MUMFORD LEWIS (1895-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Regards critiques sur l'architecture américaine contemporaine

Historien et critique de l'architecture américaine et contemporaine, Lewis Mumford revendique une filiation avec l'influent critique américain Montgomery Schuyler (1843-1914). Dans ce domaine comme dans les autres, l'intention de Lewis Mumford influencé par la critique littéraire est de définir un usable past. Paru en 1924, Sticks and Stones. A study of American architecture and civilization est une des premières histoires de l'architecture américaine. Frank Lloyd Wright a souligné l'importance de ce texte, qu'il mentionne dans son ouvrage A Testament (1957). Lewis Mumford entend prendre modèle sur une nouvelle génération d'historiens de la littérature américaine qui avaient commencé à son époque à explorer les richesses insoupçonnées de la poésie américaine. De même, il s'agit de susciter un intérêt pour l'architecture passée des États-Unis, d'en montrer l'originalité et d'ouvrir des pistes de recherche sur la période post-coloniale. Lewis Mumford insère l'architecture dans une analyse globale de la civilisation américaine. L'approche formelle est subordonnée à une méthodologie relevant de l'histoire sociale.

En 1931, Lewis Mumford publie The Brown Decades. A Study of the Arts in America 1865-1895. Il s'agit en pleine crise économique de réexaminer une période passée de l'histoire américaine pour affirmer des racines et voir en quoi elle peut proposer des modèles artistiques. Mumford veut montrer que, pendant l'époque de reconstruction et de croissance qui a suivi la guerre de Sécession, il a existé une culture authentique dans les différents arts aux États-Unis : poésie (Walt Whitman), architecture (Henry H. Richardson, John Root, Louis Sullivan), ouvrages d'art (John et Washington Roebling), peinture (Winslow Homer, Albert Ryder). Cet essor d'une civilisation proprement américaine a été ensuite contrarié par une réaction guindée (genteel reaction). L'ouvrage a contribué à attirer l'attention sur les gratte-ciel de l'École de Chicago comme expression majeure de la modernité architecturale aux États-Unis. À la manière de Vasari, Mumford exalte le talent de créateurs exceptionnels.

La publication, en 1952, de Roots of Contemporary American Architecture conclut de façon logique le projet entrepris dans les années 1920. L'architecture est conçue comme ce qui donne forme à une civilisation. La civilisation américaine a donné naissance à une architecture propre qui a contribué de façon spécifique à la création de l'architecture moderne. Il s'agit donc d'établir une sorte de généalogie de l'architecture américaine, d'en préciser les racines et les développements et de cerner son apport à l'art de bâtir au xxe siècle. Lewis Mumford entend souligner les continuités historiques, rejetant les idées étroitement anti-historiques de certains avant-gardistes. Affirmant la créativité des architectes américains, il s'insurge contre l'importation de formes européennes aux États-Unis, et, de ce point de vue, il émet des réserves à l'égard des conceptions d'Henry-Russell Hitchcock et de Philip Johnson sur le Style international défini comme synthèse des nouvelles constructions des années 1920 essentiellement en Europe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur de l'École doctorale d'histoire de l'art

Classification

Autres références

«  MUMFORD LEWIS (1895-1990)  » est également traité dans :

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique de l'urbanisme progressiste. L'urbanisme en question »  : […] Après une phase d'euphorie, le triomphe de l'urbanisme progressiste suscite une critique qui porte d'abord sur ses réalisations, puis sur sa démarche, pour finalement mettre en question le statut de la discipline même. À quelques exceptions près, dont celle de Gaston Bardet, en France, la critique des réalisations naît aux États-Unis, pays le premier touché par cet urbanisme. Elle porte essentiell […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MASSU, « MUMFORD LEWIS - (1895-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-mumford/