l'encontre des formes convenues de la représentation et de l'action politique.

Simultanément, la contraction du champ de compétences des États-nations et les redéfinitions des espaces de la décision politique et économique, corollaires de l'intégration européenne et de la mondialisation libérale, sont sources de convergences entre systèmes manifestants nationaux. Des manifestations se déploient à telles échelles (Marches européennes des chômeurs, Marche mondiale des femmes, manifestations altermondialistes empruntant, toutefois, aux répertoires nationaux d'action des pays concernés), des agendas intégrateurs s'imposent (« manif-monde » contre la guerre en Irak en février 2003), la circulation des marqueurs sonores et visuels est accentuée par la multiplication des rassemblements internationaux, la mondialisation des images diffusées par les médias et Internet. En France, la centralité des manifestations parisiennes, longtemps prévalente, le cède à celle des manifestations déployées dans les espaces de la cohésion sociale mise à mal (en 1995, la carte des manifestations se superpose à celle du non au traité de Maastricht exprimé par le référendum de 1992), de la décision (Bruxelles et Strasbourg, sièges des institutions européennes, Seattle, où se réunit l'assemblée générale de l'O.M.C. en 1999, Washington, lors de la réunion du F.M.I. en avril 2000...) ou de ses effets combattus (les forums sociaux de Millau, et de Pôrto Alegre). Questions environnementales et problèmes de société, transnationaux, génèrent, également, des mobilisations d'allure inédite, empruntant souvent au répertoire d'outre-Atlantique : Die-in d'Act Up, Gay Pride, manifestations médiatiques de Greenpeace ou techno-parades. Cependant que la poussée de l'extrême droite et la montée du terrorisme incitent, a c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Manifestation contre le plan Juppé

Manifestation contre le plan Juppé
Crédits : Georges Gobet/ AFP

photographie

Je suis Charlie

Je suis Charlie
Crédits : G. Mouly-Héras

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANIFESTATION  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La révolution du 22 février 2019, l’espoir déçu d’une « seconde indépendance » »  : […] Malgré des transformations sociales rapides, le régime a misé sur la passivité des Algériens, qu’il jugeait, jusqu’en 2019, traumatisés par la décennie noire. Pour entretenir la peur, la télévision nationale a diffusé abondamment les images des atrocités de la guerre civile en Syrie. Et, dès le début du soulèvement pacifique algérien en 2019, le conseiller politique du président, Ahmed Ouyahia, a […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mai-juin 1968 »  : […] La France avait connu, dans les premières années de la V e  République, quelques mouvements sociaux importants. Ainsi, la grève des mineurs de 1963 – à laquelle le pouvoir avait répondu par un ordre de réquisition – avait été populaire et la confiance accordée au président de la République en avait été sensiblement affectée pendant quelques mois. En 1966, après un accord C.G.T.-C.F.D.T. pour une […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un fort mouvement social contre le contrat première embauche (C.P.E.) »  : […] Dominique de Villepin, dont la cote de popularité est au plus haut dans les sondages après huit mois à Matignon et qui semble pouvoir contester les prétentions de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, annonce en janvier 2006 la création d'un nouveau contrat de travail pour les jeunes de moins de vingt-six ans, à l'essai pendant deux ans, avec un dispositif de formation et une exonération […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2019

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 679 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une politique de réformes à l’épreuve »  : […] Le mouvement de protestation des « gilets jaunes », né à la fin de 2018, connaît des prolongations en 2019. Il déclenche de nombreux débats tant au sujet de la politique de maintien de l’ordre (usage des grenades de désencerclement, des lanceurs de balles de défense…), que concernant la complaisance de certains « gilets jaunes » envers les violences commises entre autres par les «   black blocs   […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2015

