MANIFESTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cas français

Un mode de régulation des crises

La France se distingue des deux cas de figure évoqués plus haut. L'usage intransitif du verbe « manifester » s'impose en 1868, son participe présent – manifestant – s'étant substantivé dès 1849 (Pierre Joseph Proudhon). Cette prise en compte de l'irruption des masses dans l'espace public anticipe, toutefois, sur l'effective autonomisation de ce mode d'expression politique. Les cortèges antérieurs à l'avènement de la IIIe République sont des mouvements exceptionnels, accompagnant et prolongeant les révolutions successives. Ils sont en cela distincts de la manifestation comprise comme une modalité coutumière du politique. Ils sont du reste régis par une législation constituée au gré des révolutions et des insurrections (loi martiale d'octobre 1789, lois de février 1790 et de juillet 1791 sur l'utilisation et l'action de la force publique, lois du 10 avril 1831 et du 7 juin 1848 sur les attroupements).

Les républicains doivent à leur individualisme philosophique de tenir les corps intermédiaires pour des forces écrans entre le citoyen électeur et les élus, seule expression légitime du peuple souverain. Cette défiance à l'encontre de toute expression collective d'intérêts particuliers s'étend, naturellement, aux « mouvements de la rue » qui, depuis 1789, ont fait et défait les régimes. Le régime tient le suffrage universel combiné aux conquêtes démocratiques des années 1880 (lois scolaires, liberté de la presse, liberté de réunion...) pour le seul cadre légal permettant à chacun d'exprimer et donc de « manifester » individuellement – différence notoire – sa pensée. Il dénie, dès lors, toute légitimité à des mouvements destinés à se faire entendre des pouvoirs publics par d'autres voies. Aussi n'intègre-t-il pas la manifestation au rang des libertés démocratiques qu'il garantit alors. Il limite l'expression du droit de pétition au Parlement et s'en tient, pour le reste, à l'arsenal juridique préexistant, aggravé par la loi du 30 juin 1881 qui interdit la tenue de réunion sur la voie publique.

Les constitutions républicaines ultérieures reconnaîtront au citoyen le droit de « manifester sa pensée » sans formuler l'existence d'un droit à la manifestation dans son acception contemporaine. En vertu de la loi municipale de 1884, son éventuelle tolérance relève de l'appréciation des maires. À Paris, elle est soumise au bon vouloir de la préfecture de police. Les crises qui rythment les premières décennies de la République n'en voient pas moins les « manifestations de la rue » céder le pas à des manifestations de rue, où la Rue, hier sujet fantasmatique, devient espace.

Ce mode d'expression s'autonomise plus nettement après l'affaire Dreyfus, quand émergent des partis de type de moderne, capables d'évaluer un rapport des forces, de capitaliser des acquis et de produire du sens. La légitimité qu'on leur reconnaît bientôt ne s'étend cependant pas à la manifestation. Tenue pour une expression du désordre politique et pour un potentiel facteur de violence, elle demeure dans un état d'anomie. La progressive intervention régulatrice du pouvoir central s'opère à partir de considérations d'ordre public, non de légitimité politique. En 1907, Clemenceau admet qu'on puisse tolérer certaines démonstrations, en fonction de la personnalité de leurs organisateurs et de leur capacité à les encadrer, en accord avec les pouvoirs publics (première du genre, la « grande protestation » contre l'exécution de Francisco Ferrer, 17 octobre 1909). En 1921 est créé un corps de gendarmes mobiles spécialisés dans le maintien de l'ordre. En octobre 1935, un décret-loi introduit l'obligation d'une demande d'autorisation préalable. Conçu pour mieux maîtriser les éventuels débordements de la rue après les manifestations sanglantes advenues de février 1934 à août 1935, il confère, du même coup, à la manifestation le statut dont elle était jusqu'alors dépourvue. À ce jour, il est toujours en vigueur malgré son caractère provisoire et l'absence de ratification législative ultérieure.

Cette forme d'action à vocation identitaire, pétitionnaire ou protestataire, s'était déjà affirmée avant 1 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Manifestation contre le plan Juppé

Manifestation contre le plan Juppé
Crédits : Georges Gobet/ AFP

photographie

Je suis Charlie

Je suis Charlie
Crédits : G. Mouly-Héras

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MANIFESTATION  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La révolution du 22 février 2019, l’espoir déçu d’une « seconde indépendance » »  : […] Malgré des transformations sociales rapides, le régime a misé sur la passivité des Algériens, qu’il jugeait, jusqu’en 2019, traumatisés par la décennie noire. Pour entretenir la peur, la télévision nationale a diffusé abondamment les images des atrocités de la guerre civile en Syrie. Et, dès le début du soulèvement pacifique algérien en 2019, le conseiller politique du président, Ahmed Ouyahia, a […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mai-juin 1968 »  : […] La France avait connu, dans les premières années de la V e  République, quelques mouvements sociaux importants. Ainsi, la grève des mineurs de 1963 – à laquelle le pouvoir avait répondu par un ordre de réquisition – avait été populaire et la confiance accordée au président de la République en avait été sensiblement affectée pendant quelques mois. En 1966, après un accord C.G.T.-C.F.D.T. pour une […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un fort mouvement social contre le contrat première embauche (C.P.E.) »  : […] Dominique de Villepin, dont la cote de popularité est au plus haut dans les sondages après huit mois à Matignon et qui semble pouvoir contester les prétentions de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, annonce en janvier 2006 la création d'un nouveau contrat de travail pour les jeunes de moins de vingt-six ans, à l'essai pendant deux ans, avec un dispositif de formation et une exonération […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2019

