SUSTRIS LAMBERT (1515 env.-apr. 1568)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appelé Lambert d'Amsterdam par Vasari, qui eut son fils Friedrich (1540 env.-1599) comme élève. La vie de Lambert Sustris demeure encore mal documentée. Autrefois confondu avec Lambert Lombard et Lambert Suavius, son œuvre se départage difficilement de celle de son fils, proche de Tintoret.

Venu tôt en Italie, probablement à Rome puis à Venise vers 1545, cet artiste hollandais entre dans l'atelier de Titien, pour qui il exécute des fonds paysagés. L'accompagnant à Augsbourg vers 1550, il reçoit des commandes des Fugger, dont cinq tableaux qui passeront dans les collections de Louis XIV (aujourd'hui dispersés entre le musée du Louvre, ceux de Caen et de Lille). La qualité de son coloris lumineux, aux subtiles gradations argentées, sa touche légère, sa transparence alliée à la solidité du dessin (Baptême du Christ, Lille) l'apparentent à son maître Titien.

Portraitiste, Sustris reprend la manière de Titien (Portrait d'homme, Vienne), mais on retrouve son héritage nordique dans la perception des volumes et dans l'acuité de son dessin. Un goût prononcé de la décoration antiquisante transparaît dans les fresques qu'il exécute dans des villas padovanes (Villa di Luvigliano), avec le sens raffiné du paysage nordique.

L'importance de l'œuvre de Lambert Sustris réside dans le rôle de précurseur qu'il joua en unissant le paysage nordique et le paysage italien, annonçant ainsi l'élaboration du paysage classique idéal.

—  Jean-Marie MARQUIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUSTRIS LAMBERT (1515 env.-apr. 1568)  » est également traité dans :

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Domaines germanique et scandinave »  : […] Dans les pays germaniques, Dürer, que ses recherches apparentent à la Renaissance, et Holbein, qui ne l'a pas ignorée, échappent à l'emprise maniériste. À cause de ses compositions mythologiques, prétextes à des compositions érotiques froides et raffinées, Cranach l'ancien a été associé au maniérisme, mais le canon de ses nus et leur angularité relèvent de la tradition gothique tardive que l'artis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_22209

Pour citer l’article

Jean-Marie MARQUIS, « SUSTRIS LAMBERT (1515 env.-apr. 1568) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lambert-sustris/