LENDINARA LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille de sculpteurs sur bois et de marqueteurs de la seconde moitié du xve siècle, originaire de Lendinara (province de Rovigo en Vénétie).

Les membres les plus célèbres de cette famille sont deux frères, Lorenzo et Cristoforo Canozi, dits Lendinara, qui ont fortement contribué au perfectionnement de l'intarsio ou tarsia (marqueterie de bois). La technique de la marqueterie prend au xve siècle en Italie un très grand développement, grâce en particulier aux recherches sur la perspective de Brunelleschi ou d'Alberti, car ces géométries de bois se prêtaient admirablement bien aux effets de perspective. Dans le cas des Lendinara, l'influence prédominante n'a pas été celle d'architectes, mais celle de peintres comme Squarcione et surtout Piero della Francesca, leur ami. Du point de vue technique, les Lendinara semblent bien avoir été les inventeurs de la teinture des bois, qui permettait des dégradés beaucoup plus subtils que la simple opposition de teintes claires (buis, cyprès) et foncées (ébène, noyer).

L'influence de Lorenzo (mort en 1477), l'aîné, est surtout prédominante avant 1470, au chœur du Santo à Padoue (1462-1469) et à Venise, à l'église des Frari, où Lorenzo pourrait même avoir travaillé seul. Mais son œuvre est difficile à séparer de celle de son frère. Seule son activité d'illustrateur de livres est nettement différenciée.

Cristoforo (mort en 1491) est mieux connu grâce à certaines œuvres qui subsistent en particulier à la cathédrale de Modène, les saints et les évangélistes du chœur, les panneaux de la sacristie. Ces derniers sont d'étonnants trompe-l'œil figurant des armoires entrouvertes dans lesquelles on aperçoit des natures mortes de livres, un échiquier, une épinette, etc. Les évangélistes et les saints du chœur de Modène ou ceux de Parme sont très influencés dans leur composition par la peinture de Piero della Francesca, mêmes figures majestueuses, mêmes visages, dont l'aspect sculptural est encore accentué par la technique. Quant aux architectures et aux vues de villes, elles atteignent leur apogée dans le décor de la sacristie de Lucques ou de celle des Consorziati au dôme de Parme, où l'on voit d'étonnantes rues, des places, des ponts, des arbres, de véritables paysages. Pour ces dernières œuvres, Cristoforo fut aidé par son fils Bernardino.

L'art de l'intarsio que les Lendinara pratiquèrent avec une extrême virtuosité devait être poursuivi au début du xvie siècle par fra Giovanni da Verona.

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  LENDINARA LES  » est également traité dans :

MARQUETERIE

  • Écrit par 
  • Catherine ROSEAU-LÉVESQUE
  •  • 3 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Marqueterie et perspective »  : […] Les réflexions sur la perspective qu'entreprirent, vers 1425, à Florence, les premiers théoriciens de la Renaissance : Brunelleschi, Alberti, Paolo Uccello, Piero Della Francesca, apportèrent une petite révolution dans l'esprit de la marqueterie ; elles en renouvelèrent et elles en fixèrent pour longtemps le répertoire. En effet, Brunelleschi illustra ses recherches sur l'espace en réalisant les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « LENDINARA LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lendinara/