LUTYENS sir EDWIN (1869-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Edwin Landseer Lutyens est né à Londres le 29 mars 1869. Il fait ses études d'architecture au Royal College of Arts (1885-1887), qu'il quitte prématurément pour travailler dans l'agence Ernest George & Peto, où il ne reste que six mois. À l'âge de vingt ans, il fonde son agence et construit plusieurs cottages dans le Surrey. Sa rencontre avec la créatrice de jardins Gertrude Jekyll, qui lui commande sa maison particulière, est l'occasion pour lui de réaliser son premier projet important, Munstead Wood (Godalmind, Surrey, 1896), dont la composition symétrique, le choix des matériaux et la puissante cheminée, se retrouveront dans de nombreuses réalisations de l'architecte. Certaines, parmi les plus remarquables, sont d'ailleurs conçues en collaboration avec Gertrude Jekyll, qui en dessine les jardins : Tigbourne Court (Witley, Surrey, 1899), réalisation épurée et virtuose à la fois, et Les Bois des Moutiers à Varengeville (1898), sa première œuvre en France. Sur un domaine de 12 hectares, cette maison construite pour le banquier anglophile Guillaume Mallet est, avec ses fenêtres verticales qui rappellent les travaux de Charles Rennie Mackintosh, l'une des rares à se rapprocher de l'Art nouveau. Lutyens s'inscrit il est vrai, avant tout, dans une double filiation : celle des maîtres du mouvement Arts and Crafts (R. N. Shaw, P. Webb, C. F. A. Voysey), dont il hérite un goût prononcé pour la mise en œuvre des matériaux et leur accord avec le milieu, et celle d'un classicisme dont l'Angleterre, depuis l'importation du modèle palladien par Inigo Jones, est l'un des foyers européens les plus féconds. C'est dans cette constante adaptation aux traditions locales et nationales, doublée d'une imagination peu commune, que Lutyens trouve les moyens de son expression. Facétieux voire irrévérencieux, excentrique et arrogant, jamais dépourvu d'humour, il décline les styles quand il ne les juxtapose pas avec un plaisir non dissimulé, dans ses innombrables maisons et manoirs : élisabéthain (Marsh Court à Stockbridge, Hampshire, 1901) georgien et Tudor (extensions de Folly Farm à Sulhampstead, Berkshire, 1905 et 1912), édouardien (Nashdom, Taplow, Buckinghamshire, 1905). Au Castle Drogo (Devon, 1910-1930), il emprunte à l'architecture de la fin du Moyen Âge ses imposants volumes, concevant des espaces intérieurs au caractère théâtral, qu'il avait déjà expérimentés avec les plates-formes de la Blackburne House (Little Thakeham, Sussex, 1902), ainsi que dans des décors pour des pièces de vaudeville à Londres (1902). À Papillon Hall (Leicestershire, 1903), dont le plan en croix de Saint-André trahit l'influence de l'architecte E. S. Prior, Lutyens introduit encore des éléments spatiaux originaux : le vestibule circulaire et le bassin à colonnade auquel il fait écho, sont autant de dispositifs destinés à surprendre. Si Lutyens use abondamment des figures géométriques, c'est le plus souvent, en effet, pour les mettre en opposition avec d'autres types de volumes, pour les agencer de manière non conventionnelle.

Edwin Lutyens, villa

Photographie : Edwin Lutyens, villa

Villa construite par Edwin Lutyens. Cet architecte britannique (1869-1944) a conçu, outre le plan d'urbanisme de la nouvelle capitale indienne, les principaux bâtiments administratifs de la ville. 

Crédits : F. M. Asher

Afficher

Castle Drogo

Photographie : Castle Drogo

Entrée principale de Castle Drogo, Drewsteignton, Devon (Grande-Bretagne). Architecte : Edwin Lutyens, 1910-1930. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Lutyens accède à un nouveau type de commande lorsque son confrère Raymond Unwin, auteur du plan de la cité-jardin de Hampstead (faubourg résidentiel de Londres), lui confie la construction de plusieurs maisons pour classes moyennes, mais surtout celle de deux églises se faisant face sur l'esplanade centrale. L'architecte joue une nouvelle fois de la confrontation des styles et des motifs, en opposant notamment la coupole de la Free Church à la flèche de Saint-Jude's Church (1910).

Outre de nombreux pavillons d'expositions (à Paris en 1900, à Rome en 1910 – le bâtiment se dresse toujours dans les jardins Borghèse –), Lutyens construit de plus en plus de bâtiments publics et conçoit son premier grand plan d'urbanisme en 1912, pour la nouvelle capitale indienne, New Delhi. Dans l'axe de cette majestueuse composition, il réalise, entre 1912 et 1930, le palais du vice-roi – il avait épousé en 1897 la fille du premier vice-roi en Inde –, dont la géométrie épurée inaugure un cycle de constructions où la monumentalité, voire l'emphase, l'emportent désormais sur la surprise ou le pittoresque. Sa nomination comme architecte de l'Imperial War Graves Commission (Commission des s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Edwin Lutyens, villa

Edwin Lutyens, villa
Crédits : F. M. Asher

photographie

Castle Drogo

Castle Drogo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LUTYENS sir EDWIN (1869-1944)  » est également traité dans :

JEKYLL GERTRUDE (1843-1932)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Paysagiste anglaise née à Londres le 29 novembre 1843 et morte le 8 décembre 1932, Gertrude Jekyll figure parmi les plus importants promoteurs d'un jardin plus « naturel », ou même « sauvage » ( wild garden ). Elle apporta en outre aux théories de son collègue William Robinson (1838-1935) la sensibilité et la culture qui leur faisaient défaut. Issue d'une famille aisée, Gertrude Jekyll reçoit une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « LUTYENS sir EDWIN - (1869-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lutyens-sir-edwin/