LAPONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un mode de vie traditionnel

Alimentation

Si le renne sauvage, trop tardivement protégé par la loi, a de nos jours presque totalement disparu, le renne semi-domestique reste dans l'ensemble la principale richesse des Lapons. De tous les peuples arctiques, ce sont eux qui disposent des techniques d'élevage les plus élaborées. À la fin du xixe siècle, certains éleveurs possédaient jusqu'à cinq mille têtes ; aujourd'hui, on en compte rarement plus de mille par famille. En Suède, l'élevage du renne est le domaine réservé des Lapons. En Finlande et en Norvège, en revanche, les Finnois sont devenus des concurrents redoutables, de même que les Zyriènes de la presqu'île de Kola avant la constitution des kolkhoz. Chaque éleveur possède une marque traditionnelle, qui consiste en une combinaison de lignes et de trous incisés dans l'oreille de chaque renne. En Laponie finlandaise, le paliskunta réunit plusieurs éleveurs en une sorte de coopérative qui représente également une division administrative. Le renne n'est jamais un animal entièrement domestique. Il se suffit à lui-même et se laisse difficilement approcher par l'homme. Aussi les skis et le lasso sont-ils les outils indispensables de l'éleveur.

Une famille de Lapons montagnards consomme en moyenne un renne par semaine. Un troupeau de trois cents à trois cent cinquante bêtes est nécessaire pour assurer la subsistance d'une famille de six personnes. Les meilleurs morceaux et la plupart des peaux sont vendus. La période de l'abattage va de septembre à la fin de l'hiver. Salée et séchée, la viande de renne est une excellente nourriture au moment de la transhumance estivale.

Le poisson, qui constitue en été la principale nourriture des Lapons de la forêt, est consommé soit grillé, soit sous forme de soupe, soit enfin séché, fumé ou salé. Les Lapons du littoral norvégien utilisaient autrefois la graisse de phoque comme nourriture. Naguère encore, on accrochait aux arbres des sortes de caisses en bois connues en Finlande sous le nom de uuttu, et l'on prélevait un tribut sur les œufs qu'y venaient pondre certains grands oiseaux, notamment le harle.

Avant l'introduction de la pomme de terre, les végétaux propres à la consommation se limitaient à certaines variétés d'oseille et de baies polaires qui permettaient au moins de prévenir le scorbut.

La boisson nationale des Lapons est aujourd'hui le café, sauf pour ceux de la presqu'île de Kola qui, sous l'influence russe, ont adopté le thé. L'alcool n'est apparu qu'au xvie siècle, le tabac au xviie, mais les Lapons, dès les temps le plus anciens, connaissaient les vertus stimulantes de la sève de bouleau printanière.

Certains tabous, hérités du chamanisme, se sont perpétués, jusqu'à une date souvent très récente, sous forme d'usages et de croyances. C'est ainsi qu'une ancienne coutume, commune à tous les peuples arctiques, interdisait jadis aux Lapons de boire de l'eau à même une source ou un cours d'eau ; il fallait l'aspirer au moyen d'un tube constitué le plus souvent d'un tibia d'oiseau. La viande et le poisson étaient traditionnellement préparés par le père de famille. Les femmes n'avaient pas le droit de consommer certaines parties des animaux. Elles ne pouvaient toucher certaines viandes – ours notamment – autrement qu'avec des bâtonnets de bois.

Habitat

L'habitat lapon actuel ne se distingue plus guère de celui des Norvégiens ou des Finnois de Laponie.

La tente traditionnelle, la kota, encore employée par un petit nombre de montagnards, consiste en une armature de quatre troncs de bouleau d'environ trois mètres chacun, émondés et recourbés à leur sommet. La jointure de ces quatre piquets principaux supporte l'extrémité d'une poutre horizontale, la « poutre à fumée », dont l'autre extrémité est supportée par deux piquets qui constituent le chambranle de la porte. Sous cette poutre, un adulte peut se tenir debout. Un nombre variable de piquets secondaires, disposés de façon à ménager une ouverture par où s'échappe la fumée, complète cette armature, qui est ensuite recouverte, selon la saison, d'une toile grossière ou de couvertures de laine. Des documents du xvie siècle montrent que les Lapons recouvraient jadis leurs tentes avec des plaques d'écorce de bouleau amollies dans l'eau chaude et cousues ensemble selon une méthode encore pratiquée par les Vogouls et les Ostyaks en Sibérie occidentale. Il n'est pas certain que les Lapons aient jamais utilisé des peaux de rennes pour recouvrir la kota. Celle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAPONS  » est également traité dans :

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 916 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les pays de l'Arctique et l'éveil des peuples autochtones »  : […] La méditerranée Arctique ne compte que cinq pays riverains, en excluant l'Islande. Ainsi l'immense façade de l'Eurasie, de la presqu'île de Kola en Europe au détroit de Béring, sur plus de 5 000 kilomètres, relève d'un seul pays, la Russie. En Amérique du Nord, le Canada exerce sa souveraineté sur l'ensemble de l'archipel arctique qui termine le continent, et l'Alaska appartient aux États-Unis qu […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 480 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La colonisation »  : […] À l'abri de cette frontière fortifiée, la Finlande suédoise reçut, au xiv e  siècle, son organisation politique et religieuse. L'assimilation légale à la mère patrie fut presque complète : en 1347, le droit suédois y fut introduit ; depuis 1362, la Finlande participe à l'élection du roi de Suède et forme un ressort juridique semblable à ceux de la Suède : le système suédois de recrutement de la fl […] Lire la suite

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 817 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le Norrland »  : […] Au nord, la Laponie – Norrbotten et Västerbotten – est un vaste territoire qui représente près des trois cinquièmes du pays, très peu peuplé. Traversée par le cercle polaire, elle se caractérise par le contraste de la longueur des jours et des nuits entre l'hiver et l'été : la période végétative ne dure guère plus de quatre mois (de la mi-mai au début d'octobre), et la luminosité de l'été ne peut […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc MOREAU, « LAPONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lapons/