COHEN LEONARD (1934-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le maître de cérémonie

Installé en Californie, Leonard Cohen traverse une longue époque silencieuse consécutive à un accident de voiture dont est victime son fils, qui séjournera six mois à l'hôpital. En juin 1994, il sort Cohen Live, un album d'enregistrements en public qui couvre la période 1967-1988, privilégiant les chansons de ses débuts. Force est de constater que ces chansons n'ont pas pris une ride.

Depuis de longues années Leonard Cohen pratique le bouddhisme zen avec Sasaki Roshi, un moine japonais qui est devenu son mentor et son ami. De 1994 à 1996, il passe l'essentiel de son temps à méditer au centre zen du mont Baldy, en plein désert californien, avant de franchir le pas et d'être ordonné officiellement moine bouddhiste le 9 août 1996, sous le nom de Jikan, qui signifie « le silencieux ».

En 1991, un disque hommage, I'm Your Fan, rassemble notamment Nick Cave, John Cale, Lloyd Cole, REM, Jean-Louis Murat, Geoffrey Oryema, Pixies. En 1995, Tower Of Song réunit Sting, Bono, Aaron Neville, Elton John, Peter Gabriel et Billy Joel. Leonard Cohen a été ainsi propulsé au panthéon des artistes pop.

Au tournant des années 2000, Leonard Cohen reprend le chemin des studios, enregistrant les albums Ten New Songs (2001) et Dear Heather (2004). Paraît ensuite Book of Longing (2006), un recueil de poèmes écrit par l’auteur durant sa période de retraite spirituelle et que le compositeur Philip Glass mettra en musique. La même année, le cinéaste Lian Lunson lui consacre un film documentaire, Leonard Cohen – I’m Your Man, qui mêle des interviews de Leonard Cohen et des extraits d’un concert donné en son honneur. En 2008, l’artiste entame une longue tournée mondiale. Même si ses motivations sont en partie financières – son imprésario a détourné une grande part de sa fortune –, ses prestations scéniques et l’exigence artistique qui s’en dégage suscitent toujours la même ferveur. Leonard Cohen ne cesse pas pour autant de composer et enregistre de nouvelles chansons rassemblées dans les albums Old Ideas (2012), Popular Problems (2014).

En octobre 2016, le songwriter canadien publie un sombre et dernier album en guise de testament : You Want It Darker. Il meurt quelques jours plus tard, le 7 novembre, à Los Angeles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COHEN LEONARD (1934-2016)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme magique »  : […] Les écrivains qui ont recours au mode du merveilleux ou du mythopoïétique illustrent la récurrence du réalisme magique dans les cultures postcoloniales situées en marge de la production littéraire des métropoles. Si le réalisme magique était l'une des manifestations du modernisme et du surréalisme, il explose littéralement dans les années 1960 en Amérique latine et dans les Antilles, et se répand […] Lire la suite

FOLK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Folk et protest songs »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, les années du maccarthysme sont émaillées de luttes syndicales, auxquelles Woodie Guthrie participe, tout comme Pete Seeger (1919-2014), un autre artiste militant . Cette chanson politique va déboucher sur les protest songs new-yorkaises de Bob Dylan (né en 1941) et de Tom Paxton (né en 1937). Dans les années 1960, ces deux chanteurs sont de toutes les luttes ant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « COHEN LEONARD - (1934-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-cohen/