CARROLL LEWIS (1832-1898)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre de Lewis Carroll fait problème : écrite d'abord pour des enfants, c'est chez les adultes qu'elle connaît à l'heure actuelle le plus grand succès ; insérée dans le courant qui, à l'époque victorienne, a transformé la littérature enfantine, c'est au milieu du xxe siècle qu'on a pris la mesure de son caractère d'avant-garde dans divers domaines des sciences humaines ; écrite par un clergyman très respectable, elle aboutit à un démantèlement de tout un univers intellectuel, et parfois moral, qui a permis l'entrée de son auteur au panthéon des surréalistes. On conteste sa valeur proprement littéraire, on met en doute son intérêt éducatif, on ne croit pas à la présence en elle d'intuitions logiques, linguistiques ou psychologiques, et pourtant, sur chacun de ces terrains, les aventures au pays des merveilles d'Alice et de ses émules, Sylvie et Bruno, sont riches d'enseignements ou de révélations. Bref, la personnalité de Carroll, typique mais excentrique, appartient aussi bien à notre temps qu'au règne de Victoria.

Poète et logicien

Lewis Carroll, de son vrai nom Charles Lutwidge Dodgson, naquit à Daresbury, petite bourgade proche de Manchester. Son père était prêtre de l'Église anglicane, ministre de la paroisse, et devait plus tard accéder à de plus hautes responsabilités. Charles était le troisième enfant d'une très nombreuse famille. La majeure partie de son enfance s'écoula à Daresbury, puis à Croft, dans le Yorkshire, à partir de 1843. On sait que Charles aimait inventer, pour ses frères et sœurs, des jeux divers, et qu'il monta notamment des spectacles de marionnettes. À douze ans, on le mit en pension à Richmond et, un an et demi plus tard, il entrait à la grande public-school de Rugby. Son séjour y fut, de son aveu, fort pénible, par suite du régime des punitions et surtout du poids de la vie collective, rendu plus lourd encore pour lui par son goût médiocre pour le sport. Il y fit de bonnes études et, après quatre ans passés à Rugby, fut admis à Oxford (Christ Church College), où il s'installa en janvier 1851 ; il devait y résider jusqu'à sa mort.

Lewis Carroll

Photographie : Lewis Carroll

Mathématicien, écrivain et photographe, le Britannique Charles Lutwidge Dodgson, plus connu sous le pseudonyme de Lewis Carroll, se photographie ici en compagnie de Mrs. MacDonald, épouse de l'écrivain George MacDonald, et surtout parmi ses enfants, en 1862. 

Crédits : Lewis Carroll/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Sa mère mourut cette même année 1851. Charles en fut très affecté, ce qui contribua peut-être à rendre plus difficiles ses relations avec son père. Il travailla d'arrache-pied, sans se faire beaucoup d'amis, et obtint brillamment son diplôme de mathématiques en décembre 1854. Le collège lui accorda, de ce fait, le titre de student, qui devait faire de lui ultérieurement un « membre du collège » et, d'emblée, l'équivalent d'un assistant de faculté d'aujourd'hui. En contrepartie, il s'engageait, au moins provisoirement, à devenir prêtre et à rester célibataire.

C'est à cette époque qu'il commença véritablement à écrire : d'abord des poèmes, mais aussi quelques nouvelles qui parurent dans un petit magazine, The Train, dont le directeur choisit, parmi les pseudonymes que Dodgson lui proposa, celui de Lewis Carroll (1856). En même temps, il se passionnait pour la photographie, encore balbutiante, et devint remarquable dans les compositions artistiques. C'est ainsi qu'il tira de nombreux portraits des enfants du doyen de son collège, Liddell, et s'attacha à la petite Alice. En 1862, l'année où celle-ci eut dix ans, Carroll, au cours d'une promenade en barque, raconta pour la première fois ce qui devait devenir Alice au pays des merveilles. Une édition en fac-similé en fut, à la demande d'Alice, réalisée presque aussitôt, puis le texte, considérablement augmenté, fut proposé à l'éditeur Macmillan, qui l'accepta. Illustré par John Tenniel, caricaturiste alors célèbre, le livre parut en juillet 1865. Ce fut tout de suite un grand succès et, dès 1867, Carroll envisagea une « suite », illustrée par le même Tenniel : ce fut Alice à travers le miroir (1872). En 1876 enfin, le succès de La Chasse au snark fut presque aussi grand.

