LES SOUFFRANCES DU JEUNE WERTHER, Johann Wolfgang von GoetheFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fortune de « Werther »

Elle se mesure d'abord à l'impact social du roman sur une génération : sans s'appesantir sur la vague de suicides qu'il aurait provoquée – « quelques esprits bornés [...], une douzaine d'imbéciles et de propres-à-rien », dira Goethe –, sans entrer dans le détail de la « werthéromanie » qui gagne l'Europe cultivée, sans rappeler les lecteurs illustres de Werther, dont Napoléon, il faut tenter d'expliquer comment ce roman inaugure le paradigme des récits et figures romantiques.

D'abord, Werther définit géographiquement un espace limité dont les éléments simples et singuliers sont à même d'éveiller en chacun un paysage qui sera également celui du lied romantique : un jardin, des vallons, une fontaine et une auberge de village, deux tilleuls ; microcosme idéal, où chaque chose devient essentielle et réelle, des oranges sur une table, le pain bis que Lotte distribue aux enfants, un ruban rose pâle, les pistolets même avec lesquels Werther se suicidera. Mais cette circonscription de l'espace, cette sacralisation du détail advient aussi à travers un travail sur la langue, dont la traduction ne donne qu'un faible écho : autour de la déclinaison du sentiment s'articulent des mots simples, des concrétions de sens, dont la langue allemande seule est à même de nous faire entendre le sens originel. La fin de la transparence se dit ainsi en préfixes privatifs (Un-mut, Miss-mut, découragement ; Un-friede, désunion, fin de l'harmonie). Et cette langue que l'on croit métaphorique n'est rien d'autre que littérale : l'orage réel est exactement celui de la passion, et « sortir du monde » n'est pas ici une image. Grâce à ce travail lexical, grâce à un rythme fait d'interjections, d'envolées, de suspens, de silences et de blancs, Goethe inaugure peut-être « l'absolu littéraire » qui allait caractériser le romantisme allemand. Il invente à coup sûr, avec Werther, une langue que l'on dirait « sentimentale » à condition d'y entendre le sens physique, à la fois intime et collectif que ce mouvement a imprimé au sentiment en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, maître de conférences à l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  LES SOUFFRANCES DU JEUNE WERTHER, Johann Wolfgang von Goethe  » est également traité dans :

GOETHE JOHANN WOLFGANG VON

  • Écrit par 
  • Pierre BERTAUX
  •  • 4 732 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sur la trace du génie »  : […] Johann Wolfgang von Goethe est né le 28 août 1749 à Francfort-sur-le-Main, d'une famille bourgeoise cultivée qui accédait alors à la fortune et aux honneurs du patriciat. Francfort était une ville libre d'Empire, en Allemagne l'un des rares lieux où depuis le Moyen Âge régnait une tradition d'autonomie et de démocratie libérale. Adolescent, il étudie, sans grand succès, le droit à l'université de […] Lire la suite

GOETHE JOHANN WOLFGANG VON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 351 mots

28 août 1749 Naissance de Goethe à Francfort-sur-le-Main. 1770-1771 À Strasbourg, où il poursuit ses études, Goethe se lie avec Herder. Avec lui, il va participer au Sturm und Drang, mouvement de réaction aux Lumières. 1772 Architecture allemande . 1773 Première version du drame Goetz von Berlichingen . 1774 Les Souffrances du jeune Werther (1 re  version). 1776 S'installe à Weimar auprès d […] Lire la suite

POÉSIE ET VÉRITÉ, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une expression « héroïque » de l'autobiographie »  : […] Dans les pages consacrées au séjour que fit Goethe à Wetzlar en 1772, comme juriste stagiaire à la Chambre d'Empire, toutes les dimensions de Poésie et vérité se déploient : l'analyse historique du déclin du Saint Empire à travers le tableau saisissant de la décrépitude d'une de ses institutions centrales ; le récit haut en couleur des rencontres faites à Wetzlar (l'amour sans espoir pour Charlo […] Lire la suite

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Impasse naturelle et pathos de la distance »  : […] Comment est-il possible de vaincre l'extraordinaire force des pulsions de vie ? et par quelle voie le moi vient-il à renoncer à sa propre affirmation ? Goethe a tenté de préciser le sens de ce mortel adieu de l'être à lui-même, en posant sous leur double dimension, naturelle et subjective, les conditions de ce qui devient, au niveau romanesque, le suicide du jeune Werther. « Que je suis heureux d' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anouchka VASAK, « LES SOUFFRANCES DU JEUNE WERTHER, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-souffrances-du-jeune-werther/