ANTIPHONIQUE CHANT

Forme musicale typique de la liturgie chrétienne. Alors que l'antiphonon de la théorie grecque signifie octave (hommes et femmes à l'unisson chantent à l'octave), dans l'antiphona latine, deux demi-chœurs (ou deux solistes) chantent alternativement une suite de versets mélodiquement identiques (alternance simple ; forme psalmodique AA répétée). Pline, Philon, Tertullien, les Pères du désert s'y réfèrent. Au ive siècle, Flavien et Diodore d'Antioche l'empruntent au rite syriaque.

L'antienne est aussi un refrain que les demi-chœurs réunis exécutent avant le psaume et après la doxologie (forme AB [psalmodie antiphonée au premier sens] A). La place de l'antienne dans la structure de l'introït répond à cette forme. Enfin, l'antiphonie responsoriale est surtout connue des liturgies orientales ; on la trouve par exemple sous la forme suivante (alternance mixte) : entre les versets alternés par les demi-chœurs, un refrain est repris par le chœur entier. L'écriture pour double chœur (Renaissance italienne) et celle du concerto rappellent notamment le procédé de l'antiphonie.

— Pierre-Paul LACAS

    La suite de cet article est accessible aux abonnés

    • Des contenus variés, complets et fiables
    • Accessible sur tous les écrans
    • Pas de publicité

    Découvrez nos offres

    Déjà abonné ? Se connecter

    Écrit par

    • Pierre-Paul LACAS : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

    Classification

    Pour citer cet article

    Pierre-Paul LACAS, « ANTIPHONIQUE CHANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

    Autres références

    • AMBROSIENS RITE & CHANT

      • Écrit par Pierre-Paul LACAS
      • 491 mots

      Au sens étroit de l'expression, le chant ambrosien est le corpus de textes et de musiques qui fut créé par saint Ambroise (333 ou 340-397), évêque de Milan. Le témoignage de saint Augustin est formel ; nous apprenons ainsi que, « persécuté par l'impératrice Justine, l'évêque...

    • GABRIELI ANDREA (1533 env.-1586) & GIOVANNI (1555 env.-1612)

      • Écrit par France-Yvonne BRIL
      • 2 108 mots
      ...les voix par l'orgue et des instruments tels que luths, violes ou cornets. Cette disposition en masses sonores allait devenir la forme nouvelle du chant antiphonique et la spécialité de l'école vénitienne dont il est considéré comme le fondateur. Parmi les grands artistes qui fréquentèrent son école de...
    • RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

      • Écrit par Jacques PORTE, Edith WEBER
      • 5 300 mots
      • 3 médias
      À propos du chant syrien, deux faits sont à signaler.L'usage du chant « antiphoné », c'est-à-dire chanté alternativement par une partie et par l'autre des fidèles, semble avoir pris naissance en Syrie sous l'égide de saint Paul. Par ailleurs, l'Église maronite-syrienne, séparée des monophysites,...

    Voir aussi