CABOT LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Navigateurs d'origine italienne.

Jean Cabot (1450-1498), sur la vie duquel les renseignements précis et incontestables sont rares, a attaché son nom aux premières navigations anglaises dans l'Atlantique Nord en direction du continent américain. Peut-être né à Gênes, devenu citoyen de Venise, il se consacre au commerce maritime dans la mer Méditerranée avant de s'installer à Bristol, où il pouvait profiter de l'expérience acquise par ce milieu d'armateurs et de pêcheurs habitués des mers froides et très vraisemblablement familiers des bancs de Terre-Neuve dès la seconde moitié du xve siècle. Son ambition est d'atteindre la Chine, le fabuleux Cathay, par une route plus septentrionale que celle que recherchaient Christophe Colomb et les Espagnols. Avec Jean Cabot, le passage du Nord-Ouest entre dans l'histoire. En 1496, autorisé par des lettres patentes du roi d'Angleterre Henri VII, il arme le Matthew, minuscule navire monté par un équipage de dix-huit hommes, et cingle vers l'ouest au printemps de 1497. Il découvre ou redécouvre une terre qui est peut-être Terre-Neuve, à moins qu'il ne s'agisse de la côte du Labrador ou de l'estuaire du Saint-Laurent. Il repart l'année suivante, mais ne connaît pas le résultat de cette seconde expédition au cours de laquelle il semble avoir disparu.

Son fils cadet, Sébastien Cabot (1474-1557), est un célèbre cosmographe, navigateur et surtout organisateur d'expéditions de découverte, dont la carrière se partage entre le service de l'Angleterre (avant 1512, de 1516 à 1519 et après 1547) et celui de l'Espagne (de 1512 à 1516 et de 1519 à 1547). Piloto mayor de Charles Quint en 1519, il dirige personnellement l'exploration du Río de La Plata, remontant au prix de lourdes pertes le Paraná et le Paraguay, à la recherche infructueuse d'un passage vers l'océan Pacifique moins dangereux que celui qu'emprunte Magellan (1526-1530). De retour en Angleterre, l'apogée de sa carrière se situe après 1551, date à laquelle est créée par des négociants de Londres la Compagnie des marchands aventuriers [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CABOT LES  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 812 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le mirage asiatique »  : […] Entre-temps, l'exploration du littoral atlantique s'était poursuivie au nord. En 1497, le Vénitien Jean Cabot, fixé à Bristol, cherchant pour le roi d'Angleterre un « passage vers Catay », avait touché terre aux environs de l'île du Cap-Breton. En 1500-1501, Gaspar Corte Real redécouvre le Groenland et relève la côte du Labrador (ainsi appelée en souvenir d'un mystérieux « laboureur » portugais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-decouverte/#i_9377

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 332 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Premiers explorateurs »  : […] Des Irlandais seraient venus en Amérique du Nord entre 540 et 983. Des Vikings, partis de Norvège, s'étaient installés au Groenland en 982 à la suite d'Éric le Rouge. Un fils de celui-ci, Leif, fonda une colonie norvégienne en Amérique du Nord (1002). Il est encore impossible d'en fixer le lieu. L'archéologue Mallery soutient que les survivants de cette colonie se sont mêlés aux Iroquois. Les Euro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/#i_9377

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 955 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Anglais et Français à la conquête du Nouveau Monde »  : […] Portugais et Espagnols n'ont pas été les seuls à découvrir les « nouveaux mondes ». Le Génois Jean Cabot et ses trois fils, passés au service d'Henri VII d'Angleterre, reçoivent cinq navires, que chargent les négociants de Londres et de Bristol. En 1497, ils vont sans doute jusqu'au cap Breton et au Labrador. Leurs autres voyages et ceux des bourgeois de Bristol n'ont guère de résultats. Mais on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-decouvertes/#i_9377

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Explorations et découvertes »  : […] L'ère de l'expansion est relativement tardive. L'Angleterre a été devancée par les royaumes ibériques – Espagnols et Portugais visant même, à la fin du xv e  siècle, à un partage du monde après l'arbitrage pontifical de 1493. Les Tudors, pas plus que les Valois français, n'ont jamais souscrit à cette prétention. Mais la prétendue vocation maritim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_9377

SOLÍS JUAN DÍAZ DE (mort en 1516)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 233 mots

Avant d'être nommé pilote royal et d'être chargé de la conduite d'une expédition dans un territoire situé à 7 000 kilomètres environ au sud de l'isthme de Panamá, Juan Díaz de Solís avait fait un voyage en Amérique en 1508, avec Yáñez Pinzón, ancien compagnon de Colomb. Il partit d'Espagne le 8 octobre 1515 avec trois vaisseaux, un équipage de soixante-dix hommes et des vivres pour deux ans et dem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solis-juan-diaz-de/#i_9377

Pour citer l’article

Jean-Marcel CHAMPION, « CABOT LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cabot/