YIGUANDAO [YI-KOUAN-TAO]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société secrète, ou plutôt secte interdite et persécutée, de la Chine moderne, le Yiguandao (Voie de l'unité fondamentale) a connu un succès considérable dans la Chine du Nord, à partir de 1920. Quoique persécutée systématiquement, tant par le Guomindang (qui la considérait comme étant d'inspiration communiste) que par le Parti communiste (qui la jugeait inféodée au Guomindang), cette secte semble être toujours active aussi bien en Chine continentale qu'à Formose.

Les renseignements sur ce mouvement de masse, qui, au moins pendant la période de la guerre sino-japonaise (1937-1945), dominait politiquement et économiquement des régions entières, sont extrêmement rares : on dispose seulement d'articles de journaux dénonçant les crimes de cette société secrète, de récits de transfuges et, enfin, de textes (rituel et catéchisme) émanant de la secte elle-même. Ces sources indiquent que le Yiguandao est avant tout une secte religieuse, dont d'ailleurs les ressemblances avec le Bailianjiao (ou secte du Lotus blanc) sont frappantes. Ses cultes, extrêmement simples et sobres, s'adressent à une Mère universelle appelée Wushen laomu (« la Mère jamais née »). Les membres du Yiguandao sont soumis à des règles de conduite très strictes : on leur demande d'avoir une moralité irréprochable, d'être végétariens (dans la mesure du possible), de se rendre quotidiennement dans le sanctuaire (tan) de la secte et d'y pratiquer l'adoration et le recueillement. De grandes réunions communautaires ont lieu tous les mois, à la pleine lune ; de jeunes élus, qui sont appelés Sancai et qui ont reçu un entraînement spécial du précepteur de la communauté (appelé Dianzhuanshi), entrent alors en transe et prophétisent.

Comme presque toutes les sectes secrètes, le Yiguandao prêche un syncrétisme eschatologique. La cohésion entre ses membres, encore renforcée par la persécution (peu justifiée, il est vrai) dont ils ont été l'objet de la part des autorités, est grande. Celles-ci ne lui ont épargné aucun reproche. Plus authentiquement populaire que les sociétés secrè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  YIGUANDAO [ YI-KOUAN-TAO ]  » est également traité dans :

LOTUS BLANC, chin. BAILIANJIAO [PAI-LIEN-KIAO]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 1 153 mots

La plus importante ou, en tout cas, la plus célèbre des sociétés secrètes chinoises (il faudrait plutôt l'appeler secte proscrite), le Lotus blanc (Bailianjiao, ou Bailian hui) est un vaste mouvement syncrétiste sotériologique et mystique qui remonte au moins au xii e  siècle ; à plusieurs reprises, il rassembla les masses paysannes en de vastes s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lotus-blanc-bailianjiao/#i_48836

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « YIGUANDAO [YI-KOUAN-TAO] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiguandao-yi-kouan-tao/