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 679 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une politique de réformes à l’épreuve »  : […] Le mouvement de protestation des « gilets jaunes », né à la fin de 2018, connaît des prolongations en 2019. Il déclenche de nombreux débats tant au sujet de la politique de maintien de l’ordre (usage des grenades de désencerclement, des lanceurs de balles de défense…), que concernant la complaisance de certains « gilets jaunes » envers les violences commises entre autres par les «   black blocs   […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2015

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 371 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La France frappée par le terrorisme »  : […] Le 7 janvier, un premier attentat frappe la rédaction de Charlie Hebdo , le 8 janvier une jeune policière municipale est abattue à Montrouge, le 9 janvier le supermarché Hyper Cacher de la porte de Vincennes est attaqué. Presque un an plus tard, le 13 novembre, des attaques simultanées frappent le public d’un concert au Bataclan, le Stade de France et plusieurs restaurants et cafés. Le bilan humai […] Lire la suite

GAY PRIDE

  • Écrit par 
  • Christophe BROQUA
  •  • 2 632 mots

Symbole de l'homosexualité moderne dans les pays occidentaux, la Gay Pride est le produit des mouvements de libération homosexuelle nés au début des années 1970. À l'origine, c'est une marche revendicative commémorant des événements qui se sont déroulés à New York en juin 1969. Après que des arrestations ont eu lieu dans un bar de Christopher Street fréquenté principalement par des travestis, le […] Lire la suite

MAI-68

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 2 746 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une crise politique »  : […] Les contradictions n'épargnent pas la majorité gouvernementale, la question de l'après-gaullisme paraissant ouvertement posé en son sein. Le 24 mai, le général de Gaulle abandonne à son Premier ministre la carte de la négociation et se réserve d'annoncer au pays un référendum visant à instaurer la participation et la régionalisation. Sans résultats probants. Des stratégies concurrentes de relève p […] Lire la suite

POLICE SOUS LA IIIè RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BERLIÈRE
  •  • 4 194 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la recherche d'un maintien républicain de l'ordre »  : […] Comment concilier l'ordre de la rue, la sécurité des citoyens, la défense du régime avec les libertés et les principes et idéaux hérités de 1789 ? La mise au point d'un maintien de l'ordre prenant en compte la lente émergence d'un droit de manifestation longtemps assimilé à un « droit à l'émeute » et en rupture avec les pratiques sanglantes et meurtrières du xix e  siècle a préoccupé les pouvoirs […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-9 mai 2022 Suisse – Ukraine. Annulation du défilé du Régiment immortel à Genève.

Le 8, une manifestation organisée par un réseau de Russes opposés à la guerre en Ukraine réunit à Genève une centaine de personnes. Le 9, l’ambassadeur de Russie participe à la commémoration, sous haute protection, de la « Grande Victoire patriotique » de 1945, dans un cimetière de Bâle où sont enterrés une vingtaine de soldats soviétiques. […] Lire la suite

1er-19 avril 2022 Sri Lanka. Mouvement de protestation contre le président Gotabaya Rajapaksa.

Le 19, la répression d’une manifestation à Rambukkana, au nord-est de Colombo, fait un mort et de nombreux blessés par balles.  […] Lire la suite

3-11 avril 2022 France. Report du processus de discussion entre l'État et la Corse.

La fin de la manifestation est marquée par des violences. Le 4, le président Emmanuel Macron juge ces violences « inacceptables » et dénonce la présence de « responsables politiques en tête de cortège ». Évoquant le processus de discussion entre l’État et la Corse annoncé en mars et qui devait débuter le 8, il affirme qu’« il n’y aura pas de discussion avec des gens qui se comportent comme ça ». […] Lire la suite

4-23 février 2022 Canada. Fin du mouvement des camionneurs.

Le 4, la plateforme de financement participatif GoFundMe annonce sa décision de rembourser aux donateurs les quelque 10 millions de dollars canadiens (7 millions d’euros environ) collectés en faveur du « convoi de la liberté », estimant que « la manifestation auparavant pacifique est devenue une occupation, avec des rapports de police faisant état de violences et d’autres activités illégales ». […] Lire la suite

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le 8, à l’occasion du soixantième anniversaire de l’événement, l’Élysée diffuse une déclaration dans laquelle le président Emmanuel Macron « rend hommage à la mémoire des victimes » de la « manifestation unitaire organisée pour la paix et l’indépendance en Algérie et contre les attentats de l’OAS », qui a eu lieu en février 1962 aux abords du métro Charonne, à Paris, qui avait été « violemment réprimée par la police ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Danielle TARTAKOWSKY, « MANIFESTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manifestation/