LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un film juste, pittoresque et fluide

Les Quatre Cents Coups est d'abord un film sur l'adolescence. On a beaucoup discuté de son caractère autobiographique. François Truffaut a puisé dans ses souvenirs d'enfance pour décrire les difficultés de comportement de son jeune héros, rejeté à la fois par un professeur particulièrement odieux et par des parents qu'il encombre. Mais son film se déroule dans le Paris de la fin des années 1950 et non pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que l'adolescence du cinéaste avait été marquée par l'Occupation allemande de la capitale.

La réussite du film tient à la rencontre entre le réalisateur et son jeune alter ego : Jean-Pierre Léaud est extraordinaire de spontanéité dans la peau d'Antoine. Truffaut a su merveilleusement capter le langage et le comportement des jeunes garçons de cet âge difficile, entre l'enfance et l'adolescence. Il a décrit avec réalisme et minutie le Paris populaire du quartier de la place de Clichy et de ses environs. Mais sa chronique échappe au réalisme noir grâce à l'écran large du CinémaScope et à la musique très lyrique de Jean Constantin.

Truffaut sait également inscrire son film dans une certaine tradition du cinéma français des années 1950. Les acteurs qu'il a choisis pour incarner les adultes, tant Albert Rémy que Claire Maurier, les deux parents, ont des visages familiers pour les spectateurs de la période, tout comme Guy Decomble, le méchant professeur « Petite Feuille », vu dans des dizaines de films policiers très populaires.

Si le film entend s'opposer à l'univers de Delannoy dans Chiens perdus sans collier, il s'appuie en revanche sur de nombreuses références à l'histoire du cinéma. La première séquence dans la classe où circule une photo est une réécriture du début de L'Ange bleu (1930) de Josef von Sternberg. Lorsque Truffaut filme la cour de récréation, c'est Zéro de conduite (1933) de Jean Vigo qu'il évoque. Le centre de redressement s'inspire de l'univers carcéral de Los Olvidados (1950) de Buñuel, e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  LES QUATRE CENTS COUPS, François Truffaut  » est également traité dans :

TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 159 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « La vie, c’était l’écran » »  : […] François Truffaut est né le 6 février 1932, à Paris, de père inconnu. Sa mère, Janine de Montferrand, secrétaire-dactylo à l’ Illustration , doit accoucher en secret. Roland Truffaut, architecte-dessinateur, épouse Janine et donne son nom à l’enfant. D’abord élevé par ses grands-parents, François se retrouve à dix ans à Paris, entre une mère qui ne lui demande que de se faire oublier et un père s […] Lire la suite

Les derniers événements

Union européenne. Tensions migratoires sur la route des Balkans. 8-25 octobre 2015

le déploiement d’un contingent de quatre cents gardes-frontières en Slovénie ainsi qu’une aide au financement de cinquante mille places d’accueil supplémentaires en Grèce – le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés s’engageant à en créer autant dans les Balkans. […] Lire la suite

Israël. Intensification de l'intifada, de la pression internationale en faveur des Palestiniens et de l'immigration soviétique. 14-29 décembre 1990

Le 14, trois Israéliens sont assassinés à coups de couteau à Jaffa. L'attentat est revendiqué par le mouvement islamiste Hamas. Le 16, le gouvernement décide de bannir quatre membres de Hamas et d'interdire de séjour en Israël vingt mille Palestiniens suspects. Le 20, après plusieurs semaines […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MARIE, « LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quatre-cents-coups/