MIGNET AUGUSTE (1796-1884)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre 1825 et 1845, Auguste Mignet fut l'un des hommes les plus célèbres de sa génération. Né à Aix-en-Provence, fils d'un serrurier aisé, il put faire de brillantes études de droit et se lia avec Thiers d'une amitié fraternelle. Lauréat de l'Académie des inscriptions et belles-lettres pour une étude sur les institutions féodales, il partit en 1821 pour Paris, où il se fit aussitôt remarquer par des articles vigoureux dans Le Courrier français, quotidien libéral, et par des cours d'histoire donnés à l'Athénée devant un public enthousiaste. Mais c'est son Histoire de la Révolution française qui, en 1824, le porte au sommet de la gloire : il y propose une explication rationnelle des sursauts révolutionnaires par la lutte des classes (Chateaubriand voit là du « fatalisme historique ») et tire de son analyse des préceptes qui constituent comme un bréviaire des révolutions bourgeoises. Bientôt traduit en vingt langues, le livre fait le tour du monde. En 1830, Mignet collabore activement au National, qu'il a fondé avec Thiers et Carrel, et devient l'un des principaux artisans des Trois Glorieuses, puis une personnalité de premier plan durant la monarchie de Juillet. Converti à l'histoire, qu'il regarde comme la science humaine par excellence, il veut, avec Guizot et Victor Cousin, établir cette discipline au sommet de la culture française. Dans ce but, il se fait nommer, ou élire, directeur des Archives diplomatiques (1830), membre (1833) puis secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques (à ce titre, il prononce des Éloges très admirés), membre de l'Académie française (1836), directeur des comités historiques du ministère de l'Instruction publique. Ces hautes fonctions lui échappent en partie entre 1848 et 1856, mais il conserve un réel prestige grâce à son œuvre écrite. Établissement de la Réforme à Genève (1834), Négociations relatives à la succession d'Espagne (1835 et 1842), Antonio Pérez et Philippe II (1845), Vie de Franklin (1848), Histoire de Marie Stuart (1851), Charles Quint, son abdication, sa retraite (1854), Rivalité de Charles Quint et de François Ier (1875), tels sont les titres de ses principaux ouvrages : on y observe un recul progressif des préoccupations philosophiques, une exigence de plus en plus rigoureuse d'information solide et d'impartialité.

—  Yvonne KNIBIEHLER

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Provence, Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  MIGNET AUGUSTE (1796-1884)  » est également traité dans :

NATIONAL LE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 536 mots

L'origine des capitaux qui permirent la création du National n'a pas été clairement établie, mais on peut estimer qu'une partie fut d'origine orléaniste. Le journal fut lancé le 3 janvier 1830 par trois associés : Thiers, qui ne se trouvait plus assez libre au Constitutionnel , Mignet, son ami venu du Courrier français , et Armand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-national/#i_1841

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives »  : […] Contre cette pensée providentialiste, illustrée également par Louis Ambroise de Bonald ( Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile , 1796) et, après la Restauration, par Pierre Simon Ballanche, qui entendent tous deux tirer aussi une leçon religieuse de l'époque révolutionnaire, l'école libérale voit le jour, née des interrogations entraînées par les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_1841

Pour citer l’article

Yvonne KNIBIEHLER, « MIGNET AUGUSTE - (1796-1884) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-mignet/