MOUILLARD LOUIS-PIERRE (1834-1897)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste et ornithologue, le Français Louis-Pierre Mouillard, né à Lyon le 30 septembre 1834 et mort au Caire le 20 septembre 1897, est aussi considéré comme un des précurseurs du vol à voile.

Jeune homme, Mouillard s'intéresse au vol des oiseaux alors qu'il poursuit ses études à l'École des beaux-arts, d'abord à Lyon, puis à Paris. En 1856, après la mort de son père, il décide de s'installer en Algérie pour exploiter les terres que sa famille possède dans la Mitidja. Il y poursuit ses observations sur le vol des oiseaux et entreprend la construction de planeurs. Sur l'un d'eux, le planeur no 3, il réussit, en 1865, un vol de 42 mètres. En septembre de la même année, en raison de soucis liés à l'exploitation de sa ferme et à l'épidémie de choléra, Mouillard rentre en France. Après un court séjour à Lyon, il est nommé, en 1866, professeur de dessin à l'École polytechnique du Caire. C'est dans le désert voisin qu'il découvre le vol majestueux du vautour.

En 1881, Mouillard publie L'Empire de l'air. Essai d'ornithologie appliquée à l'aviation. Dans cet ouvrage, il affirme sa foi dans l'avenir du plus lourd que l'air et développe ses idées sur le « vol à la voile » ou vol sans battement. Après quelques considérations générales sur les différentes formes d'ailes et de queue observées chez les oiseaux, il analyse succinctement le vol des oiseaux dits rameurs – qui ont besoin de battre des ailes pour se sustenter – puis, plus finement, celui des oiseaux voiliers, c'est-à-dire des oiseaux capables de faire de longs vols sans aucun battement d'ailes. Près de la moitié de l'ouvrage est ainsi consacrée à l'étude d'une grande variété d'oiseaux. Il en fait des descriptions détaillées avec mesure de leur envergure, de leur poids, de leur charge alaire, de la surface et de l'allongement de leurs ailes. Il en déduit les caractéristiques que l'on doit donner à un appareil capable d'enlever un homme.

Le Vol sans battement, ouvrage posthume publié en 1912 par son biographe André Henry-Coüannier, développe les idées de Mouillard sur le vol à voile des oiseaux et décrit les améliorations que celui-ci comptait apporter à ses planeurs pour permettre le vol à voile humain.

Les critiques de Mouillard sur les appareils présentés en 1880 par l'ingénieur E. Dieuaide dans son célèbre Tableau d'aviation montrent que, malgré son isolement en Égypte, il n'ignore nullement les travaux de ses contemporains. Il connaît les planeurs construits par Jean-Marie Le Bris, le brevet de planeur déposé par Ferdinand d'Esterno et les études d'Alphonse Pénaud sur le vol à voile des oiseaux. Par ailleurs, il entretient une correspondance suivie avec l'ingénieur américain Octave Chanute. C'est d'ailleurs par l'intermédiaire de ce dernier que Mouillard dépose, en 1892, aux États-Unis, un brevet intitulé Means for aerial flight (qui ne sera délivré que le 18 mai 1897). Celui-ci décrit un appareil portable pouvant décoller face au vent à la manière de nos ailes delta modernes. En vol, le pilote est assis sur un siège suspendu aux longerons. La voilure est constituée de deux ailes rigides entoilées et articulées sur un axe vertical ; elles sont donc à flèche variable. Cette mobilité des ailes d'avant en arrière est utilisée pour contrôler l'assiette (terme définissant la position de l'appareil par rapport à l'axe de tangage) par déplacement relatif du centre de poussée et du centre de gravité. La direction de l'appareil, ou contrôle en lacet, est obtenue par l'abaissement d'une petite surface souple située à l'extrémité de chaque aile, cause d'une traînée supplémentaire qui crée le virage du côté où elle est abaissée. Cette gouverne agit comme un aérofrein et non comme un aileron. Le virage doit donc se faire à plat, avec sans doute un effet de roulis induit dont le contrôle n'est pas prévu. Par conséquent, Mouillard ne peut pas être considéré comme l'inventeur du gauchissement des ailes (action permettant le contrôle de l'inclinaison), contrairement à ce que certains ont écrit.

Vol à voile : brevet de L.-P. Mouillard

Photographie : Vol à voile : brevet de L.-P. Mouillard

Dessins décrivant l'appareil portable imaginé par Louis-Pierre Mouillard pour permettre à l'homme de voler. Ils illustrent le brevet déposé aux États-Unis en 1892 et délivré en 1897. 

Crédits : D.R.

Afficher

Ses travaux étaient bien connus des autres inventeurs, notamment des frères Wright ainsi qu'en atteste une déclaration selon laquelle ces derniers affirment avoir été influencés par les écrits de Mouillard que leur avait communiqués Chanute.

Par la suite, encouragé par l'aide fi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ingénieur civil des Mines, secrétaire de la commission histoire, arts et lettres de l'Aéroclub de France, président de l'Association de documentation aéronautique

Classification

Pour citer l’article

Hugues AUCHÈRE, « MOUILLARD LOUIS-PIERRE - (1834-1897) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pierre-mouillard/