Parallèlement, Carroll poursuivait son travail de professeur et de mathématicien. Mais son enseignement ne plaisait guère, et ses ouvrages mathématiques – mis à part Euclide et ses rivaux modernes, 1879, réfutation pleine d'humour des géométries non euclidiennes – n'ont pas marqué. Après avoir été ordonné diacre en 1861, il renonça à devenir prêtre, invoquant sa timidité et son bégaiement. Il parvint cependant à rester [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École supérieure, professeur de littérature anglaise à l'université de Paris-VIII, directeur à la Direction du livre et de la lecture

Classification

Autres références

«  CARROLL LEWIS (1832-1898)  » est également traité dans :

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, Lewis Carroll - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sophie MARRET
  •  • 1 212 mots
  •  • 1 média

« Quand je lisais des contes de fées, je m'imaginais que des aventures de ce genre n'arrivaient jamais, et, maintenant, voici que je suis en train d'en vivre une ! On devrait écrire un livre sur moi, on le devrait ! », s'exclame l'héroïne des Aventures d'Alice au pays des merveilles , poussant le lecteur à suspendre toute « incroyance » – pour paraphraser le romantique anglais Coleridge – à l'égar […] Lire la suite

DODO

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dodo dans l'art, la littérature et la culture populaire »  : […] L'aspect inhabituel du dodo a attiré l'attention des artistes du xvii e  siècle. Nombre de peintures et de dessins le représentent, parmi lesquels il faut distinguer les croquis réalisés à l'île Maurice par des voyageurs ayant rencontré l'oiseau dans son habitat naturel des représentations ayant pour modèle des dodos (vivants ou naturalisés) apportés en Europe ou en Asie. Ces dernières sont moins […] Lire la suite

ENSEMBLES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • André ROUMANET, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 8 752 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Représentation graphique »  : […] Il est souvent commode de représenter un élément par un point du plan, et un ensemble par l'intérieur d'une courbe fermée. Ainsi la figure représente un ensemble A, a n'est pas élément de A, b et c sont éléments de A. Les sous-ensembles sont alors représentés comme des portions de l'ensemble. Ainsi B est une partie ou sous-ensemble de A. Ce sont les diagrammes de Venn. Lewis Carroll propose une p […] Lire la suite

NONSENSE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 289 mots
  •  • 1 média

«   A piece of nonsense  », c'est en anglais courant une bêtise, une absurdité : un « non-sens » bien sûr ; et pourtant, le terme anglais a une richesse spécifique. Anglais d'abord parce que la langue anglaise en est le lieu sonore d'élection ; ainsi les «  nursery rhymes   », telles « Humpty Dumpty... », chères à Mallarmé autant qu'à la merveilleuse Alice, mais dont on trouve l'équivalent dans to […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La « fuite hors du réel » »  : […] À cette époque où sont posés les jalons de l'impressionnisme se produit une débauche d'effets de flou, de retouches, de traitements chimiques compliqués, qui ont tous pour but avoué ou inavoué de permettre à la photographie de rivaliser avec la peinture. La vogue du nouvel art suit la courbe de l'évolution générale de la société : au positivisme triomphant succède une certaine « évasion » vers des […] Lire la suite

TENNIEL JOHN (1820-1914)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 435 mots

Surtout connu comme illustrateur de Alice au pays des merveilles , et de À travers le miroir de Lewis Carroll, John Tenniel a été également l'un des principaux collaborateurs du célèbre Punch . Les gravures réalisées pour le livre de Carroll révèlent en Tenniel un illustrateur et un caricaturiste. Ses illustrations pour Alice sont devenues pour la plupart des lecteurs indissociables de cette œuv […] Lire la suite

WHITEHEAD ALFRED NORTH (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY, 
  • Jean WAHL
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « La négation de la bifurcation cartésienne »  : […] Né à Ramsgate (Kent), Alfred North Whitehead se forma à Cambridge, où il devint fellow de Trinity College, puis fut professeur de physique mathématique à l'université de Londres, collaborant alors avec Russell pour la rédaction des Principia mathematica (1910-1913) et publiant lui-même, en 1920, The Concept of Nature . À Cambridge, il avait fait paraître A Treatise on Universal Algebra (1898), […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GATTÉGNO, « CARROLL LEWIS - (1832-1898) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-carroll/