LOGEMENT OUVRIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Révision d'un procès

Ainsi donc des réalités sociales nouvelles contredisent-elles des mythes anciens, porteurs de significations contrastées – positives aux yeux du patronat, souvent très négatives de l'avis des organisations syndicales ou politiques liées au mouvement ouvrier. Une population renouvelée s'installe, dans le contexte d'une rupture complète entre des industries éteintes et leur environnement appelé à suivre un destin indépendant.

Les mythes qui se sont développés autour du logement ouvrier concernaient d'autres formes de ce logement : celles auxquelles les ouvriers accédaient par leurs propres moyens – moyens de misère, bien souvent – auprès de propriétaires spéculateurs habiles à tirer profit d'une clientèle pauvre, en lui offrant un « produit » immobilier exigu et malsain, telles les fameuses « courées » de l'agglomération lilloise. Ou encore, en développant dans les grandes villes (dans les quartiers de l'Est parisien, notamment), un habitat collectif aux matériaux de qualité médiocre, caractérisé par la densification et l'entassement de la population.

Les groupements de logements ouvriers qui par centaines ont essaimé en Europe au rythme même de son industrialisation constituent pour leur part une catégorie hétérogène. On ne peut porter sur eux un jugement qualitatif global tant il est vrai que le logement ouvrier d'initiative patronale n'a jamais été conçu pour loger tous les effectifs employés par l'entreprise, ni pour devenir le noyau d'une urbanisation complexe, sauf exception (au Creusot, par exemple).

Si un mythe critique a pu se développer autour du logement ouvrier d'initiative patronale, ce n'est pas tant parce que certaines réalisations ont frappé par leur pauvreté, leur laideur et leur inconfort, mais surtout pour des raisons morales et idéologiques. Ce type de logement a vu inscrire à son passif le fait d'exprimer une volonté de maintenir sous tutelle une classe ouvrière enfermée dans un cadre de vie quasi disciplinaire et, en tout cas, moralisateur : instrument d'amélioration du rendemen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : responsable du programme international de l'écomusée de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau

Classification

Autres références

«  LOGEMENT OUVRIER  » est également traité dans :

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 538 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des palais industriels privés »  : […] Par la suite, à l'instar des rois, certains capitaines d'industrie conçoivent leurs bâtiments industriels comme des œuvres architecturales. Si l'industrie qu'ils hébergeaient a le plus souvent disparu ou bien migré dans des structures plus modernes et opérationnelles, les bâtiments abandonnés demeurent en raison de la majesté et de la qualité de leur construction qui les rend propres à un usage r […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre. 2-8 avril 1992

régionales et cantonales des 22 et 29 mars expliquent son départ. Âgé de soixante-six ans, ancien ouvrier, autodidacte, Pierre Bérégovoy a été nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1981, avant d'exercer les fonctions de ministre des Affaires sociales et de la Solidarité […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maria Teresa MAIULLARI, « LOGEMENT OUVRIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/logement-ouvrier/