LEMURIA & PARENTALIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À Rome, les 9, 11 et 13 mai, un père de famille soucieux de ses devoirs devait se lever sur le coup de minuit. Pieds nus, il écartait de son chemin les ombres des morts en joignant le pouce aux autres doigts ; il se lavait les mains, puis jetait derrière lui, sans se retourner, des fèves noires que l'ombre du mort, lemur, était censée ramasser. Il se lavait à nouveau les mains et frappait sur une sorte de gong en disant : « Sortez, mânes de mes aïeux. » Après avoir répété neuf fois ce scénario, il pouvait se recoucher tranquille : les morts de la famille avaient cessé de hanter la maison.

Du 13 au 21 février se célébraient les dies parentales, les « jours des morts », qui culminaient le 21 avec la fête des feralia. On avait soin d'honorer les tombes et, surtout, on déposait au milieu des rues des tessons de tuile contenant un peu de vin, quelques grains de blé et de sel. Cette nourriture était destinée à apaiser les défunts.

Dans un cas comme dans l'autre, il est notable que les offrandes faites aux morts soient purement végétales. Dans la mentalité antique, l'offrande d'une victime animale était le signe d'une séparation par l'affectation précise des diverses parties de la bête : aux dieux les entrailles et la graisse ; aux hommes la viande. Au contraire, les offrandes végétales, qui ne supposaient aucune distinction du même ordre, étaient signe de communion. Elles étaient réservées aux morts parce qu'ils font partie de la même société que les vivants et que leur place doit y être officiellement reconnue ; sans quoi, ils risquent de manifester leur mécontentement, comme toute catégorie sociale négligée.

Les lemuria et les parentalia constituent cet acte officiel de reconnaissance, les premières au plan familial, les secondes au plan collectif de la cité. Les premières se situent en mai, parce que le nom de ce mois, maius, se laissait aisément rapprocher de celui des maiores, « les aïeux » ; les secondes en février, au terme de l'année religieuse qui s'ouvrait le 1er mars, mois des purifications et des remises en ordre avant d'entamer un nouveau cycle annuel.

—  Jean-Paul BRISSON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEMURIA & PARENTALIA  » est également traité dans :

ANCÊTRES CULTE DES

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Universalis
  •  • 3 191 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religions méditerranéennes »  : […] Chez les Grecs, à côté du culte des morts pratiqué par la famille, existait le culte des héros auquel participaient une corporation, une cité ou un État. Le culte était lié à la tombe du héros. C'était un culte funéraire et, par conséquent, radicalement différent du culte offert aux dieux : tandis qu'à ces derniers on sacrifiait des béliers et des taureaux de couleur claire, les animaux immolés a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culte-des-ancetres/#i_8794

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les fêtes »  : […] Il existait, à la fin de la République, toute une série de fêtes, dont la signification n'était pas toujours claire. Au mois de janvier, les Carmentalia , en l'honneur d'une très ancienne déesse prophétique, protectrice des femmes en couches. En février, les Lupercalia , au cours desquelles des jeunes hommes nus couraient autour du Palatin, après avoir s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_8794

Pour citer l’article

Jean-Paul BRISSON, « LEMURIA & PARENTALIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lemuria-et-parentalia/