MUMFORD LEWIS (1895-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La défense du régionalisme urbanistique et architectural

Lewis Mumford s'est fait le défenseur critique de l'architecture moderne. La première partie de son œuvre comme historien de la culture architecturale se fonde sur un rejet de l'architecture « Beaux-Arts » aux États-Unis, de son monumentalisme inadapté aux réalités d'un pays qui se veut démocratique (voir le chapitre « The Imperial Façade » de Sticks and Stones). Après la Seconde Guerre mondiale, le Style international dans sa prétention à l'universalité remplace l'architecture « Beaux-Arts » comme cible de Mumford. Déjà, en 1941, dans The South in Architecture, à partir d'un réexamen de l'œuvre d'Henry Hobson Richardson, il avait prôné un régionalisme bien compris qu'il opposait au régionalisme rétrograde des pays totalitaires des années 1930. Un régionalisme prenant en compte les données vernaculaires lui paraissait être un rempart contre les dangers d'uniformité inhérents au Style international. La défense du régionalisme architectural le conduit après la Seconde Guerre mondiale à soutenir des architectes californiens exerçant autour de la baie de San Francisco comme William Wurster. Ainsi le Bay Region Style est-il, selon lui, une réponse aux dérives académiques du Style international.

La réflexion de Lewis Mumford s'est nourrie d'une longue activité de critique d'architecture et d'urbanisme pour le New Yorker. De 1931 à 1963, il se montre dans sa chronique « The Sky Line » un critique animé de convictions mais sans dogmatisme, soucieux de la qualité des espaces et du confort des usagers. Cet ensemble impressionnant de textes journalistiques auquel il faut ajouter d'innombrables articles publiés dans des revues spécialisées, constitue un remarquable témoignage sur l'itinéraire d'un intellectuel américain à la fois savant et flâneur, observant et décryptant des spectacles urbains souvent déconcertants. Ce n'est pas le moindre intérêt de son œuvre.

Lewis Mumford ne se contenta pas d'être un critique et un his [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur de l'École doctorale d'histoire de l'art

Classification


Autres références

«  MUMFORD LEWIS (1895-1990)  » est également traité dans :

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique de l'urbanisme progressiste. L'urbanisme en question »  : […] Après une phase d'euphorie, le triomphe de l'urbanisme progressiste suscite une critique qui porte d'abord sur ses réalisations, puis sur sa démarche, pour finalement mettre en question le statut de la discipline même. À quelques exceptions près, dont celle de Gaston Bardet, en France, la critique des réalisations naît aux États-Unis, pays le premier touché par cet urbanisme. Elle porte essentiell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-theories-et-realisations/#i_45623

Pour citer l’article

Claude MASSU, « MUMFORD LEWIS - (1895-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-mumford/