LOGEMENT OUVRIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diversité d'un héritage

Les comportements de ce « marché » renvoient à une histoire et à un patrimoine qui font partie intégrante de celui de l'industrie. C'est l'histoire de la transformation profonde, depuis la fin du xixe siècle, du concept et de la politique même du logement ouvrier, transformation qui appelle à son tour une réflexion sur les problèmes actuels, mal résolus, du logement des catégories à revenus modestes.

Il convient de distinguer deux types de patronat dès les origines. Certains patrons eurent pour unique préoccupation de fixer la main-d'œuvre qualifiée autour de l'usine afin d'assurer la continuité de la production et de réduire les temps de déplacement. Aux premiers logements destinés aux contremaîtres, ces patrons juxtaposèrent des « casernes » où les ouvriers se trouvaient encore réunis après le travail dans un habitat collectif rudimentaire. Sous l'influence de modèles britanniques, ils l'abandonnèrent rapidement au profit d'un type de logement multifamilial, appelé à évoluer vers le logement monofamilial. En dépit de la diversité des cas, liée à l'inégalité des ressources des entreprises, cet habitat resta, pendant la majeure partie du xixe siècle, le produit d'un investissement minimal qui ne cherchait à satisfaire que des besoins élémentaires, bien éloignés de tout confort.

Toutefois, une élite intellectuelle de patrons devait se révéler plus réceptive, surtout à partir du troisième tiers du xixe siècle, aux suggestions des ingénieurs sociaux, des hygiénistes, des architectes, de la philanthropie religieuse ou laïque, pour ne pas parler de celles des socialismes utopiques. Ces patrons construisirent des cités en vue d'assurer à leurs ouvriers des conditions de vie confortables, et de garantir par là même une certaine harmonie sociale. Les solutions retenues pouvaient varier. Jean-Baptiste André Godin privilégie encore une sorte de caserne avec cour centrale, qu'il qualifie de « palais social », le célèbre Familistère de Guise (1877), tandis que certains de ses contemporains inaugurent une nouvelle génération de cités d'une qualité inédite.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : responsable du programme international de l'écomusée de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau

Classification

Autres références

«  LOGEMENT OUVRIER  » est également traité dans :

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 538 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des palais industriels privés »  : […] Par la suite, à l'instar des rois, certains capitaines d'industrie conçoivent leurs bâtiments industriels comme des œuvres architecturales. Si l'industrie qu'ils hébergeaient a le plus souvent disparu ou bien migré dans des structures plus modernes et opérationnelles, les bâtiments abandonnés demeurent en raison de la majesté et de la qualité de leur construction qui les rend propres à un usage r […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre. 2-8 avril 1992

régionales et cantonales des 22 et 29 mars expliquent son départ. Âgé de soixante-six ans, ancien ouvrier, autodidacte, Pierre Bérégovoy a été nommé secrétaire général de la présidence de la République en 1981, avant d'exercer les fonctions de ministre des Affaires sociales et de la Solidarité […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maria Teresa MAIULLARI, « LOGEMENT OUVRIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/logement-ouvrier/