Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LOGEMENT OUVRIER

L'histoire du logement ouvrier appartient largement au xxe siècle, qui a vu la naissance, l'apogée et la reconversion des cités ou villes ouvrières les plus imposantes. Cette histoire fait aujourd'hui son retour dans l'actualité. Du fait de la perte à peu près complète de sa fonction primitive et de son lien direct avec l'entreprise, sa production et son patron, ce qui subsiste aujourd'hui de ce logement pose des problèmes inédits.

Requalification sociale d'un espace

Les habitants de ce type de logement sont pour partie d'anciens ouvriers ou leurs enfants, attachés à conserver leur maison, et qui l'ont rachetée, mais il y a aussi de jeunes couples de la classe moyenne qui investissent ces mêmes maisons sans y avoir jamais vécu. Les raisons des uns et des autres diffèrent ; Celles des premiers sont de deux ordres, et liées à l'histoire. Il peut s'agir de rachats encouragés par l'entrepreneur. Tel fut le cas des Schneider, au Creusot, dont la politique d'encouragement à l'acquisition de logements individuels, aidée par des prêts à un taux très raisonnable, a permis aux occupants de devenir propriétaire de leur logement. Dans une conjoncture très différente : celle du désengagement des grandes compagnies de la sidérurgie lorraine après 1950, ces dernières ont trouvé une clientèle d'acheteurs parmi leurs ouvriers, à la fois soucieux de conserver leur logement et motivés par leur attachement à un cadre de vie – ou saisis par le goût de l'indépendance retrouvée.

Mais sans doute les motivations des acheteurs non ouvriers posent-elles les interrogations les plus neuves. N'importe quel type de logement n'attire pas ces nouveaux acheteurs. Il s'agit surtout de maisons individuelles avec jardin, insérées dans un cadre champêtre, donc en général des modèles xxe siècle de l'habitat d'initiative patronale – exception faite de réussites plus anciennes : Villeneuvette ou Noisiel en France, ou les cités de l'industrie textile dans l'Italie du Nord (village Leumann, Crespi d'Adda, Nuova Schio). Cette clientèle en effet recherche un confort suffisant, une architecture soignée, une desserte routière convenable par rapport à la ville en même temps qu'une certaine distanciation, peut-être aussi une touche d'originalité dans le choix de la résidence.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : responsable du programme international de l'écomusée de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau

Classification

Pour citer cet article

Maria Teresa MAIULLARI. LOGEMENT OUVRIER [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

    • Écrit par Bruno CHANETZ, Laurent CHANETZ
    • 6 548 mots
    • 2 médias
    ...décrite au Creusot, où une seule famille règne sur des milliers d'individus, se retrouve également à la chocolaterie Menier à Noisiel (Seine-et-Marne), dotée d'une cité ouvrière : maisons individuelles pour les couples mariés et pensions de famille pour les célibataires, bains-douches, crèches, garderies,...

Voir aussi