PONIATOWSKI LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille noble polonaise, rendue célèbre au xviiie siècle pour avoir donné son dernier roi à la Pologne en la personne de Stanislas Auguste Poniatowski. Le cognomen « Ciołek » (le bouvillon) des Poniatowski, par sa parenté avec celui de la famille italienne Torelli de Montechiarugulo, donna lieu à diverses explications de la communauté de leur origine. Cette interprétation, aujourd'hui établie comme erronée, fut volontairement encouragée par le père du futur roi, Stanisław Poniatowski, puis par le roi lui-même. En 1764, à l'intronisation de Stanislas Auguste, ses frères, Kazimierz, Andrzej et Michal, obtinrent un titre héréditaire de prince. Parmi les personnages les plus marquants de cette famille on peut citer :

Stanisław Poniatowski (1676-1762), père du roi Stanislas II Auguste. Homme de guerre célèbre, compagnon et ami de Charles XII de Suède, il perça grâce au talent militaire et diplomatique qu'il déploya au temps de la guerre du Nord. Lors de la bataille de Połtawa (8 juill. 1709), il sauva la vie à Charles XII. Par ses savantes intrigues, il obtint du sultan Aḥmed III la promesse de faire la guerre à Pierre le Grand. Cette période glorieuse de sa vie fut immortalisée par Voltaire dans son Histoire de Charles XII (livre IV). En 1717, il fut l'un des hommes les plus à la mode à Paris où il fréquenta le salon de Mme Geoffrin, sa grande admiratrice. À son retour en Pologne, en 1719, il entra, par son mariage avec Konstancja Czartoryska, dans le tout-puissant parti (la famille) des princes Czartoryski. Patriote clairvoyant, il essaya, pendant les diètes de 1738 à 1748, d'introduire en Pologne des réformes financières et militaires et d'y développer l'artisanat et le commerce extérieur. Il obtint la dignité de voïévode de Mazovie, en 1731, et, en 1752, celle de castellan de Cracovie. Ayant reporté ses ambitions sur le plus doué de ses fils, il mourut, retiré de la vie politique, deux ans avant l'avènement de Stanislas Auguste.

Andrzej Poniatowski (1734-1773), fils du précédent, père du prince Józef-Antoine. Pendant la guerre de Sept Ans, il servit dans l'armée autrichienne qui l'éleva à la dignité de feld-maréchal. En 1764, il revint en Pologne et soutint la candidature de son frère Stanislas Auguste. En 1765, il fut ambassadeur de Pologne à Vienne. Il obtint de l'empereur Joseph II le titre héréditaire de prince en Autriche.

Stanisław Poniatowski (1754-1833), prince, fils de Kazimierz et neveu de Stanislas Auguste. Sous le règne de son oncle, il fut successivement grand trésorier de Lituanie, staroste de Podolie, général de l'armée royale, membre de la commission de l'Éducation nationale, maréchal du Conseil permanent. Dans ses domaines en Ukraine, il fut le premier à abolir le servage. Partisan de la politique du roi, et pressenti par lui à la succession au trône, après la proclamation de la Constitution du 3 mai, il adopta une attitude critique vis-à-vis de son programme révolutionnaire. Après le troisième partage de la Pologne, ayant vendu ses terres grâce à la protection de Catherine II, il se retira à l'étranger, d'abord à Vienne, puis à Rome, où il s'intéressa surtout à l'archéologie classique. Avant de mourir à Florence, il dicta ses Souvenirs. Il est aussi l'auteur de deux ouvrages historiques (Observations d'un Polonais sur le résumé de l'histoire de Pologne par Monsieur Thiesse..., Florence, 1830 ; Quelques observations sur la manière... d'écrire l'histoire de Pologne, Florence, 1829) ainsi que d'un ouvrage archéologique (Indicazione degli oggetti piu interessanti esistendi nelle villa posta fuori La Porta Flaminia di Roma..., 1821). Ses deux fils naturels, reconnus, Karol et Jósef Stanisław Michal Ksawery Jan, ont obtenu en 1850 le titre héréditaire de François-Joseph. Karol mourut sans descendance. Son frère se rendit célèbre en tant qu'auteur de nombreux opéras et opérettes. Il fut nommé sénateur français par Napoléon III et fonda la lignée française des princes Poniatowski.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PONIATOWSKI LES  » est également traité dans :

STANISLAS II AUGUSTE PONIATOWSKI (1732-1798) roi de Pologne (1764-1795)

  • Écrit par 
  • Zofia BOBOWICZ-POTOCKA
  •  • 837 mots

Dernier roi de Pologne, fils de Stanislas Poniatowski. Sous son règne, des événements décisifs et dramatiques se produisirent en Pologne : « le redressement de la nation et la chute de l'État ». Stanislas-Auguste, d'une intelligence remarquable et d'une instruction solide, fit dans sa jeunesse de longs voyages en Occident, qui le familiarisèrent avec tous les courants de la civilisation européenne […] Lire la suite

Les derniers événements

3-25 mars 1984 France. Présentation des listes des candidats des principaux partis pour les élections européennes

Des personnalités critiquées, telles que Philippe Malaud et Michel Poniatowski, figurent en bonne place. Mais c'est la présence de Robert Hersant, en position d'être élu, qui soulève le plus de réticences. Les 24 et 25, la convention nationale du Parti socialiste adopte à son tour la liste socialiste pour les élections du 17 juin. Lionel Jospin, qui conduira cette liste, déclare que l'enjeu « ne sera pas véritablement le débat intérieur ». […] Lire la suite

23 décembre 1981 France. Verdict dans l'affaire de Broglie

Presque cinq ans après la mort du député de l'Eure, les sept semaines de débats au cours desquels sont venus témoigner plusieurs hommes politiques (Michel Poniatowski, Raymond Barre...) ont surtout mis en lumière les carences de la police dans cette affaire. […] Lire la suite

4-26 novembre 1981 France. Procès de l'affaire de Broglie

Le 20, André Giresse, président de la cour d'assises, dénonce les carences de certains services de police et met en cause Michel Poniatowski, ancien ministre de l'Intérieur, et Jean Ducret, ancien directeur de la police judiciaire de Paris, M. Poniatowski réplique en adressant une lettre ouverte au président de la République. Le 25, François Mitterrand fait répondre que « le président de la République ne saurait s'immiscer dans le déroulement d'une procédure ». […] Lire la suite

20 janvier 1981 France. Adoption des conclusions du rapport Longuet par la commission spéciale

Le 20, la commission spéciale chargée d'examiner la demande de mise en accusation de Michel Poniatowski devant la Haute Cour de justice adopte par 9 voix (R.P.R., U.D.F.) contre 6 (P.C., P.S.) les conclusions du rapporteur, Gérard Longuet, député (U.D.F.) de la Meuse. Ce dernier estime non fondées les accusations socialistes selon lesquelles l'ancien ministre de l'Intérieur aurait eu connaissance du projet d'assassinat de Jean de Broglie député (R. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Zofia BOBOWICZ-POTOCKA, « PONIATOWSKI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-poniatowski/