PETIT PARISIEN LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le style des journaux à cinq centimes dont Le Petit Journal offre le prestigieux modèle, Le Petit Parisien naît en 1876. De tendance radicale et anticléricale, il a des débuts difficiles et change plusieurs fois de propriétaire et de ligne politique. En 1881, il tire à 50 000 exemplaires ; en 1884, à 100 000, et il passe à 150 000 en 1886 alors qu'il défend la cause boulangiste. Le succès ne se dessine qu'une fois que Jean Dupuy (1844-1919) aura pris en 1888 la direction de sa société, après la mort de Louis Piégu : de journal cherchant le scandaleux et le sensationnel, il devient alors un quotidien d'information générale et met une sourdine à son aspect politique ; il adopte pour mot d'ordre « Jamais de polémique » et donne une large place aux reportages de ses correspondants étrangers et envoyés spéciaux. Le demi-million d'exemplaires est atteint en 1895 ; le million, en 1902, après le passage à six pages, ce qui lui assure la suprématie sur Le Petit Journal. En 1914, Le Petit Parisien, avec un tirage d'un million et demi d'exemplaires, peut se vanter d'avoir « le plus fort tirage des journaux du monde entier » : le groupe Dupuy édite aussi un Supplément illustré, divers magazines illustrés dont Le Miroir ; c'est de loin la plus grande entreprise de presse française.

Jean Dupuy, sénateur et souvent ministre, sorte d'éminence grise de la politique française, dirige son journal avec beaucoup d'habileté et le maintient dans une ligne de gauche modérée, tout en faisant dans ses colonnes une part très large aux faits divers, aux sports et aux romans-feuilletons. La guerre de 1914 porte son tirage à deux millions d'exemplaires.

Après la mort de Jean Dupuy en 1919, ses héritiers peuvent maintenir le tirage aux alentours d'un million et demi jusqu'en 1931, mais ils échouent dans leurs tentatives de lancer des éditions provinciales à l'image des grands quotidiens londoniens. La prospérité du groupe est compromise, dans les années suivantes, par la concurrence croissante des grands journaux régionaux, par celle de Paris-Soir, surtout, dont les tirages sont vite supérieurs à ceux du vieux journal de la rue d'Enghien, mais aussi par les dissensions entre les héritiers de Jean Dupuy, qui ont des effets néfastes sur la gestion du groupe dont la politique évolue nettement à droite, dès 1919 mais surtout après 1934. En 1939, le tirage est tombé à un million d'exemplaires et les autres publications du groupe sont aussi en nette régression.

Replié à Clermont-Ferrand en juin 1940, Le Petit Parisien, sous l'influence des petits-fils de Jean Dupuy, revient à Paris le 8 octobre 1940 et il y poursuit, sous la tutelle allemande, sa publication jusqu'à la Libération. Toujours propriété de la même famille, après avoir été de 1933 à 1939 antihitlérien et prosoviétique, il se montre partisan de l'Europe nouvelle pendant la Seconde Guerre mondiale. Une édition destinée aux travailleurs français alors en Allemagne devait paraître à Constance pendant l'hiver 1944-1945.

Le Petit Parisien a été l'objet d'une monographie scientifique : Francine Amaury, Histoire du plus grand journal de la Troisième République. Le Petit Parisien 1876-1944 (2 vol., Paris, 1972).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification

Autres références

«  PETIT PARISIEN LE  » est également traité dans :

LONDRES ALBERT (1884-1932)

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 507 mots

Né le 1 er novembre 1884 à Vichy, Albert, Jean, Marie Londres fait ses études au lycée de Moulins qu'il quitte en 1902 pour aller travailler à Lyon. En 1903, il monte à Paris et publie ses premiers poèmes intitulés Suivant les heures . Il retrouve à Paris des amis lyonnais : Charles Dullin et Henri Béraud en particulier. Il fait ses débuts de journaliste au Salut public , quotidien lyonnais dont […] Lire la suite

PARISIEN LE

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 822 mots

Le premier numéro du Parisien libéré fut publié le 22 août 1944. Ce nouveau quotidien est issu d'un mouvement de résistance, O.C.M. (Organisation civile et militaire), animé en particulier par Émilien Amaury et Claude Bellanger. Il s'est vu attribuer à la Libération les presses et les installations du Petit Parisien . Constitué d'abord en coopérative, il devient en 1946 une société anonyme dont A […] Lire la suite

Les derniers événements

28-29 juin 1994 France. Levée de l'immunité parlementaire et interpellation de Bernard Tapie

Le 29, au petit matin, Bernard Tapie est interpellé par la police à son domicile parisien en exécution d'un mandat d'amener délivré par le juge chargé d'instruire l'affaire du Phocéa. Cette démarche inhabituelle est justifiée par le projet de Bernard Tapie, connu de la justice grâce à des écoutes téléphoniques, de quitter la France jusqu'à la date d'installation du Parlement de Strasbourg et d'entrée en vigueur de l'immunité parlementaire liée à son mandat européen. […] Lire la suite

8-30 novembre 1988 France. Regain d'agitation sociale dans le secteur public

120 millions de plis et objets en souffrance sont ainsi débloqués ; mais, petit à petit, car d'autres garages, parisiens ou provinciaux, ainsi que des centres de tri, continuent l'action, suscitant de vives protestations de patrons d'entreprises petites ou moyennes, dont le fonctionnement est complètement désorganisé par l'absence de courrier. Le 15, la journée nationale d'action de la C. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « PETIT PARISIEN LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-petit-parisien/