LAGOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une ville en crise ?

Parfois qualifiée de « monstre urbain », Lagos est souvent associée à l'idée – discutable – selon laquelle une grande ville africaine multimillionnaire serait ingérable, ingouvernable et, ce faisant, invivable. Il est vrai qu'elle cumule les difficultés et les handicaps, tels qu'une croissance démographique importante et rapide ; un site lagunaire malcommode face à l'étalement urbain à la fois sur le plateau continental, les îles et le lido ; une pauvreté majoritaire, même si les Lagosiens sont statistiquement moins pauvres que la moyenne nationale ; et les problèmes de la corruption et de l'insécurité liés à une réelle compétition métropolitaine engagée au niveau continental, ou tout au moins dans l'Ouest africain. Il faut ajouter à cela un mode de fonctionnement fragmenté dans un contexte de disette budgétaire et de privatisation sectorielle de la gestion urbaine. Outre l'État de Lagos, seize local government areas, autonomes les unes par rapport aux autres, et aux intérêts parfois divergents, se partagent le pouvoir sans soucis de cohérence, alors même que l'aire métropolitaine n'est qu'un cadre statistique – qui plus est en partie dépassé –, sans valeur administrative et gestionnaire.

La pauvreté de l'immense majorité des habitants, leurs difficultés à trouver une offre de biens et de services adaptée à leurs besoins, et les lacunes des pouvoirs publics locaux font de l'informalité un mode de fonctionnement indispensable à la ville. Les activités dites informelles (logement, transports, eau, ramassage des déchets...) sont plus facilement accessibles au plus grand nombre et elles contribuent à l'emploi urbain (près des trois quarts de la population active de Lagos).

L'insécurité et la violence, autres lieux communs de la ville, sont, au-delà des représentations et des fantasmes, des fléaux omniprésents et récurrents. Le développement d'un urbanisme sécuritaire (hautes clôtures, fermeture et contrôle de certains espaces publics) et d'une privatisation de la sécurité (sociétés spécialisées et des groupements d'autodéfense) illustre l'incapacité [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Nigeria : carte administrative

Nigeria : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Lagos (Nigeria)

Lagos (Nigeria)
Crédits : Olasunkanmi ariyo/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  LAGOS  » est également traité dans :

FELA FELA RANSOME-KUTI, dit (1938-1997)

  • Écrit par 
  • Bernard NANTET
  •  • 619 mots

Le parcours du Nigérian Fela, tout à la fois, chanteur, saxophoniste, pianiste, militant du panafricanisme, adversaire inlassable des régimes militaires et provocateur de tous les instants, est contenu dans son histoire familiale. Fela Ransome-Kuti est né le 15 octobre 1938 à Abeokuta, capitale de l'État d'Ogun, dans un milieu egba (composante de la grande tribu des Yoruba) ; sa famille a toujour […] Lire la suite

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 716 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  La colonisation »  : […] La présence européenne demeure concentrée autour de quelques enclaves côtières jusqu'au début du xix e  siècle. À compter de 1840, la marine britannique, tirant prétexte de l'interdiction de la traite, entreprend de consolider ses positions commerciales en négociant avec les souverains locaux des traités visant à l'abandon de cette pratique. L'interventionnisme croissant des représentants de la C […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Chili. Progrès de l'opposition de droite aux élections législatives. 16 décembre 2001

Avec 47,9 p. 100 des suffrages aux élections législatives, la Concertation démocratique du président Ricardo Lagos, qui rassemble le Parti démocrate-chrétien (P.D.C.) et le Parti socialiste, conserve de justesse la majorité à la Chambre des députés en remportant 62 sièges sur 120. L'Alliance […] Lire la suite

Chili. Inculpation d'Augusto Pinochet dans l'affaire de la « caravane de la mort ». 1er-26 décembre 2000

travers le pays en octobre 1973. Soixante-quinze personnes avaient été exécutées. Cette décision crée une vive tension au sein de l'armée. Le 6, à la demande des chefs des forces armées, le président Ricardo Lagos accepte de réunir le Conseil de sécurité nationale qui est chargé, selon […] Lire la suite

Chili – Royaume-Uni. Libération du général Augusto Pinochet. 2-25 mars 2000

dans l'instruction du dossier Pinochet. Le 11, Ricardo Lagos, élu en janvier à la tête de l'État chilien, entre en fonctions. Le pays n'avait pas connu de président socialiste depuis Salvador Allende. Le 25, le Parlement chilien adopte un amendement constitutionnel qui accorde l'immunité aux anciens présidents de la République. Certains observateurs interprètent ce vote comme une incitation, pour le général Pinochet, à quitter le Sénat et à se retirer de la vie politique. […] Lire la suite

Chili. Élection du socialiste Ricardo Lagos à la présidence. 16 janvier 2000

Le socialiste Ricardo Lagos, ancien collaborateur du président Salvador Allende, remporte le second tour de l'élection présidentielle, avec 51,32 p. 100 des suffrages. Il était le candidat de la Concertation démocratique (centre gauche) au pouvoir depuis le retour à la démocratie en 1990 […] Lire la suite

Nigeria. Mort de l'opposant Moshood Abiola. 7-20 juillet 1998

à libérer tous les autres prisonniers d'opinion, y compris Moshood Abiola. Ce dernier aurait pu jouer un rôle dans le processus de transmission du pouvoir à un régime civil. De violentes émeutes, qui font une vingtaine de morts, éclatent à Lagos et dans d'autres villes du sud-ouest du pays, région […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Fabien STECK, « LAGOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lagos/