COHEN LEONARD (1934-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un Canadien errant

Jusqu'en 1974, Leonard Cohen enchaîne les disques et les recueils de poèmes. Les cinéastes Robert Altman, dans McCabe & Mrs. Miller (1971), et Werner Herzog, dans Fata Morgana (1971), empruntent ses chansons. Après Live Songs (1973), enregistré en public à l'Olympia en 1970, le dernier disque de cette période, New Skin for the Old Ceremony (1974), marque une évolution vers un son plus rock. La pochette de cet album, qui représente une gravure médiévale érotique, sera censurée au Royaume-Uni.

Après une retraite provisoire en Grèce, Leonard Cohen revient pour une association étonnante avec Phil Spector, génie musical des années 1960, et producteur de Let It Be, le dernier album des Beatles (1970). Mais celui-ci se révèle paranoïaque : dans le studio veillent des gardes du corps armés jusqu'aux dents. Il confisque les bandes de l'album et les mixe tout seul, sans demander l'avis du chanteur. Le résultat, Death of a Ladies' Man, est contestable et contesté lors de sa parution en 1977, malgré de bonnes chansons et la présence de Bob Dylan. Cohen ira jusqu'à renier ce disque et, l'année suivante, il publiera, comme une sorte d'exorcisme, un recueil de textes portant le même titre mais dont le contenu est totalement différent.

Leonard Cohen revient à une forme plus traditionnelle dans Recent Songs, qui paraît en septembre 1979. Les orchestrations sont plus proches de son univers habituel, avec des sons orientaux ou mexicains, comme sur Un Canadien errant, une chanson québécoise écrite en 1847 par Antoine Gerin-Lajoie.

Après un long silence, en 1984, à l'âge de cinquante ans, il écrit et dirige un film de trente minutes, I Am a Hotel, qui sera primé au festival international de télévision de Montreux. L'année suivante, son album Various Positions lui permet de renouer avec le succès populaire grâce à la chanson Dance Me to the End of Love. Il signe les textes de la comédie musicale de Lewis Furey Night Magic, avec dans les principaux rôles Carole Laure, Nick Mancuso, Jean Carmet et Stéphane Audran. Il fera même une apparition comme patron d'Interpol dans un épisode de Miami Vice.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COHEN LEONARD (1934-2016)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme magique »  : […] Les écrivains qui ont recours au mode du merveilleux ou du mythopoïétique illustrent la récurrence du réalisme magique dans les cultures postcoloniales situées en marge de la production littéraire des métropoles. Si le réalisme magique était l'une des manifestations du modernisme et du surréalisme, il explose littéralement dans les années 1960 en Amérique latine et dans les Antilles, et se répand […] Lire la suite

FOLK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Folk et protest songs »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, les années du maccarthysme sont émaillées de luttes syndicales, auxquelles Woodie Guthrie participe, tout comme Pete Seeger (1919-2014), un autre artiste militant . Cette chanson politique va déboucher sur les protest songs new-yorkaises de Bob Dylan (né en 1941) et de Tom Paxton (né en 1937). Dans les années 1960, ces deux chanteurs sont de toutes les luttes ant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « COHEN LEONARD - (1934-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-cohen/