MAGICIENS DE LA TERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une polémique fertile

Vingt-cinq ans après l’exposition, nombreuses sont les pratiques de commissiariat s’essayant à leur tour à un décloisonnement comparable dans les biennales, les collections publiques ou privées, les galeries et les foires. La critique s’est elle aussi saisie du geste de Jean-Hubert Martin : l’exposition, qui a reçu 300 000 visiteurs, a en partie été négligée ou rejetée en 1989 par le public averti. Mais elle a d’emblée fait l’objet d’une intense discussion dans les revues spécialisées, comme Les Cahiers du Musée national d’art moderne, Art in America ou Artforum.

L’exposition a aussi fédéré contre elle un ensemble de critiques aussi bien conservatrices que postcoloniales. Bien qu’elles aient adopté des lignes assez divergentes, ces dernières sont depuis lors régulièrement reprises par des commissaires d’exposition internationaux tel Okwui Enwezor. Un premier ensemble parmi ces critiques dénonce en effet, aujourd’hui comme hier, une trop forte différenciation, dans Magiciens de la Terre, entres œuvres de pays du « Nord » et œuvres du « Sud », ces dernières étant alors caractérisées par leur dimension rituelle et leur aura. D’autres critiques se plaignent au contraire de la trop grande indifférenciation pratiquée par Martin et ses collègues : la décontextualisation qu’opère inévitablement le musée en serait un symptôme. D’un côté, donc, on reproche à Martin de ne pas avoir été fidèle à son relativisme culturel en imposant un regard ethnocentrique, c’est-à-dire néo-primitiviste, sur les œuvres d’art non occidentales. D’un autre côté, on conteste les choix de Magiciens de la Terre parce qu’au relativisme culturel qui en est le point de départ se serait peu à peu ajouté un relativisme esthétique conduisant à une forme de « déroute du goût », dont l’esthète ne saurait se satisfaire. Ainsi le succès durable de Magiciens de la Terre tient-il, outre son originalité initiale, au fait que l’exposition continue de faire l’objet d’un puissant conflit d’interprétations dont l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAGICIENS DE LA TERRE  » est également traité dans :

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 400 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les nouveaux contextes »  : […] On a coutume de considérer l'année 1989 comme hautement symbolique dans l'ouverture planétaire de la scène artistique contemporaine. Deux événements géopolitiques majeurs sont intervenus : la chute du Mur de Berlin et les manifestations chinoises de la place Tiananmen. Le nouveau contexte culturel est marqué, en cette même année, par un événement fondateur, l'exposition Magiciens de la terre orga […] Lire la suite

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 101 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Vers un art global »  : […] Art contemporain international, art contemporain non occidental, art global, art mondial ? Toutes ces expressions désignent avec plus ou moins de précision la réalité mouvante que constitue depuis les années 1990 la nouvelle géographie de l'art contemporain. Cette variété rend bien compte de la complexité des concepts mis en œuvre, de l'inadéquation de la terminologie en vigueur, ainsi que de la r […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les magiciens de la terre »  : […] En 1989, au Musée national des beaux-arts de Pékin, l'exposition China/Avant-garde fédère toute cette effervescence. Dans la bonne humeur et le chahut, 185 artistes s'y trouvent réunis. On lance au sol de longs draps avec des slogans, on montre de la peinture traditionnelle et de la peinture abstraite. On accueille des installations et des performances. Au cours de l'une d'elle, signée Xiao Lu et […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « À partir de 1980 »  : […] Les trois décennies 1980-2010 voient une diversification des pratiques artistiques sans précédent. Réaction au rejet de la subjectivité par les années 1970, le néo-expressionnisme apparu en Occident vers 1980 ( Bad Painting , etc.) suscite au Japon un renouveau de la peinture abstraite, avec Nakamura Kazumi (né en 1956), et figurative, chez Yokoo Tadanori (né en 1936), graphiste « converti » à la […] Lire la suite

QUAI BRANLY-JACQUES CHIRAC MUSÉE DU, Paris

  • Écrit par 
  • Julien GUILHEM, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 223 mots

Dans le chapitre « Le débat sur la place des « arts primitifs » »  : […] L'absence de concertation préalable de la communauté ethnologique, ainsi que le déménagement annoncé d'une partie des collections ethnologiques du musée de l'Homme (250 000 pièces) et du MAAO (24 000 pièces), eut pour effet de plonger les ethnologues dans une profonde inquiétude, à peine tempérée par la nomination de Maurice Godelier – remplacé ensuite par un autre ethnologue, Emmanuel Desveaux – […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent JEANPIERRE, « MAGICIENS DE LA TERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/magiciens-de-laterre/