BÖRNE LUDWIG (1786-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vrai nom Löb Baruch, Börne est né dans le ghetto de Francfort-sur-le-Main : on comprend par là son admiration pour l'œuvre d'émancipation de la Révolution française. Héritier de l'Aufklärung, admirateur de Lessing et de Jean-Paul, Börne est l'un des premiers journalistes patriotes et républicains allemands. On a exagéré ses démêlés avec Henri Heine, son cadet de onze ans, dont il partageait les idées libérales avancées. Mais, contrairement à Heine, il a uniquement consacré sa plume à la lutte politique. Critique de théâtre apprécié, éditeur et collaborateur de nombreux journaux, Börne a dû émigrer en France en 1830, mais il est resté convaincu que les Allemands étaient capables de faire eux aussi leur révolution. Ses Lettres de Paris (1832-1834) constituent son œuvre la plus durable. Il y fustige les princes, les philistins, les aristocrates et l'Église. Au milieu des cent mille réfugiés étrangers qui vivent alors à Paris, il déploie son talent de polémiste au seul bénéfice de la lutte politique. Dans son dernier écrit, Menzel, le dévoreur de Français (Menzel, der Franzosenfresser, 1837), Börne s'oppose au chauvinisme petit-bourgeois qui était en train de se développer en Allemagne.

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÖRNE LUDWIG (1786-1837)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'Avant-Mars »  : […] On a dénommé Vormärz la période qui précède les vaines révoltes de 1848. Si l'on use de ce terme manifestement emprunté au langage de la politique, c'est qu'une partie de la littérature est alors engagée dans le combat. C'est le temps des frères ennemis Ludwig Börne (1786-1837) et Henri Heine (1797-1856), le premier, issu des salons romantiques, associant curieusement le cu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_6608

HEINE HEINRICH (1797-1856)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 2 697 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Allemagne et la France »  : […] Continuant madame de Staël, Heine compose bientôt, à l'usage des Français, une histoire de L'École romantique allemande et une autre de La Religion et la philosophie en Allemagne publiées en 1835 dans la Revue des deux mondes . La seconde étude donne une vue rapide mais pénétrante des croyances, des confessions, des philosophies, du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-heine/#i_6608

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passages-architecture/#i_6608

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « BÖRNE LUDWIG - (1786-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-borne/