BUÑUEL LUIS (1900-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La coupable pureté

Les héros de ses films nous touchent aussi parce que ce sont des « purs ». Le musicien noir (La Jeune Fille), Viridiana parmi ses pauvres, le médecin (Cela s'appelle l'aurore), l'homme politique (La fièvre monte à El Pao) veulent instaurer un monde un peu plus juste. Leur innocence est un défi aux forces du mal. Leur pureté, comme chez Bernanos, provoque la violence. Ils doivent endosser le manteau de la calomnie, subir l'hypocrisie, se souiller au contact de la laideur et de la bassesse, douter d'eux-mêmes et, pour finir, se noyer parfois dans la médiocrité commune.

Ce goût élémentaire de la pureté se retrouve dans l'écriture et la mise en scène. On remarque le trait net, la lumière crue, le matériau brut. Espagnol, Buñuel aime le soleil aveuglant et l'ombre fraîche, l'éblouissement du jour et l'épaisseur de la nuit. En toutes choses, il privilégie le contraste, les valeurs tranchées. Il ne supporte pas les mélanges, la confusion, le flou.

On ne trouve jamais dans ses films de grands espaces ouverts, sans limite. « Les grands horizons, la mer, le désert me rendent fou. Il faut que je m'arrange pour enfermer mes personnages dans une chambre... » Ainsi, plusieurs de ses films sont situés dans une île (L'Âge d'or, Cela s'appelle l'aurore, Robinson, La Jeune Fille). Quand il s'intéresse à un ermite (Simon du désert), il le montre perché au sommet d'une colonne : isolé, héros d'une pureté sans mélange, insulaire à sa façon. Dans L'Ange exterminateur, la maison et l'église sont aussi des îlots, tout comme le domaine du Journal d'une femme de chambre. De même, le héros de El vit dans une grande villa entourée de hauts murs. Lorsqu'il en sort, c'est pour monter au sommet d'une tour dominant la ville, et donner libre cours à sa paranoïa. On sait que Jacques Lacan illustrait un de ses cours par ce film, à ses yeux exemplaire.

Jeanne Moreau

Photographie : Jeanne Moreau

Un regard qui défie et tient à distance. Pris lors du tournage du Journal d'une femme de chambre (1963), de Luis Buñuel, ce portrait résume à merveille le personnage inflexible incarné par l'actrice. 

Crédits : Speva Films/ Cine Alliances/ Filmsonor/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Pureté suspecte donc. Qui veut faire l'ange... Oui, l'angélisme côtoie le bestial. Le désert hallucinant – lieu de toutes les tentations – commence au pied de la colonne du moine stylite. La mer cerne les îles, menaçante, ouverte à l'im [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Los Olvidados, de L. Buñuel

Los Olvidados, de L. Buñuel
Crédits : Hulton Getty

photographie

Belle de jour, L. Buñuel

Belle de jour, L. Buñuel
Crédits : MEPL / Bridgeman Images

photographie

Jeanne Moreau

Jeanne Moreau
Crédits : Speva Films/ Cine Alliances/ Filmsonor/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-V-René-Descartes, critique de cinéma

Classification

Autres références

«  BUÑUEL LUIS (1900-1983)  » est également traité dans :

L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 873 mots

Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu'un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l'argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d'essai, coup d'éclat : les surréalistes, alertés […] Lire la suite

AUDRAN STÉPHANE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Née Colette Dacheville le 8 novembre 1932 à Versailles, Stéphane Audran suit les cours d’art dramatique de Tania Balachova, Charles Dullin, Michel Vitold et René Simon. Elle épouse en 1954 Jean-Louis Trintignant, son condisciple du cours Simon, avec qui elle débute sur scène, en 1955, dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel et Jacques Panijel. Après deux autres pièces, sa carrière au thé […] Lire la suite

CARRIÈRE JEAN-CLAUDE (1931-2021)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 094 mots

Fils de viticulteurs, Jean-Claude Carrière naît le 19 septembre 1931 à Colombières-sur-Orb (Hérault), où il passe son enfance. Alors qu’il a treize ans, ses parents prennent la gérance d’un café à Montreuil-sous-Bois. Dès le lycée, il est attiré par le cinéma et la littérature, pense devenir professeur, mais écrit déjà dans des revues littéraires pendant ses études au lycée Lakanal puis à l’École […] Lire la suite

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ordre public et bonnes mœurs »  : […] Ces périodes particulières mises à part, le contrôle étatique des publications a été très limité au xx e  siècle. L'assouplissement de la législation traduit certainement un progrès de la liberté d'expression, mais il tient aussi à l'affaiblissement du rôle social de l'écrit face aux nouveaux moyens de communication. En revanche, il faut souligner que le développement du cinéma et de la télévisio […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma, art populaire »  : […] Lorsque les premières démonstrations de cinéma sonore ont lieu à Paris, en 1927 et 1928 , l'avant-garde appartient déjà au passé. Les hommes qui vont faire le cinéma de demain sont peu ou pas du tout connus. Ils vont aborder le parlant sans préjugés. Ils s'appellent Luis Buñuel, Jean Vigo, Jean Cocteau, Jean Renoir. Eisenstein vient faire des conférences à Paris en 1930 et apporte toute son autor […] Lire la suite

DALÍ SALVADOR (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 2 752 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « La différence entre un fou et moi... » »  : […] Né le 11 mai 1904 à Figueras, en Catalogne, Salvador Dalí porte le même prénom que son père, notaire quelque peu possessif, et que son frère décédé quelques années auparavant : voilà pour le roman familial où Dalí voit la cause de certains de ses troubles psychiques, son complexe d'Œdipe et ses obsessions morbides. Très jeune, il montre son talent de dessinateur ; Ramón Pitchot, peintre impression […] Lire la suite

DEL TORO GUILLERMO (1964- )

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une poésie de l’horreur »  : […] Il se fait remarquer avec son premier long métrage d’horreur Cronos (1993), réalisé au Mexique. Parmi les acteurs du film, on note déjà la présence de Ron Perlman, à qui il restera fidèle (quatre films, une série télévisée et de nombreuses productions), et de Claudio Brook, qui tenait le rôle principal de Simon du désert ( Sim ó n del desierto , 1965), ce qui souligne la parenté d’inspiration […] Lire la suite

DENEUVE CATHERINE (1943- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 219 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La femme dédoublée »  : […] Née à Paris le 22 octobre 1943, Catherine Dorléac, fille du comédien Maurice Dorléac, débute dans Les portes claquent (1960) de Jacques Poitrenaud. Tandis que sa sœur aînée Françoise Dorléac (1942-1967) conserve son nom, Catherine prend celui de sa mère, qui fut aussi comédienne. Si on la remarque en 1963 dans le rôle de la vertu du Vice et la vertu , de Roger Vadim, alors son compagnon, elle es […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érotisme et vision du monde »  : […] Techniquement, le cinéma se transforme en instrument de propagation d'un culte. Le « vedettariat » ne se conçoit pas sans certains rites. Que de jeunes premiers doivent apparaître torse nu ! Que d'actrices se montrent dévêtues, même des « intellectuelles » comme Edwige Feuillère dans Lucrèce Borgia , comme Jeanne Moreau qu'on a vue dans bien des baignoires, celle des Amants et celle de La Nuit r […] Lire la suite

ESPAGNOL CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 315 mots

On peut faire remonter à 1896 les premières manifestations cinématographiques en Espagne. Le 15 mai, un représentant des frères Lumière organise la première projection à Madrid et, à la fin de l'année, un Espagnol filme La Sortie de la messe de midi à l'église du Pilar de Saragosse . L'année suivante, Fructuoso Gelabert construit la première caméra espagnole et met en scène le premier film de fict […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean COLLET, « BUÑUEL LUIS - (1900-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-bunuel/