JACKSON MAHALIA (1911-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciple de Bessie Smith, mais, contrairement à cette dernière, fermée à l'inspiration profane, Mahalia Jackson, qui a surtout chanté dans les églises baptistes, a cependant été connue du grand public grâce à ses enregistrements (Silent Night, 1950, In the Upper Room, 1952). Elle est non seulement la plus grande chanteuse qu'ait révélée l'art du gospel song, mais une des vocalistes les plus douées de son temps, avec Maria Callas et Oum Khalsoum. Sa voix grave, profonde, puissante, chaleureuse possède un registre exceptionnellement étendu pour une artiste qui n'a pas de formation classique. Mais, surtout, les amateurs de musique négro-américaine admirent les inflexions profondément émouvantes et le swing ample — majestueux sur tempo lent — de cette chanteuse dont le rayonnement a été considérable et qui a laissé, comme l'écrivit Jean-Robert Masson, « cette grande leçon de ferveur collective où le peuple noir aura pu lire, comme en creux, les traces de son avenir ».

—  Alain GERBER

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification


Autres références

«  JACKSON MAHALIA (1911-1972)  » est également traité dans :

GOSPEL

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 806 mots

Dans le chapitre « Des negro spirituals au gospel »  : […] Le gospel (« évangile », en anglais) est le prolongement de ces différentes pratiques ou plutôt l'adaptation au marché, vers 1930, du negro spiritual, le développement rapide de la radio et du disque 78-tours contribuant au succès de cette musique religieuse teintée de blues. Cette forme vocale sacrée a longtemps été chantée a cappella . Comme dans les spirituals, des épisodes des Évangiles sont m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gospel/#i_24754

NEGRO SPIRITUAL ET GOSPEL

  • Écrit par 
  • Denis Constant MARTIN
  •  • 3 169 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naissance du gospel moderne »  : […] Il n'y a donc pas de faille entre la pratique congrégationnelle et les formes plus organisées de chant religieux. La première imprègne les secondes et sert de conservatoire (à la fois mémoire et école) à la communauté. Les compositeurs d'hymnes et de cantiques s'inspirent des polyphonies spontanées pour continuer à fournir les services en matériau musical nouveau. L'hymnaire est en effet un élémen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negro-spiritual-et-gospel/#i_24754

Pour citer l’article

Alain GERBER, « JACKSON MAHALIA - (1911-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahalia-jackson/