GLOBE LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Journal parisien qui parut du 15 septembre 1824 au 20 avril 1832. De tous les journaux de la Restauration, Le Globe est l'un des plus originaux. Il fut fondé en 1824 par Paul Dubois, ancien normalien chassé de l'université pour ses idées libérales, assisté de Pierre Leroux, alors jeune typographe. Hebdomadaire littéraire et philosophique, Le Globe était patronné par des doctrinaires comme Jouffroy, Barante, Royer-Collard, Guizot, Cousin, Villemain ; libéraux, ils se voulaient spiritualistes, plus proches finalement de Rousseau que de Voltaire. Dubois sut attirer au Globe les talents de jeunes intellectuels comme Damiron, Farcy, Vitet, Sainte-Beuve, Ampère et de jeunes notables ou parvenus comme Thiers, Rémusat, Duvergier de Hauranne, Tanneguy-Duchatel. En réaction, d'une part, contre le rationalisme des encyclopédistes et le classicisme culturel des idéologues, d'autre part, contre le conservatisme politique des notables du régime et l'individualisme exagéré de certains romantiques, Le Globe fut, avec raideur et mesure, le meilleur défenseur de la nouvelle littérature, du nouveau théâtre et de la nouvelle peinture, au point de passer pour l'organe de la révolution littéraire.

Mais le journal se fixait de plus hautes ambitions ; il devint politique et bihebdomadaire le 22 août 1828, tout en se doublant d'un satellite bimestriel, La Revue française (1828-1830), puis quotidien le 23 janvier 1830. Le Globe tint sa place au premier rang, dans la lutte contre le ministre Polignac, tout en se démarquant nettement des libéraux anticléricaux du Constitutionnel et des républicains nostalgiques de 1789. Il y gagna quelques bons procès.

Curieusement, la révolution de juillet 1830 entraîna la décadence d'un journal dont presque tous les collaborateurs avaient trouvé place dans les conseils du nouveau gouvernement ou dans les hauts postes de l'administration du nouveau régime. Presque seul, Pierre Leroux chercha une nouvelle équipe et la trouva chez les saint-simoniens avec Michel Chevalier, Louis Reybaud, Émile Pereire, Charles Duveyrier, Adolphe Guéroult : le 18 janvier 1831, Le Globe prit pour sous-titre « Journal de la doctrine saint-simonienne », mais il disparut le 20 avril 1832, entraîné dans la crise du saint-simonisme.

—  Pierre ALBERT

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification


Autres références

«  GLOBE LE  » est également traité dans :

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autour de Victor Hugo »  : […] Le Cénacle proprement dit est encore appelé « Cénacle de Joseph Delorme », en l'honneur du célèbre poème de Sainte-Beuve dans lequel ce terme se trouve appliqué au groupe d'amis et d'artistes qui, de 1827 à 1830 (à peu près du « manifeste » de la préface de Cromwell à l'apothéose d' Hernani ), furent au cœur de la révolution romantique. Certes, Sainte- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenacles-romantiques/#i_21417

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Châteaux et ateliers : les deux romantismes »  : […] L'effet politique du retour des émigrés après Waterloo est tellement négatif qu'on en est venu à ignorer un impact culturel dont l'importance n'est pas niable : ouverture sur l'étranger et les langues étrangères, les littératures, et intérêt pour les institutions d'autres pays. Ajoutons que les anciens émigrés ont soif de racines, d'histoire, de sociabilité. Beaucoup d'entre eux retrouvent, à défa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_21417

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les difficultés du nouveau régime »  : […] L'agitation révolutionnaire se poursuit pendant plusieurs mois après l'avènement de Louis-Philippe, favorisée par la liberté complète de la vie politique (presse, réunion, manifestation) en raison de l'affaiblissement de l'autorité et de la situation souvent délicate des nouveaux administrateurs (préfets, maires, procureurs) choisis parmi les anciens chefs de l'opposition libérale, dans leurs dépa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_21417

LEROUX PIERRE (1797-1871)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 781 mots

La pensée de Leroux, plus célèbre en son temps que celle d'autres socialistes, tels Proudhon, Fourier ou Cabet, a cependant influencé davantage certains milieux littéraires (Eugène Sue, George Sand, Victor Hugo) que le mouvement ouvrier lui-même. Fils de limonadiers parisiens, Leroux doit, à la mort de son père, renoncer au concours de l'École polytechnique pour gagner sa vie. D'abord employé d'ag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-leroux/#i_21417

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le romantisme français en hibernation : 1780-1820 »  : […] La Nouvelle Héloïse , le plus grand et à coup sûr le plus influent des romans romantiques, datait de 1761 ; Les Confessions de 1770 ; Paul et Virginie de 1787. La mode, stimulée par la découverte de Pompéi et d'Herculanum, vers 1755, dirigea l'attention et le goût vers l'Antiquité, Antiquité d'ailleurs fort décorative ; mais cela ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_21417

SAINTE-BEUVE CHARLES AUGUSTIN (1804-1869)

  • Écrit par 
  • Roger FAYOLLE
  •  • 1 774 mots

Dans le chapitre « L' « avocat » et le portraitiste »  : […] Pourtant, même en tant que portraitiste, Sainte-Beuve a commencé par l'illusion. Chroniqueur du Globe , journal modérément romantique, il s'y fait très vite le propagandiste de l'école nouvelle. Dans son Tableau historique et critique de la poésie et du théâtre français au XVI e  siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-augustin-sainte-beuve/#i_21417

SAINT-SIMON CLAUDE HENRI DE ROUVROY comte de (1760-1825) ET SAINT-SIMONISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL, 
  • Ernest LABROUSSE
  •  • 6 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La prédication saint-simonienne avant la condamnation d'Enfantin »  : […] En ébranlant l'ordre politique, en remettant en cause les idées reçues, la révolution de Juillet fut une chance que les saint-simoniens saisirent avec empressement. Les prédications se multiplient à Paris comme en province. L'Église du Midi se développe sous la direction de Rességuier et de Bouffart ; la bourgeoisie cultivée de Montpellier est parfois acquise aux idées du mouvement ; à Lyon, Jean […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-simon-et-saint-simonisme/#i_21417

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « GLOBE LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-globe/