Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALZHEIMER MALADIE D'

Traitement

Il n'existe actuellement aucun moyen de guérir la maladie d'Alzheimer ou même d'en arrêter l'évolution. Certains traitements sont susceptibles d'atténuer les pertes de mémoire, les troubles du langage et du raisonnement. Le traitement reste à l'heure actuelle essentiellement symptomatique et vise à améliorer la qualité de vie des patients. La lutte contre les facteurs de risques vasculaires (hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie) est importante. La rééducation cognitive de la mémoire et le traitement symptomatique des troubles comportementaux (dépression, agitation) sont cruciaux pour aider les patients.

Des approches pharmacologiques visant à prévenir la formation et l'agrégation des dépôts protéiques de peptides Aβ ou à induire une neuroprotection (antioxydants, antiapoptotiques, anti-inflammatoires) sont actuellement en cours d'évaluation. Les traitements visant à augmenter la quantité d'acétylcholine (neurotransmetteur jouant un rôle important dans le fonctionnement de la mémoire) peuvent améliorer les fonctions intellectuelles des patients au début de l'évolution de la maladie. Plusieurs inhibiteurs de l'acétylcholine estérase ont été testés et ont montré une certaine efficacité, au moins dans les stades précoces de la maladie. Les récepteurs neuronaux au N-méthylD-aspartate (NMDA) jouent un rôle clé dans les processus de mémorisation ; leur hyperstimulation au cours de la maladie d'Alzheimer serait un phénomène important. Un inhibiteur de NMDA (mémantine) est également en cours d'évaluation. La mise au point d'un vaccin est à l'étude depuis de nombreuses années ; en effet des chercheurs ont montré que l'immunisation contre le peptide Aβ de souris transgéniques qui le surexpriment peut permettre de prévenir l'apparition des dépôts chez les animaux jeunes et de limiter leur extension. Des essais thérapeutiques sur des patients atteints de maladie d'Alzheimer ont été réalisés dès 1999. Si ces essais ont dû être stoppés en raison d'effets secondaires importants, l'immunothérapie reste une approche thérapeutique prometteuse dans cette maladie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche à l'I.N.S.E.R.M., pédiatre, consultant à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMNÉSIE

    • Écrit par Francis EUSTACHE
    • 1 108 mots

    Les amnésies constituent un terme générique qui s’applique à de multiples situations pathologiques : une maladie neurodégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, un traumatisme crânien, les conséquences de lésions focales de diverses origines, comme une pathologie infectieuse, vasculaire, tumorale,...

  • AUTORÉFÉRENCE ET MÉMOIRE

    • Écrit par Serge BRÉDART
    • 848 mots

    L’effet de l’autoréférence sur la mémoire désigne le fait que les informations relatives à soi sont mieux mémorisées que les informations relatives à autrui.

    La procédure classique qui a permis la mise en évidence de cet effet consiste à présenter des adjectifs décrivant des traits de ...

  • DÉMENCE

    • Écrit par Raymond ESCOUROLLE, Universalis, Joël GREGOGNA
    • 5 189 mots
    La maladie d'Alzheimer est environ quatre fois plus fréquente. Son individualisation date des descriptions anatomiques d'Alzheimer (1906) et cliniques de Bonfiglio (1908) et Perusini (1909).
  • MALADIES MENTALES

    • Écrit par Universalis, Paul SIVADON
    • 5 780 mots
    ...ou moins tardivement le cerveau de certains vieillards (démence sénile) ou de personnes relativement âgées (démences préséniles : maladie de Pick ou d' Alzheimer). C'est le cas des lésions dues à des troubles circulatoires (démence artériopathique), à une atteinte syphilitique (paralysie générale) ou toxique...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi