HANNONG LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre famille d'origine hollandaise dont le nom domine l'histoire de la céramique strasbourgeoise au xviiie siècle. Une modeste fabrique de pipes en terre établie en 1710 par Charles-François Hannong à Strasbourg, rue du Foulon (actuelle rue Hannong), est à l'origine de la grande manufacture de faïence et de porcelaine appelée à une renommée européenne. En 1721, Charles-François Hannong commence à faire de la faïence et fonde une autre fabrique à Haguenau. À sa mort en 1739, l'un de ses fils, Balthazar, va à Haguenau tandis que l'autre, Paul-Antoine, associé à son père depuis 1732, lui succède à Strasbourg. L'art céramique doit à Paul Hannong d'importants perfectionnements techniques et la création de formes et de décors nouveaux (notamment une flore orientalisante dite des Indes et fleurs au naturel) ; il introduit l'usage fréquent de la marque (PH). Dès les environs de 1740, il fait les premiers essais en France de décor partiel au petit feu sur émail cuit, procédé mis au point par les habiles peintres sur porcelaine allemands, les Löwenfinck, qu'il saura attirer en 1748. Il réussit même en 1752 à faire de la porcelaine dure avec du kaolin importé d'Allemagne, mais le privilège de Sèvres le contraint à transférer cette fabrication à Frankenthal. Il meurt en 1760, laissant un établissement prospère.

Paul Hannong avait eu de sa seconde femme Barbe Acker (sœur du grand fabricant strasbourgeois de poëles) sept enfants dont l'aîné, Charles, meurt prématurément à Frankenthal. Après deux années de gestion désastreuse par son cadet Pierre-Antoine, de caractère aventurier, qui ira chercher fortune à Paris, Joseph-Adam, lui, sera le grand chef d'entreprise et donnera un nouvel essor à la manufacture de Strasbourg. Il organise systématiquement la production à l'échelle industrielle, s'assurant par ses idées sociales avancées un personnel de valeur ; il crée une école pour la formation de ses apprentis peint [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HANNONG LES  » est également traité dans :

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La faïence aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne (Talavera de la Reyna, Puente del Arzobispo, Muel, Lerida), le Portugal (Lisbonne) et l'Italie (Naples et Castelli, Gênes, Albissola et Savone) continuèrent à produire d'innombrables faïences, mais ces différents centres ne jouèrent plus qu'un rôle secondaire ; de nouveaux foyers créateurs se constituaient : les Pays- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/#i_13899

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La porcelaine dure »  : […] La technique de la porcelaine dure a été découverte en Saxe, à Meissen . Un savant, E. W. von Tschirnhaus, constatant l'impuissance de J. F.  Böttger, alchimiste prisonnier d'Auguste II le Fort, à produire de l'or, eut l'idée d'utiliser ses services à la recherche d'un moyen de gagner de l'or en faisant de la vraie porcelaine. Pour la première fois, le problème était abordé par le biais de la chim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/#i_13899

Pour citer l’article

Jeanne GIACOMOTTI, « HANNONG LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-hannong/