MOUNTBATTEN LOUIS (1900-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lord Louis Mountbatten était apparenté, de près ou de loin, à la plupart des souverains régnants de la vieille Europe : arrière-petit-fils de la reine Victoria, neveu du dernier tsar Nicolas II, il était lié au Kaiser Guillaume II, au roi d'Espagne Alphonse XIII, à Ferdinand Ier de Roumanie, à Gustave VI de Suède, à Constantin Ier de Grèce, au roi de Norvège Haakon VII et à Alexandre Ier de Yougoslavie.

Conférence de New Delhi, 1947

Photographie : Conférence de New Delhi, 1947

Les acteurs de la conférence de New Delhi (3 juin 1947) : Jawaharlal Nehru (à gauche) et M. A. Jinnah, président de la Ligue musulmane, entourent lord Mountbatten qui annonce la partition de l'Inde. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Né le 25 juin 1900 à Windsor, il n'avait pas quinze ans lorsque son père, le prince Louis de Battenberg, marquis de Milford Haven et premier lord de la Mer, fut contraint, sous la pression de l'opinion publique, de se démettre de ses fonctions, allant jusqu'à devoir troquer, à la demande expresse de George V, son patronyme jugé excessivement germanique contre celui, anglicisé, de Mountbatten. Révolté par cette injustice, il fit le serment de venger son père en accédant, à son tour, aux plus hautes charges de l'État.

Malgré son jeune âge, il s'engage dans la Royal Navy en 1913 et sert pendant la Première Guerre mondiale.

La guerre terminée, il entre à Cambridge et devient aide de camp du prince de Galles, le futur Édouard VIII, qu'il accompagne dans ses périples en Asie. À New Delhi, Louis Mountbatten se lie avec Edwina Ashley, fille de lord Mount Temple et l'une des plus riches héritières du Royaume-Uni. Il l'épouse en 1922. Dans le tourbillon des années folles, ils sont de toutes les fêtes, avides de plaisir et d'excentricités. Dans les années 1930, le couple Mountbatten s'éloigne de la jeunesse dorée et s'efforce, sans toujours y parvenir, de convaincre les dirigeants britanniques que la guerre, inévitable et imminente, exige que le pays soit mis en état de se défendre, moralement et militairement.

Lorsque éclate la Seconde Guerre mondiale, lord Mountbatten vient de recevoir le commandement de la 5e flottille des destroyers. Le H.M.S. Kelly dont il prend possession peu après manque d'être coulé en mer du Nord où il donne la chasse aux torpilleurs allemands. Refusant de quitter le navire, Mountbatten fait évacuer l'équipage et reste seul à bord. Le lendemain, il parvient à faire remorquer l'épave. En mai 1941, la chance lui fait faux bond : le Kelly, éventré par une bombe, sombre au large de la Crète.

Accroché à un radeau, après avoir quitté le bateau le dernier, mitraillé par les Stukas, Mountbatten plaisante et entonne des chansons à boire pour relever le moral des marins survivants. Il s'écoulera dix-sept heures avant qu'il soit secouru.

À peine rentré, il se voit confier le commandement du porte-avions H.M.S. Illustrious. Mais Churchill, qui s'y connaît en hommes, a d'autres visées : il lui fait donner rang de commodore conseiller pour les opérations combinées : simple apprentissage. En mars 1942, Mountbatten est promu chef des opérations combinées avec rang effectif de vice-amiral et rang honoraire de lieutenant général, maréchal de l'air et membre du comité britannique des chefs d'état-major. Sa mission : préparer le débarquement et mettre au point les techniques qui en faciliteront l'exécution. Son quartier général est à l'origine de projets remarquables comme le pipe-line sous-marin Pluto qui alimentera les armées alliées, les ports artificiels Mulberry, les péniches de débarquement, etc.

Mais l'Asie est en effervescence. Les forces britanniques y sont en plein désarroi. En septembre 1943, Churchill fait appel à Mountbatten comme commandant suprême des forces alliées en Asie du Sud-Est. Bousculant habitudes, tradition, idées reçues, il reprend les troupes en main, galvanise leur énergie et écrase les Japonais en Birmanie. C'est la plus grande défaite terrestre infligée à l'orgueilleux Empire du Soleil levant. Il semble que, désormais, rien ne puisse arrêter Mountbatten : il s'apprête à reprendre la Malaisie et Singapour. Survient Hiroshima. Le Japon capitule. Le 12 septembre 1945, lord Louis Mountbatten reçoit officiellement la reddition de l'armée japonaise à Singapour.

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945

Vidéo : Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945

Le 6 août 1945, un bombardier américain largue la première bombe atomique de l'histoire sur la ville d'Hiroshima, au Japon. Une seconde bombe A est lancée sur Nagasaki le 9 août. Les deux cités sont entièrement détruites; quelque 150 000 personnes sont tuées sur le coup. Ce chiffre... 

Crédits : National Archives

Afficher

Cependant, cet homme lucide a compris que le monde asiatique a été tiré de sa torpeur. Pour lutter contre l'impérialisme nippon, le commandant suprême des forces alliées en Asie du Sud-Est a noué des contacts avec les mouvements n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Conférence de New Delhi, 1947

Conférence de New Delhi, 1947
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945
Crédits : National Archives

vidéo

Mountbatten et Gandhi, 1947

Mountbatten et Gandhi, 1947
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien, docteur en droit, docteur honoris causa de la National University of Ireland et de l'université d'Ulster (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  MOUNTBATTEN LOUIS (1900-1979)  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 754 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Les racines du changement »  : […] Avant d'en arriver à cette révolution, on avait connu les effets du conflit. Celui-ci, terminé à l'avantage du Royaume-Uni qui est encore en 1950 l'indiscutable « troisième Grand », n'en a pas moins durablement affaibli ce vainqueur. Son économie a été durement éprouvée, même si une véritable révolution technique et un bond en avant scientifique constituent une consolation ; la livre sterling ne s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre JOANNON, « MOUNTBATTEN LOUIS - (1900-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-mountbatten/