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 371 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La France frappée par le terrorisme »  : […] Le 7 janvier, un premier attentat frappe la rédaction de Charlie Hebdo , le 8 janvier une jeune policière municipale est abattue à Montrouge, le 9 janvier le supermarché Hyper Cacher de la porte de Vincennes est attaqué. Presque un an plus tard, le 13 novembre, des attaques simultanées frappent le public d’un concert au Bataclan, le Stade de France et plusieurs restaurants et cafés. Le bilan humai […] Lire la suite

GAY PRIDE

  • Écrit par 
  • Christophe BROQUA
  •  • 2 632 mots

Symbole de l'homosexualité moderne dans les pays occidentaux, la Gay Pride est le produit des mouvements de libération homosexuelle nés au début des années 1970. À l'origine, c'est une marche revendicative commémorant des événements qui se sont déroulés à New York en juin 1969. Après que des arrestations ont eu lieu dans un bar de Christopher Street fréquenté principalement par des travestis, le […] Lire la suite

MAI-68

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 2 746 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une crise politique »  : […] Les contradictions n'épargnent pas la majorité gouvernementale, la question de l'après-gaullisme paraissant ouvertement posé en son sein. Le 24 mai, le général de Gaulle abandonne à son Premier ministre la carte de la négociation et se réserve d'annoncer au pays un référendum visant à instaurer la participation et la régionalisation. Sans résultats probants. Des stratégies concurrentes de relève p […] Lire la suite

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la recherche d'un maintien républicain de l'ordre »  : […] Comment concilier l'ordre de la rue, la sécurité des citoyens, la défense du régime avec les libertés et les principes et idéaux hérités de 1789 ? La mise au point d'un maintien de l'ordre prenant en compte la lente émergence d'un droit de manifestation longtemps assimilé à un « droit à l'émeute » et en rupture avec les pratiques sanglantes et meurtrières du xix e  siècle a préoccupé les pouvoirs […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-9 mai 2022 Suisse – Ukraine. Annulation du défilé du Régiment immortel à Genève.

Le 8, une manifestation organisée par un réseau de Russes opposés à la guerre en Ukraine réunit à Genève une centaine de personnes. Le 9, l’ambassadeur de Russie participe à la commémoration, sous haute protection, de la « Grande Victoire patriotique » de 1945, dans un cimetière de Bâle où sont enterrés une vingtaine de soldats soviétiques. […] Lire la suite

1er-19 avril 2022 Sri Lanka. Mouvement de protestation contre le président Gotabaya Rajapaksa.

Le 19, la répression d’une manifestation à Rambukkana, au nord-est de Colombo, fait un mort et de nombreux blessés par balles.  […] Lire la suite

3-11 avril 2022 France. Report du processus de discussion entre l'État et la Corse.

La fin de la manifestation est marquée par des violences. Le 4, le président Emmanuel Macron juge ces violences « inacceptables » et dénonce la présence de « responsables politiques en tête de cortège ». Évoquant le processus de discussion entre l’État et la Corse annoncé en mars et qui devait débuter le 8, il affirme qu’« il n’y aura pas de discussion avec des gens qui se comportent comme ça ». […] Lire la suite

4-23 février 2022 Canada. Fin du mouvement des camionneurs.

Le 4, la plateforme de financement participatif GoFundMe annonce sa décision de rembourser aux donateurs les quelque 10 millions de dollars canadiens (7 millions d’euros environ) collectés en faveur du « convoi de la liberté », estimant que « la manifestation auparavant pacifique est devenue une occupation, avec des rapports de police faisant état de violences et d’autres activités illégales ». […] Lire la suite

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le 8, à l’occasion du soixantième anniversaire de l’événement, l’Élysée diffuse une déclaration dans laquelle le président Emmanuel Macron « rend hommage à la mémoire des victimes » de la « manifestation unitaire organisée pour la paix et l’indépendance en Algérie et contre les attentats de l’OAS », qui a eu lieu en février 1962 aux abords du métro Charonne, à Paris, qui avait été « violemment réprimée par la police ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Danielle TARTAKOWSKY, « MANIFESTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manifestation/