JACKSON MAHALIA (1911-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciple de Bessie Smith, mais, contrairement à cette dernière, fermée à l'inspiration profane, Mahalia Jackson, qui a surtout chanté dans les églises baptistes, a cependant été connue du grand public grâce à ses enregistrements (Silent Night, 1950, In the Upper Room, 1952). Elle est non seulement la plus grande chanteuse qu'ait révélée l'art du gospel song, mais une des vocalistes les plus douées de son temps, avec Maria Callas et Oum Khalsoum. Sa voix grave, profonde, puissante, chaleureuse possède un registre exceptionnellement étendu pour une artiste qui n'a pas de formation classique. Mais, surtout, les amateurs de musique négro-américaine admirent les inflexions profondément émouvantes et le swing ample — majestueux sur tempo lent — de cette chanteuse dont le rayonnement a été considérable et qui a laissé, comme l'écrivit Jean-Robert Masson, « cette grande leçon de ferveur collective où le peuple noir aura pu lire, comme en creux, les traces de son avenir ».

—  Alain GERBER

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification


Autres références

«  JACKSON MAHALIA (1911-1972)  » est également traité dans :

GOSPEL

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 806 mots

Dans le chapitre « Des negro spirituals au gospel »  : […] Sur la trace de Sallie Martin (1895-1988) et de Willie Mae Ford Smith (1906-1994), Mahalia Jackson (1911-1972) devient une des plus grandes voix du gospel. Elle enregistre à partir de 1937 sous la direction du producteur et compositeur à succès Thomas A. Dorsey (1899-1993), flirtant avec le jazz, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gospel/#i_24754

NEGRO SPIRITUAL ET GOSPEL

  • Écrit par 
  • Denis Constant MARTIN
  •  • 3 170 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naissance du gospel moderne »  : […] comme tremplin la Convention nationale baptiste, il va bâtir une organisation commerciale sans précédent destinée à diffuser ses compositions. Avec Sallie Martin, il crée en 1932 la Gospel Singers Convention. De grandes voix, comme Willie Mae Ford Smith à Saint Louis ou Mahalia Jackson à Chicago, s'emploient à l'interprétation de ses œuvres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/negro-spiritual-et-gospel/#i_24754

Pour citer l’article

Alain GERBER, « JACKSON MAHALIA - (1911-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahalia-jackson/