BERNOULLI LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean Bernoulli

Frère cadet de Jacques, Jean Bernoulli (1667-1748) étudia d'abord la médecine, mais, attiré invinciblement par les mathématiques, il se consacra vite aux sciences exactes. Nommé professeur à Groningue en 1695 sur la recommandation de Huygens, il succéda en 1705 à l'université de Bâle à son frère Jacques, à la mort de ce dernier. D'un caractère vif et emporté, il ne supportait pas de ne pas être le premier partout, ce qui le conduisit parfois à des excès regrettables ; ainsi, sa conduite avec son frère Jacques à l'occasion du problème de l'isopérimètre frise la malhonnêteté. On lui doit :

Jean Bernoulli

Jean Bernoulli

Photographie

Le mathématicien suisse Jean Bernoulli (1667-1748) appliqua le calcul infinitésimal à la physique et étudia, entre autres, la résolution des équations différentielles. 

Crédits : AKG

Afficher

– Diffusion du calcul infinitésimal. Jean Bernoulli fut un remarquable professeur qui expliqua et fit connaître avec passion le nouveau calcul leibnizien. C'est lui qui l'introduisit en France en 1691-1692 et on lui doit le premier traité de calcul différentiel et intégral écrit vers cette même époque à l'intention du marquis de l'Hôpital ; le fameux Analyse des infiniment petits de ce dernier n'est autre qu'une traduction remaniée du traité de Jean Bernoulli. Jean fut en relations épistolaires non seulement avec Leibniz, mais avec les mathématiciens de l'Europe entière, défendant avec passion le nouveau calcul (dans un style plus « moderne » et plus clair que celui de son frère Jacques qui avait gardé le langage mathématique du xviie siècle), ce qui lui valut le titre de Praeceptor mathematicus Europae. On lui doit des travaux sur les fonctions exponentielles et circulaires et l'étude des trajectoires orthogonales des courbes et des géodésiques ; en 1701-1702, il découvrit simultanément avec Leibniz la décomposition des fractions rationnelles en éléments simples.

– Mathématiques appliquées. Jean Bernoulli fut un des fondateurs de la mécanique analytique : on lui doit le principe des déplacements virtuels, ainsi que l'introduction du symbole g pour désigner l'accélération de la pesanteur. Il fit de nombreux travaux en optique et on lui doit une théorie des marées et une théorie de la manœuvre des vaisseaux.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Classification


Autres références

«  BERNOULLI LES  » est également traité dans :

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Débuts du calcul infinitésimal »  : […] Les premiers écrits sur le calcul infinitésimal, les mémoires de Leibniz (1684 et 1686), ne furent guère remarqués que par quelques Britanniques, dont Wallis, et par un professeur bâlois, Jacques Bernoulli, qui devint bientôt, avec son frère Jean, un fervent propagandiste du nouveau calcul. Au cours de la dernière décennie du xvii e  siècle, les frères Bernoulli, Leibniz et plusieurs de leurs disc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_25477

EULER LEONHARD (1707-1783)

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL, 
  • Jean ITARD
  •  • 2 813 mots

Dans le chapitre « Éléments biographiques »  : […] Né à Bâle d'un père pasteur, Paul Euler (1670-1745), qui avait étudié les mathématiques avec Jacques Bernoulli, le jeune Leonhard Euler, que son père destinait au ministère religieux, reçut une éducation très complète en théologie, langues orientales, médecine, physique, astronomie et mathématiques ; il étudia cette dernière science avec Jean Bernoulli et se lia d'amitié avec les deux fils, Nicol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonhard-euler/#i_25477

L'HOSPITAL GUILLAUME DE (1661-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 165 mots

Mathématicien français né et mort à Paris. Guillaume de L'Hospital, marquis de Sainte-Mesme, a été l'un des premiers élèves de Jean Bernoulli qui lui enseigna les méthodes nouvelles de l'analyse mathématique. Il a fait connaître à l'ensemble des mathématiciens les travaux de Leibniz et des Bernoulli et a introduit la notation différentielle dans son ouvrage sur le calcul infinitésimal, Analyse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-l-hospital/#i_25477

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fonctions »  : […] L'emploi mathématique du terme de fonction date de la correspondance de Leibniz avec Johann Bernoulli. Les auteurs sont conscients du fait que, parmi quelques variables, l'une peut être une fonction de l'autre et ils rendent, s'il est possible, cette dépendance explicite ; mais des signes de fonction y sont très rares (Johann Bernoulli, 1718 : ϕ x , ϕ fonction de x ). Cela change avec Euler et J. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_25477

VARIATIONS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Claude GODBILLON
  •  • 3 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La brachistochrone »  : […] On considère dans le champ de la pesanteur deux points A et B et un point matériel M se déplaçant sans frottement sur une courbe d'extrémités A et B. Déterminer la courbe, appelée brachistochrone, pour laquelle le temps de parcours est minimal lorsque le point M part du point A avec une vitesse nulle. Ce problème, dont la solution est en général un arc de cycloïde, avait déjà été considéré par Ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-des-variations/#i_25477

Voir aussi

Pour citer l’article

« BERNOULLI LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bernoulli/