LES FAUX-MONNAYEURS, André GideFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un jeu de miroirs

La richesse romanesque et l'abondance des intrigues servent à Gide, telles des lentilles de foyers différents, à entretenir l'incertitude sur la réalité des événements, à jeter le trouble sur le comportement et la psychologie des personnages, tous partagés entre les valeurs bourgeoises et la révolte. Mais la complexité délibérée de la structure romanesque ainsi que le procédé de mise en abyme, qui nous fait parfois penser que le roman qu'Édouard entreprend d'écrire est celui-là même que nous lisons, renvoient également à la crise du roman : « J'ai souvent pensé, interrompit Édouard, qu'en art, et en littérature en particulier, ceux-là seuls comptent qui se lancent vers l'inconnu. On ne découvre pas de terre nouvelle sans consentir à perdre de vue, d'abord et longtemps, tout rivage. » Ce constant dédoublement entre fiction et réalité annonce cette « ère du soupçon » que les « nouveaux romanciers », notamment Nathalie Sarraute et Alain Robbe-Grillet, théoriseront au milieu des années 1950.

L'œuvre de Gide pose également le problème de la jeunesse, en une époque de grande crise intellectuelle et morale. L'aptitude gidienne à confondre esthétique et morale, hédonisme et rigueur, plaisir et discipline en a fait un modèle pour cette génération, mal remise du massacre de la Grande Guerre (1914-1918), formée à l'école de la tradition classique et répugnant à la révolte anarchique de Dada puis du surréalisme, méfiante enfin à l'égard des deux totalitarismes, nazisme et communisme, qui divisaient l'Europe.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide  » est également traité dans :

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le diable et le Christ »  : […] Ce qui caractérise les diverses expériences gidiennes, c'est que chacune, loin d'effacer la précédente, s'ajoute au contraire à elle, comme pour mieux compliquer les choses. Le « mariage du ciel et de l'enfer » par lequel Gide résume son union avec sa cousine Madeleine est aussi et peut-être avant tout une manière de se caractériser soi-même. Le parcours littéraire et existentiel qui le mène des a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-gide/#i_24985

Pour citer l’article

Alain CLERVAL, « LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-faux-monnayeurs/