SVOBODA LUDVÍK (1895-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Soldat dans l'armée austro-hongroise, Ludvík Svoboda déserte en 1917 pour rejoindre les rangs de la Légion tchèque qui combat en Russie. Il ne prend pas alors le parti des bolcheviks comme le fait la minorité de légionnaires communisants menée par l'écrivain Jaroslav Hašek ; après avoir quitté la légion en 1920, il sert dans l'armée tchèque de 1922 à 1929. De 1931 à 1934, il est professeur dans une académie militaire mais son avancement reste très lent ; en 1938, il n'est que chef de bataillon. En 1939, il passe en Pologne où, en tant que lieutenant-colonel, il prend la tête de la Légion tchèque et slovaque forte de 3 000 hommes ; il se heurte alors à la volonté expansionniste des Polonais. Il réussit à obtenir des Soviétiques le départ de presque tous les volontaires vers l'Occident et gagne l'U.R.S.S. avec quatre-vingt-treize officiers et soldats. Il joue un rôle très important dans l'organisation des brigades tchécoslovaques qu'il mène au feu durant l'été de 1943 sur le front de Koursk. Décoré des plus hautes distinctions soviétiques, il est le symbole de la résistance armée des Tchécoslovaques au sein du Comité de tous les Slaves et apparaît comme tel au cours des meetings des soldats slaves.

Du 4 avril 1945 au 25 avril 1950, le général d'armée Svoboda est ministre de la Défense nationale. Sans parti, cet ami de Khrouchtchev est d'abord proche des sociaux-démocrates puis compagnon de route des communistes. Sans purger le corps des officiers, il réussit à leur adjoindre un nombre important d'éléments communistes, par le biais des anciens partisans ainsi que des secteurs du renseignement et de l'éducation civique. En février 1948, ses déclarations ambiguës et sa politique de neutralisation de l'armée sont d'un grand secours et servent le arti communiste lors de la prise du pouvoir. Adhérant alors au parti, il est élu député et devient très vite membre du présidium du comité central. Résistant aux purges que réclament les hommes de l'appareil menés par Slansky et Reicin, il obtient en avril 1950 la vice-présidence du Conseil [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  SVOBODA LUDVÍK (1895-1979)  » est également traité dans :

PRAGUE COUP DE (1948)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 925 mots

La crise que connut la Tchécoslovaquie, du 13 au 25 février 1948, se déroula tant au niveau des institutions qu'au niveau de la rue. Les communistes, qui avaient obtenu 38 p. 100 des voix aux élections de mai 1946, contrôlaient directement des ministères clés tels l'Intérieur, l'Information, l'Agriculture, les Finances et, indirectement, la Défense, l'Industrie et les Affaires étrangères. Les soci […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Printemps de Prague »  : […] Malgré une autocritique tardive et même des préparatifs de coup d'État militaire (préparé par les généraux Šejna et Rytiř) dans les derniers jours de l'année, Novotný sera démis de ses fonctions. D'abord, le 5 janvier Alexander Dubček est nommé à sa place premier secrétaire du parti, puis le 30 mars le général Ludvík Svoboda lui succède comme président de la République. Le 29 mai, Novotný est ex […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « SVOBODA LUDVÍK - (1895-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludvik-svoboda/